▲Une mul­ti­tude de pro­duits dé­ri­vés de la pomme, de­puis la ge­lée, en pas­sant par la confi­ture, jus­qu’au chut­ney

Photo | Societe - - Société - ▼ De la can­ne­berge dé­cli­née en dif­fé­rents pro­duits qua­li­fiés d’« ali­ment san­té »

En por­tant une at­ten­tion toute par­ti­cu­lière à la dis­po­si­tion des bo­caux, deux ten­dances se dé­gagent qui semblent être la « norme » au Mar­ché pu­blic du Vieux-Port de Qué­bec. Gé­né­ra­le­ment, la por­tion di­rec­te­ment ac­ces­sible aux clients se li­mite à une simple ran­gée de bo­caux. La se­conde ran­gée com­porte deux étages de bo­caux, et ain­si de suite. Si le client dé­sire le bo­cal si­tué sous un autre bo­cal, le com­mer­çant ne dé­monte pas sa pré­sen­ta­tion : il sort le bo­cal d’une boîte qui est soit sous le pré­sen­toir, soit der­rière lui, l’idée étant de ne pas avoir constam­ment à re­faire la dis­po­si­tion du pré­sen­toir. Il faut aus­si pré­ci­ser que les bo­caux si­tués dans la pre­mière ran­gée sont, ha­bi­tuel­le­ment, les pro­duits qui se vendent le mieux. Ain­si, le client peut les ma­ni­pu­ler, les éva­luer et ache­ter ce­lui qu’il dé­sire. Ce fai­sant, une fois le client par­ti, le com­mer­çant n’a qu’à rem­pla­cer le ou les bo­caux man­quants. Tout bien consi­dé­ré, comme pour tout com­merce, il est im­pos­sible d’échap­per à la loi de l’ef­fi­ca­ci­té com­mer­ciale : il en va du ra­tio client/achat.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.