Agir dif­férem­ment: la su­per­grappe d’in­no­va­tion Scale AI

Policy - - In This Issue - Alain Du­doit

Un con­sen­sus de plus en plus large souligne l’ur­gence d’agir pour en­rayer l’éro­sion de la po­si­tion con­cur­ren­tielle du Canada mais aussi pour établir et con­solider son avan­tage global dans les secteurs clés de la nou­velle économie. La réal­i­sa­tion de cette dou­ble pri­or­ité né­ces­site l’émer­gence d’écosys­tèmes d’in­no­va­tion per­for­mants et d’im­pact global. Le do­maine d’ac­tion de Scale AI: les chaines d’ap­pro­vi­sion­nement propul­sées par l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle est au coeur de cette néces­saire trans­for­ma­tion.

Le Canada est un pays forte­ment in­no­vant avec une solide base de recherche et des com­mu­nautés floris­santes d’en­treprises tech­nologiques en dé­mar­rage. De sérieux ob­sta­cles em­pêchent sou­vent de traduire l’in­no­va­tion en créa­tion de richesse et nuisent à la crois­sance rapide des en­treprises de cal­i­bre mon­dial. Les dépenses de R-D cana­di­ennes s’ef­fectuent de plus en plus dans le secteur des ser­vices, se con­cen­trent da­van­tage dans les gran­des en­treprises, et la part de R-D con­trôlée par in­térêts étrangers au Canada aug­mente. Cette sit­u­a­tion risque de créer un cer­cle vi­cieux dans lequel les en­treprises au po­ten­tiel de crois­sance élevé cherch-

ent de plus en plus des oc­ca­sions de crois­sance ailleurs.

Le Canada se situe à présent bien au­dessous de la moyenne de l’OCDE et se classe au 33e rang parmi 40 pays selon un in­di­ca­teur des dépenses des en­treprises de R-D, qui tient compte de l’am­pleur, de l’in­ten­sité et de la crois­sance. Le prob­lème le plus ur­gent est la faib­lesse des dépenses de R-D dans l’in­dus­trie, mais la crois­sance des dépenses de R-D du gou­verne­ment et du secteur de l’en­seigne­ment supérieur y est à présent moin­dre que dans les autres grands pays.

Ce con­stat le plus ré­cent posé par le comité d’ex­perts du Con­seil des académies cana­di­ennes (CAC) est large­ment partagé et re­tient l’at­ten­tion des dé­cideurs publics et privés au Canada. Le con­sen­sus émergeant souligne l’ur­gence d’agir pour en­rayer cette éro­sion de la po­si­tion con­cur­ren­tielle du Canada mais aussi pour établir et con­solider son avan­tage global dans les secteurs clés de la nou­velle économie. Les mesures an­non­cées dans les deux derniers bud­gets fédéraux et celles du Gou­verne­ment du Québec s’in­scrivent dans cette di­rec­tion et répon­dent en par­tie à cet en­jeu fon­da­men­tal.

Cet en­jeu in­ter­pelle non seule­ment les gou­verne­ments, les en­treprises et les in­sti­tu­tions d’en­seigne­ment post­sec­ondaires et de recherche; il s’agit aussi d’un en­jeu de so­ciété: celui de changer notre cul­ture d’in­no­va­tion. Celle-ci doit s’adapter pour per­me­t­tre à cha­cun d’en­tre nous de co­hab­iter avec une nou­velle forme d’in­tel­li­gence, dite ar­ti­fi­cielle, et d’en tirer profit tout en lui don­nant un sens hu­man­iste dans toutes les zones d’ac­tiv­ités—économiques, so­ciales et hu­maines—au sein de notre so­ciété avancée et en pro­fonde trans­for­ma­tion.

