Ne­vine Bouez

«Le tra­vail de la terre re­lie l’être hu­main à la na­ture»

Prestige - - Interview - Pro­pos re­cueillis parMIREILLE BOUABJIAN

Dans sa toute nou­velle ex­po­si­tion de cé­ra­mique «Echoes of Earth», l’ar­tiste plu­ri­dis­ci­pli­naire Ne­vine Bouez trouve dans l’ar­gile ma­tière à créa­tion. Ses doigts de fée fa­çonnent ad­mi­ra­ble­ment la terre glaise, pour don­ner nais­sance à de pe­tites mer­veilles tou­jours uniques. Du 5 au 31 dé­cembre, ses oeuvres sont ex­po­sées à la ga­le­rie Ja­nine Ru­beiz à Bey­routh. Im­pres­sions li­vrées à Pres­tige.

Vous pré­sen­tez une nou­velle ex­po­si­tion de cé­ra­mique, Echoes of Earth. Qu’est-ce qui vous a ins­pi­rée?

L’art fait par­tie in­té­grante de ma vie. Mon par­cours a évo­lué, pas­sant par la pein­ture sur toile, la dé­co­ra­tion d’in­té­rieur, des créa­tions en por­ce­laine jus­qu’à cette su­blime dé­cou­verte de la po­te­rie. Je tra­vaille énor­mé­ment sur des com­mandes, j’ai par­ti­ci­pé à plu­sieurs ex­po­si­tions col­lec­tives et mon rêve est d’or­ga­ni­ser fi­na­le­ment ma propre ex­po­si­tion per­son­nelle.

Par­lez-nous de votre tech­nique de créa­tion en ma­tière de cé­ra­mique…

Je tra­vaille l’ar­gile dans sa forme na­tu­relle, simple et pure. Je me dé­voue en­tiè­re­ment au tra­vail de la sculp­ture, afin de par­ve­nir à un flux qui guide mes mains à chaque mo­ment, au fur et à me­sure que la pièce prend forme. C’est l’élé­ment de sur­prise qui me mo­tive, puisque je crée et dé­couvre si­mul­ta­né­ment l’émer­gence de nou­velles formes, gui­dée par mon es­prit au bout de mes doigts. Chaque par­tie de mes créa­tions ra­conte une his­toire à tra­vers les tex­tures et les formes. Je sens d’in­ter­mi­nables pos­si­bi­li­tés alors que je tords et tourne, pousse et re­lâche, uti­li­sant des ou­tils in­at­ten­dus et des tex­tures in­té­res­santes. Tous ces élé­ments re­haussent spon­ta­né­ment mes sculp­tures, alors que de nou­velles idées surgissent de mon pro­fond état de contem­pla­tion.

Quel style ar­chi­tec­tu­ral s’al­lie le mieux avec vos créa­tions?

Mes oeuvres sont mul­ti­fonc­tion­nelles et conviennent à tous les styles ar­chi­tec­tu­raux, du tra­di­tion­nel au contem­po­rain. Elles re­flètent la di­ver­si­té de nos in­té­rieurs. D’ailleurs, mes créa­tions ornent dif­fé­rentes mai­sons dans des villes comme Londres, Le Caire, Du­bai, Pa­ris ou Bey­routh.

«Trans­for­mer une ma­tière inerte en un ob­jet vi­brant est un vé­ri­table dé­fi.»

Les élé­ments de la na­ture sont sou­mis à votre créa­ti­vi­té, com­ment les in­ves­tis­sez-vous?

J’as­pire, à tra­vers mon tra­vail, à éta­blir un lien entre les êtres hu­mains et la na­ture par l’in­ter­mé­diaire du tra­vail ma­nuel de la terre. J’es­saie de don­ner un vo­let contem­po­rain à un ma­té­riau tra­di­tion­nel, à tra­vers une ten­sion dans la struc­ture, des lignes cas­sées, des cou­leurs vi­brantes et sobres. Mes lignes passent de la dé­li­ca­tesse à l’au­dace, de la consis­tance à la fi­nesse. Je re­couvre l’ar­gile de ver­nis pour ap­pro­fon­dir l’ex­pres­sion vi­suelle. Trans­for­mer une ma­tière inerte en un ob­jet vi­brant est un vé­ri­table dé­fi, puisque dans chaque cra­que­lure il y a de la lu­mière.

Peut-on dire que votre tra­vail est por­teur d’es­poir?

Mes créa­tions ont été conçues pour dif­fu­ser la lu­mière dans les cra­que­ments de notre obs­cu­ri­té li­ba­naise. Quelques-unes de mes col­lec­tions à thème ont pour ob­jec­tif d’illus­trer l’es­poir et la ré­si­lience face aux dé­fis ren­con­trés au Li­ban. Face à la lu­mière, l’obs­cu­ri­té ne peut pré­va­loir.

L’ar­tiste Ne­vine Bouez.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.