Une ré­si­dente d’Ho­che­la­ga veut gar­der son co­chon do­mes­tique

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - ACTUALITÉS - MA­RIE-PIER GA­GNÉ ma­rie-pier.gagne@tc.tc

Alors que la pa­trouille ca­nine du quar­tier lui or­donne de se dé­bar­ras­ser de son co­chon mi­nia­ture d’ici quelques jours, une ré­si­dente d’Ho­che­la­gaMai­son­neuve se bat pour pou­voir gar­der son ani­mal, qu’elle consi­dère comme un membre de sa fa­mille.

Sa­rah-Maude Ra­ve­nelle et son conjoint ont adop­té leur co­chon, pré­nom­mé Babe, en mars 2015.

Au­pa­ra­vant ré­si­dents du quar­tier Ro­se­mont, ils s’étaient as­su­rés qu’ils avaient droit à ce type d’ani­mal do­mes­tique au­près de la mai­rie d’ar­ron­dis­se­ment.

«On avait re­çu une lettre du maire Fran­çois Cro­teau confir­mant qu’il n’y avait pas de rè­gle­ment qui in­ter­di­sait les co­chons do­mes­tiques à Mon­tréal, en au­tant qu’il n’y ait pas de nui­sances oc­ca­sion­nées par l’ani­mal » , af­firme Mme Ra­ve­nelle.

Se­lon la pro­prié­taire de Babe, son co­chon ne dé­range pas plus qu’un chien.

«Je ne vois pas en quoi il pour­rait dé­ran­ger qui que ce soit, af­firme-t- elle. Il a une vie de chat. Il dort beau­coup le jour. Par­fois, les gens ont ten­dance à pen­ser à un gros co­chon de ferme, mais en ce mo­ment, il pèse 60 livres et il a at­teint son poids adulte. Ce n’est pas pire qu’un gros chien.»

UL­TI­MA­TUM

L’été der­nier, les pro­prié­taires de Babe ont choi­si d’em­mé­na­ger dans Ho­che­la­ga pour pou­voir of­frir une meilleure qua­li­té de vie à leur ani­mal.

«On vou­lait qu’il ait ac­cès à une plus grande cour. On a fait clô­tu­rer notre ter­rasse ex­près pour lui», sou­ligne Mme Ra­ve­nelle.

Lors­qu’ils ont ache­té leur nou­veau condo, Sa­rah-Maude et son conjoint ont pris soin de s’as­su­rer que les co­chons étaient per­mis.

«Ils n’étaient pas sur la liste des ani­maux per­mis, mais ils n’étaient pas non plus dans la liste d’ani­maux non per­mis et nui­sibles» conti­nue Mme Ra­ve­nelle.

Le 17 avril, la pa­trouille ca­nine de l’ar­ron­dis­se­ment a co­gné à la porte de la ré­si­dence de Sa­rah- Maude. La Ville de­mande qu’elle se dé­par­tisse de Babe d’ici le 2 mai.

La ré­si­dente d’Ho­che­la­ga ne compte pas plier à ces de­mandes. Elle a d’ailleurs pu­blié une vi­déo, sur Fa­ce­book, qui, au mo­ment d’écrire ses lignes, avait dé­jà été vi­sion­née plus de 60 000 fois.

«Il n’est pas ques­tion que je m’en dé­bar­rasse, mar­tèle-t- elle. Ce n’est pas juste un co­chon do­mes­tique.»

Ayant dé­jà eu l’au­to­ri­sa­tion du maire de Ro­se­mont, Mme Ra­ve­nelle ne com­prend pas trop l’in­ter­ven­tion de la pa­trouille ca­nine.

EN RÉ­VI­SION

La pro­prié­taire a com­mu­ni­qué avec l’ar­ron­dis­se­ment et se­lon ses dires, la ré­ponse ob­te­nue a été que le co­chon mi­nia­ture ne fi­gure pas dans la liste des ani­maux per­mis par la Ville de Mon­tréal.

«Nous ne comp­tons pas nous en dé­bar­ras­ser et nous de­man­dons à la mai­rie de Mon­tréal d’ajou­ter les co­chons do­mes­tiques à la liste d’ani­maux per­mis sur l’Île, au même titre que les chiens», défend-elle.

In­ter­ro­gée à ce su­jet, la Ville de Mon­tréal a sim­ple­ment lais­sé sa­voir que le rè­gle­ment mu­ni­ci­pal était ac­tuel­le­ment «en pro­ces­sus de ré­vi­sion».

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Babe, le co­chon do­mes­tique de Sa­rah-Maude Ra­ve­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.