Les min­istres de l’in­no­va­tion du G7 ont fait une déc­la­ra­tion de poli­tique en ce sens lors de leur ren­con­tre à Mon­tréal en Mars 2018. Ceux-ci « en­ten­dent faire fond sur la vi­sion com­mune d’une IA cen­trée sur l’hu­main, vi­sion qui ex­ige d’abor­der avec soin le développe­ment et le dé­ploiement de cette tech­nolo­gie promet­teuse en met­tant l’ac­cent sur l’in­ter­dépen­dance en­tre la crois­sance économique sus­citée par l’in­no­va­tion en IA, l’aug­men­ta­tion de la con­fi­ance en­vers l’IA et de l’adop­tion de l’IA, et la pro­mo­tion de l’in­clu­siv­ité dans le développe­ment et le dé­ploiement de l’IA ».

L’ini­tia­tive des su­per­grappes s’in­scrit dans ce mou­ve­ment. Plus de 50 propo­si­tions ap­puyées par plus de 1 000 en­treprises et 350 autres par­tic­i­pants ont été reçues to­tal­isant des in­ten­tions d’in­vestisse­ments privés de l’or­dre de 17 mil­liards de dol­lars. Cette ex­pres­sion d’in­térêt est sig­ni­fica­tive de la prise de con­science au Canada de l’ur­gence d’agir en­sem­ble pour réus­sir cette trans­for­ma­tion néces­saire.

Dans les cir­con­stances, les cinq su­per­grappes retenues par le Gou­verne­ment du Canada parta­gent une re­spon­s­abil­ité com­mune et une op­por­tu­nité ex­traor­di­naire: celle de réus­sir leurs mis­sions spé­ci­fiques et d’en­clencher cette trans­for­ma­tion de notre cul­ture d’in­no­va­tion au pays. Ces cinq con­sor­tia réu­nis­sent 450 en­treprises, dont plus de 300 pe­tites et moyennes en­treprises (PME), 60 étab­lisse­ments d’en­seigne­ment post­sec­ondaire et 180 autres par­tic­i­pants is­sus d’in­dus­tries in­no­va­tri­ces cana­di­ennes.

La mesure de suc­cès pour ces cinq su­per­grappes est très élevée non seule­ment au Canada, mais aussi à l’in­ter­na­tional. L’ex­péri­ence des écosys­tèmes (« hubs ») d’im­pact mon­dial fait ressor­tir sept critères clés de suc­cès: 1. Ac­cès aux tal­ents; 2. Ac­cès aux fi­nance­ments ; 3. Poli­tiques et mesures gou­verne­men­tales fa­vor­ables; 4. Ca­pac­ités de R & D; 5. Chaînes d’ap­pro­vi­sion­nement in­té­grées; 6. Développe­ment ur­bain et créa­tion d’habi­tats de qual­ité; 7. Dif­féren­ci­a­tion par l’al­lo­ca­tion du capital d’in­vestisse­ment, l’ac­cès et les syn­er­gies en­tre les autres écosys­tèmes.

Le do­maine d’ac­tion de Scale AI (Sup­ply Chains and Lo­gis­tics Ex­cel­lence. AI): les chaines d’ap­pro­vi­sion­nements propul­sées par l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle est au coeur de cette néces­saire trans­for­ma­tion. La chaîne d’ap­pro­vi­sion­nement cana­di­enne est un élé­ment es­sen­tiel de notre économie, per­me­t­tant des mou­ve­ments de marchan­dises de 1 bil­lion de dol­lars, générant 66 mil­liards de dol­lars de pro­duit in­térieur brut (PIB) et em­ploy­ant plus de 878 000 per­son­nes (ex­clu­ant les camion­neurs) partout au Canada.

Le secteur est en crois­sance, créant de nou­veaux em­plois à 1,5 pour cent par an en moyenne, et fait face à des dé­fis de pénurie de main-d’oeu­vre. Selon une étude du Con­seil cana­dien sec­to­riel de la chaîne d’ap­pro­vi­sion­nement (CCSCA), les chefs de file de l’in­dus­trie et les spé­cial­istes de la chaîne d’ap­pro­vi­sion­nement croient que la main-d’oeu­vre sera touchée par la tech­nolo­gie au cours des trois à cinq prochaines an­nées. Ces lead­ers de l’in­dus­trie s’at­ten­dent à ce que l’util­i­sa­tion ac­crue des véhicules au­tonomes, de la robo­tique et de l’au­toma­ti­sa­tion, du « blockchain » et des drones ait un im­pact mod­éré à très fort sur la main-d’oeu­vre. Ils

