Sus­pect re­cher­ché pour une agres­sion contre un chauf­feur de la STM

Progrès Saint-Leonard - - ACTUALITÉS - LAURENT LA­VOIE

Le Ser­vice de po­lice de la ville de Montréal a pu­blié des photos du sus­pect qui au­rait agres­sé phy­si­que­ment un chauf­feur d’au­to­bus le 19 juillet der­nier, à l’angle de la 24e ave­nue et la rue Eve­rett.

Vers 21h45, le sus­pect au­rait sui­vi une mère et son fils jus­qu’à l’au­to­bus avant de s’en prendre à Sa­mir Ha­j­ja­mi, le chauf­feur qui condui­sait l’au­to­bus de la ligne 99 qui longe la rue Ville­ray. L’homme, qui me­su­re­rait en­vi­ron 1,80 m au­rait frap­pé et gra­fi­gné la vic­time, en plus de lui cra­cher des­sus. L’in­ci­dent a eu lieu dans l’est de l’ar­ron­dis­se­ment Ville­ray – Saint-Mi­chel – Parc-Ex­ten­sion, à la fron­tière de Saint-Léo­nard.

M. Ha­j­ja­mi ne croit pas re­tour­ner au tra­vail de si­tôt, alors qu’il ren­con­tre­ra son mé­de­cin de fa­mille et un psy­cho­logue dans les pro­chains jours. « On en­tend de ça chaque jour de nos col­lègues : des me­naces de morts, des agres­sions ver­bales et phy­siques. Quand ça nous ar­rive, on peut sen­tir ce que res­sen­taient nos col­lègues. C’est vrai­ment, ce n’est pas beau », dé­crit-t-il.

Pour lui, ce genre de si­tua­tion est im­pré­vi­sible. Il ra­conte avoir dé­jà été la cible d’in­sultes ra­cistes par un pas­sa­ger, alors qu’il aver­tis­sait ce der­nier de se dé­pla­cer pour lais­ser pas­ser une pous­sette. « Des fois, un client rentre et il est frus­tré par sa jour­née et il ex­plose sur toi. Il y a des cas comme ça », es­time-t-il.

L’agres­sion du 19 juillet der­nier a ra­vi­vé les in­quié­tudes concer­nant la sé­cu­ri­té des chauf­feurs de la Société des trans­ports de Montréal (STM).

En 2017, les chauf­feurs de la STM ont été la cible de 166 agres­sions, dont 70 phy­siques ou ar­mées. Cette an­née, jus­qu’à main­te­nant, on en compte 117, dont 56 phy­siques.

«Dans le contexte ac­tuel pour qu’on soit vrai­ment pro­té­gé, il n’y a qu’une so­lu­tion, c’est la ca­bine », croit le chauf­feur. Uti­li­sées dans plu­sieurs autres pays, cette poss­bi­li­té a été écar­tée par la STM, avec l’ac­cord du Syn­di­cat des chauf­feurs. L’idée pour­rait être ré­étu­diée, si elle est évo­quée de nou­veau.

Con­tac­tée par Le Pro­grès, la STM a in­di­qué prendre au sé­rieux la sé­cu­ri­té des 3600 chauf­feurs qui par­courent les rues de la ville. « Bien que de tels in­ci­dents soient peu fré­quents, nous pre­nons chaque cas au sé­rieux, car un cas est tou­jours un cas de trop et nous dé­ployons l’ac­com­pa­gne­ment né­ces­saire », sou­ligne-t-on.

En 2006, la STM et le syn­di­cat des em­ployés se sont en­ten­dus pour mettre sur pied le pro­gramme Se­cu­ri­bus, qui a entre autres pour but de pré­ve­nir les at­taques en­vers les chauf­feurs. Des for­ma­tions pré­ven­tives, l’ins­tal­la­tion de ca­mé­ra dans les bus et des cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion au­près de la clien­tèle sont à l’is­sue de ce­lui-ci.

Le pro­jet iBus, mis pro­gres­si­ve­ment en place en 2017, a aus­si do­té les bus d’un sys­tème de géo­lo­ca­li­sa­tion et d’un sys­tème de ra­dio­com­mu­ni­ca­tion plus fiable.

(Pho­to : gra­cieu­se­té)

Sa­mir Ha­j­ja­mi a pu­blié des photos de ses bles­sures dans la fou­lée de l’agres­sion. Il a su­bi des cou­pures au vi­sage.

(Pho­to : gra­cieu­se­té)

Le SPVM est à la re­cherche de ce sus­pect. L’at­taque s’est pro­duite vers 21 h 45, le 19 juillet der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.