Ki­ji­ji force Saint-Zo­tique à re­voir sa ré­gle­men­ta­tion

Premiere edition - - Actualité - STEVE SAU­VÉ JOUR­NA­LISTE

La ré­gle­men­ta­tion sur l’amar­rage des em­bar­ca­tions nau­tiques dans la Mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Zo­tique est loin de faire l’una­ni­mi­té. Ce­pen­dant, le maire de l’en­droit ex­plique qu’une ré­gle­men­ta­tion s’avère né­ces­saire afin de gar­der une cer­taine har­mo­nie.

Via sa page Fa­ce­book, la Mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Zo­tique a pu­blié un avis à la po­pu­la­tion le 1er juin der­nier, pour aver­tir ses ri­ve­rains que, se­lon le rè­gle­ment nu­mé­ro 529-14, il est in­ter­dit de dé­pas­ser le nombre au­to­ri­sé d’em­bar­ca­tions à quai dans le sec­teur des ca­naux. Ain­si, la ré­gle­men­ta­tion pré­voit que cinq em­bar­ca­tions peuvent être amar­rées par adresse.

Ce­pen­dant, il est pré­vu que le nombre se com­pose d’une cha­loupe, de deux mo­to­ma­rines et de deux ba­teaux de plai­sance. De plus, sur la mis­sive il est in­di­qué que les per­sonnes dé­te­nant le droit de ré­si­dence du ter­rain sont les seules à pou­voir amar­rer leurs em­bar­ca­tions au bord de l’eau, mais que cer­taines ex­cep­tions s’ap­pliquent pour les pa­rents et en­fants.

DES QUAIS À LOUER SUR KI­JI­JI

Le maire de Saint-Zo­tique, Yvon Chias­son, ex­plique que la ré­gle­men­ta­tion est main­te­nant né­ces­saire puis­qu’il y a eu de l’abus. « Cer­taines per­sonnes louent des es­paces sur Ki­ji­ji », in­dique le maire Chias­son. « Ça fait un va-et-vient conti­nuel. Ça n’avait plus de bon sens. Cinq em­bar­ca­tions par ré­si­dence, ça fait beau­coup de voi­tures qui cir­culent dans les ave­nues. Il y a des ma­ri­nas si les gens dé­si­rent louer des quais. »

Une courte re­cherche ef­fec­tuée sur In­ter­net par VI­VA mé­dia per­met de re­trou­ver des an­nonces of­frant la pos­si­bi­li­té de louer des quais an­nuel­le­ment dans Saint-Zo­tique. Les ré­si­dents du sec­teur paient une fac­ture de 207 $ an­nuel­le­ment pour le net­toyage des ca­naux.

« Là, c’est ren­du que les ré­si­dents paient le net­toyage pour des lo­ca­taires », sou­ligne le maire de Saint-Zo­tique. Comme il y a eu des plaintes, nous n’avons pas le choix d’agir. »

S A I N T- Z O T I Q U E N E V E U T PA S J O U E R À L A PO­LICE

Même si l’in­for­ma­tion a été re­mise aux ré­si­dents qui sont concer­nés, Yvon Chias­son fait sa­voir que la Mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Zo­tique ne compte pas jouer à la po­lice.

« Si nous n’avons pas de trouble, nous ne joue­rons pas à la po­lice, dit-il. Avec la ré­gle­men­ta­tion, ça se­ra plus fa­cile de prendre les me­sures né­ces­saires. Main­te­nant, nous avons une struc­ture qui nous per­met d’agir. Je passe moi-même beau­coup de temps dans les ca­naux, je ne suis pas fou. Je sais com­ment ça fonc­tionne. »

La ré­gle­men­ta­tion ac­tuelle pré­cise qu’une em­bar­ca­tion ne peut être amar­rée à un ter­rain va­cant. Yvon Chias­son men­tionne que ce rè­gle­ment se­ra mo­di­fié. « Cette por­tion de la ré­gle­men­ta­tion se­ra mo­di­fiée pour l’été pro­chain, in­dique M. Chias­son. C’était dé­jà dans la ré­gle­men­ta­tion, mais comme le pro­prié­taire du ter­rain paie son 207 $ an­nuel­le­ment, c’est nor­mal qu’il puisse y amar­rer son em­bar­ca­tion. »

LES CI­TOYENS FU­RIEUX

Les ré­ac­tions ont été nom­breuses en lien avec la pu­bli­ca­tion de la ré­gle­men­ta­tion. Sur Fa­ce­book les gens ne se gênent pas pour lais­ser al­ler leur état d’âme.

« Leur rè­gle­ment n’a au­cun sens. Il faudrait qu’il soit ac­cep­té par le fé­dé­ral avant de pou­voir le faire ap­pli­quer aux ré­si­dents. Même si ce sont des ca­naux ar­ti­fi­ciels, à la se­conde où ça touche à de l’eau, c’est fé­dé­ral », in­siste Kel­ly Ann Val­lières sous la pu­bli­ca­tion Fa­ce­book de la Mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Zo­tique.

« La Ville de­vrait mettre son éner­gie à ré­gler les pro­blèmes aux em­bou­chures avant de faire des rè­gle­ments. Un jour, il n’y en au­ra plus de ba­teaux d’amar­rés au quai à part les kayaks », sou­ligne Syl­vie La­londe.

Pour sa part, Anne-Ma­rie Ayotte n’hé­site pas à pu­blier un dé­pliant qui pré­tend que la na­vi­ga­tion est de ju­ri­dic­tion fé­dé­rale.

PHO­TO SAINT-ZO­TIQUE

La ré­gle­men­ta­tion pré­voit que cinq em­bar­ca­tions peuvent être amar­rées par adresse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.