Établi à Mon­tréal et cen­tré sur le Québec et l’On­tario, le pro­jet aura un im­pact pan-cana­dien grâce au réseau na­tional de ses mem­bres. Ce cor­ri­dor de com­merce On­tario-Québec en­globe un en­sem­ble d’ac­t­ifs de trans­port ter­restre, aérien et mar­itime, qui of­fre une porte con­cur­ren­tielle et at­trayante au com­merce in­ter­na­tional.

croient égale­ment que l’adop­tion de tech­nolo­gies telles que l’in­ter­net des ob­jets (IoT), l’in­ter­net mo­bile et l’an­a­lyse de don­nées mas­sives en­traîn­era une créa­tion d’em­plois plus im­por­tante que des pertes.

Le rap­port de l’ex­a­men de la Loi sur les trans­ports au Canada de 2016 in­dique toute­fois que toutes les in­dus­tries et tous les trans­ports cana­di­ens utilisent moins de 41 pour cent de tech­nolo­gies de com­mu­ni­ca­tion avancées, la ma­jorité en dessous de 30 pour cent. Le Canada se classe au 14e rang des pays selon l’in­dice de per­for­mance lo­gis­tique de la Banque mon­di­ale.

Le taux d’adop­tion global de toutes ces tech­nolo­gies de­vrait se situer dans les cinq prochaines an­nées, et il est prévu qu’elles seront large­ment adop­tées (c’est-à-dire qu’elles de­vien­dront notre façon de faire des af­faires) d’ici 2025. Nous ne pou­vons et ne de­vons pas rater ce ren­dez-vous. Il en va de notre prospérité et de notre qual­ité de vie.

Scale AI est la su­per­grappe d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA) dédiée au développe­ment de la prochaine généra­tion de chaînes d’ap­pro­vi­sion­nement et à l’ac­croisse­ment de leur per­for­mance grâce aux nou­velles tech­nolo­gies in­tel­li­gentes. Établi à Mon­tréal et cen­tré sur le Québec et l’On­tario, le pro­jet aura un im­pact pan-cana­dien grâce au réseau na­tional de ses mem­bres. Ce cor­ri­dor de com­merce On­tario-Québec en­globe un en­sem­ble d’ac­t­ifs de trans­port ter­restre, aérien et mar­itime, qui of­fre une porte con­cur­ren­tielle et at­trayante au com­merce in­ter­na­tional. Les deux prov­inces du cen­tre du Canada représen­tent en­v­i­ron 60 pour cent de la pop­u­la­tion, des ex­por­ta­tions et du pro­duit in­térieur brut du Canada. Des ac­t­ifs ma­jeurs d’in­fra­struc­ture de trans­port dans tous les modes, des in­sti­tu­tions d’éd­u­ca­tion et de recherche de cal­i­bre mon­dial ainsi que qua­tre des six pas­sages frontal­iers au vol­ume le plus élevé du Canada, al­i­mentent ce cen­tre économique névral­gique nord-améri­cain. Scale AI a pour mis­sion de pro­mou­voir et de met­tre en oeu­vre une vi­sion com­mune con­sti­tuée des ob­jec­tifs suiv­ants:

• Ap­pro­fondir le lead­er­ship tech­nologique du Canada en matière d’IA et de science des don­nées, d’op­ti­mi­sa­tion opéra­tionnelle et de numéri­sa­tion des chaînes d’ap­pro­vi­sion­nement

• Pro­mou­voir la com­pat­i­bil­ité tech­nique et dévelop­per/dif­fuser une nou­velle plate­forme de développe­ment de nou­velles so­lu­tions d’an­a­lyse de don­nées et de matériel d’ap­pui

• Catal­yser la coopéra­tion au sein de l’écosys­tème

• Ac­croître l’am­pleur et la vitesse des trans­ferts d’in­no­va­tion

• Ac­célérer la crois­sance des PME et des en­treprises en dé­mar­rage

• Ac­croître le nom­bre des tal­ents dans le secteur et dévelop­per leurs ca­pac­ités

