Les jeunes de 6e an­née en moins bonne san­té qu’ils ne le croient

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve - - ACTUALITÉS - DO­MI­NIQUE CAMBRON-GOULET Mé­tro Mé­dia

Si 95% des élèves mont­réa­lais de 6e an­née se per­çoivent en bonne san­té, plu­sieurs in­di­ca­teurs font état d’une si­tua­tion moins rose, ré­vèle une étude de la Di­rec­tion de la san­té pu­blique (DSP) de Mon­tréal pu­bliée la se­maine der­nière.

Sur le plan de l’ali­men­ta­tion, par exemple, 62% des élèves de 6e an­née ne mangent pas les six por­tions de fruits et lé­gumes re­com­man­dées par jour et 38% d’entre eux ne dé­jeunent pas tous les ma­tins. Pis en­core, au mo­ment de réa­li­ser le son­dage, 14% des élèves ont in­di­qué ne pas avoir dé­jeu­né de la se­maine.

Pour ce qui est de la mal­bouffe, 22% des jeunes en consomment trois fois par se­maine et plus et 15% prennent des bois­sons su­crées ou su­cre­ries tous les jours. Le rap­port spé­ci­fie que «cette pro­por­tion va­rie tou­te­fois consi­dé­ra­ble­ment se­lon le ter­ri­toire de l’île».

«On ob­serve une plus grande fré­quence de consom­ma­tion ré­gu­lière de mal­bouffe dans l’est de l’île, alors que dans l’ouest, le com­por­te­ment est moins fré­quent», est-il pré­ci­sé.

Les jeunes des quar­tiers dé­fa­vo­ri­sés, no­tam­ment Saint-Mi­chel, Mon­tréal-Nord, Poin­teSaint-Charles, Mer­cier et Saint-Hen­ri, ont ten­dance à consom­mer da­van­tage de mal­bouffe.

En ma­jo­ri­té (65%), les en­fants de 6e an­née ne font pas l’heure d’ac­ti­vi­té phy­sique re­com­man­dée chaque jour. Cette réa­li­té est d’au­tant plus vraie en de­hors de quar­tiers cen­traux.

«Cette ob­ser­va­tion pour­rait être en par­tie ex­pli­quée par l’or­ga­ni­sa­tion de la ville. Les dé­pla­ce­ments à pied ou à vé­lo sont plus fa­ciles dans les ter­ri­toires [cen­traux]», sou­lignent les au­teurs de l’étude.

BEAU­COUP D’IMMIGRANTS

Au moins un parent de près de 60% des jeunes Mont­réa­lais de 6e an­née est né à l’ex­té­rieur du pays, in­dique l’étude de la (DSP) de Mon­tréal.

Alors que les immigrants comptent pour 34% de la po­pu­la­tion mont­réa­laise, ceux-ci sont bien re­pré­sen­tés dans la ca­té­go­rie des fa­milles. En ef­fet, ce large coup de sonde réa­li­sé au­près de plus de 13 000 jeunes âgés de 11 et 12 ans et de 7 887 pa­rents ré­vèle que 54% des pa­rents d’en­fants de 6e an­née sont nés à l’ex­té­rieur du Ca­na­da.

Chez les élèves eux-mêmes, 23% sont nés dans un autre pays. Ce­la se tra­duit no­tam­ment par l’uti­li­sa­tion de plus d’une langue à la mai­son dans 57% des fa­milles mont­réa­laises qui ont un en­fant en 6e an­née du pri­maire.

Le rap­port sou­ligne aus­si que, bien qu’au moins un parent ait un di­plôme d’études su­pé­rieures dans 85% de ces fa­milles, 16% d’entre elles ont man­qué d’ar­gent de «ma­nière im­por­tante» dans la der­nière an­née, met­tant en pé­ril leur ca­pa­ci­té à payer le loyer, l’hy­po­thèque ou la nour­ri­ture.

Se­lon les au­teurs, 5% des élèves son­dés sont dé­jà à risque de dé­cro­chage sco­laire dès la 6e an­née.

(pho­to archives Mé­tro Mé­dia)

62% des élèves de 6e an­née ne mangent pas les six por­tions de fruits et lé­gumes re­com­man­dées par jour.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.