• Aider les or­gan­i­sa­tions à in­té­grer l’IA car elles man­quent actuelle­ment des com­pé­tences néces­saires pour éval­uer, dévelop­per et dé­ployer des so­lu­tions d’IA

• Struc­turer des canaux de com­mer­cial­i­sa­tion mon­di­ale • In­stau­rer des pra­tiques fa­vorisant l’économie cir­cu­laire et le développe­ment durable au Canada

La mis­sion de la su­per­grappe com­prend la mise sur pied d’un réseau numérique de développe­ment durable, des­tiné à anal­yser, con­trôler et op­ti­miser les cy­cles de vie des pro­duits que nous util­isons, et à as­surer la con­som­ma­tion éco­ef­fi­ciente de nos ressources.

Le con­sor­tium de la su­per­grappe vise à de­venir un fo­rum de col­lab­o­ra­tion selon trois prin­ci­paux axes :

• D’un bout à l’autre des chaînes de valeur, des four­nisseurs aux en­treprises clientes et aux con­som­ma­teurs

• En­tre les gran­des, moyennes et pe­tites en­treprises

• À travers des secteurs ver­ti­caux et hor­i­zon­taux Le développe­ment de cet écosys­tème ré­gional de haute den­sité et de cette nou­velle in­fra­struc­ture cri­tique de la chaine d’ap­pro­vi­som­ment du fu­tur représen­tent un im­por­tant levier pour stim­uler la crois­sance du PIB, ren­forcer nos ef­fec­tifs et an­crer le Canada dans le développe­ment durable. L’ini­tia­tive est au­da­cieuse et no­va­trice—et en­core in­édite au Canada. Elle dé­passe les ef­forts pure­ment tech­nologiques. La su­per­grappe fera pro­gresser l’écosys­tème à un stade supérieur non seule­ment grâce à l’in­no­va­tion tech­nologique, mais aussi à la mise à niveau des in­fra­struc­tures, aux parte­nar­i­ats et au développe­ment des tal­ents.

Le do­maine d’ac­tion de Scale AI est tout au­tant névral­gique pour l’économie cana­di­enne que pour sa po­si­tion dans la com­péti­tion mon­di­ale en pro­fonde trans­for­ma­tion. Ainsi McKin­sey es­time le po­ten­tiel de valeur an­nuelle to­tale de l’IA et des tech­niques avancées d’an­a­lyse des don­nées dans 19 in­dus­tries et neuf fonc­tions com­mer­ciales dans l’économie mon­di­ale en­tre 3,5 bil­lions de dol­lars et 5,8 bil­lions de dol­lars pour les chaines d’ap­pro­vi­sione­ment et le secteur man­u­fac­turier.

C’est le mo­ment d’agir: Le Canada doit se doter de la chaîne d’ap­pro­vi­sion­nement durable du fu­tur, propul­sée par l’IA et dévelop­per une nou­velle plate­forme mon­di­ale d’ap­pro­vi­sion­nement. Les in­gré­di­ents de suc­cès iden­ti­fiés sont dé­sor­mais réu­nis.

Le Canada saisit ainsi une op­por­tu­nité unique de repenser et de réin­ven­ter sa chaîne d’ap­pro­vi­sion­nement, afin de de­venir un chef de file de l’éco­ef­fi­cac­ité et d’ac­quérir un avan­tage con­cur­ren­tiel dans la chaîne de valeur mon­di­ale.

Alain Du­doit, an­cien am­bas­sadeur du Canada, est con­seiller stratégique à l’in­ter­na­tional et Vice-pres­i­dent se­nior-parte­nar­i­ats a.i. Scale AI.

Les points de vue ex­primés dans cet ar­ti­cle sont unique­ment ceux de l’au­teur et ne sont pas néces­saire­ment partagés par les or­gan­i­sa­tions avec lesquelles il est as­so­cié.

Adobe­stock photo

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.