Les Dé­lices La­fre­naie : des pâ­tis­se­ries à sa­veur fa­mi­liale

Progrès Saint-Leonard - - PETITES ANNONCES CLASSÉES - LAURENT LA­VOIE

POR­TRAIT. De pe­tite pâ­tis­se­rie de quartier à chaîne comp­tant plu­sieurs suc­cur­sales dans la grande ré­gion de Montréal, Les Dé­lices La­fre­naie fait la fier­té de Saint-Léo­nard. En 40 ans, trois gé­né­ra­tions de la fa­mille Ru­vo ont dû mettre la main à la pâte pour faire de leur en­tre­prise un suc­cès.

Gâ­teaux au fro­mage et aux fraises, tartes au ci­tron, bou­chées cho­co­la­tées; une tren­taine d’em­ployés aux ta­bliers plus co­lo­rés les uns que les autres s’af­fairent à ce que chaque dé­tail de leurs créa­tions soit par­faits. Quand on vi­site l’en­tre­pôt des Dé­lices La­fre­naie, l’odeur su­crée est sai­sis­sante.

« Moi je suis im­mu­ni­sé contre l’odeur, mais ma femme est vrai­ment tan­née », dit en riant Jo­seph Ru­vo, qui a pris les rênes de l’en­tre­prise fa­mi­liale. L’homme de 33 ans, qui veille aus­si sur les cinq autres ma­ga­sins de dé­tail de la pâ­tis­se­rie, est la troi­sième gé­né­ra­tion qui di­rige l’en­tre­prise. En don­nant la vi­site gui­dée de la pâ­tis­se­rie au jour­na­liste du Pro­grès, il ra­conte son par­cours. Gran­dis­sant, il a gra­vi les éche­lons de l’en­tre­prise pour en être au­jourd’hui le gé­rant. Son em­ploi est exi­geant ; il tra­vail six ou sept jours par se­maine. Il a même dû ces­ser l’uni­ver­si­té. Mais pour son père Frank, que l’on croise sur notre che­min, « ça vaut tout l’or du monde ».

Ce der­nier a co­fon­dé la Bou­lan­ge­rie Mi­la­no en 1979, avec son père Giu­seppe et son frère.

Après de 15 ans d’ac­ti­vi­tés, la pâ­tis­se­rie s’installe dans le quartier in­dus­triel de Saint-Léo­nard et change son nom pour ce­lui de la rue La­fre­naie. «C’était juste pour un en­tre­pôt. Quand on a ven­du la pâ­tis­se­rie, on est venu ici pour con­ti­nuer à pro­duire », in­dique Jo­seph.

Tou­te­fois, la clien­tèle conti­nuait de s’y pré­sen­ter pour ache­ter, même si l’en­tre­prise avait la fonc­tion d’un four­nis­seur, et non de commerce. À la fin des an­nées 90, de­vant la de­mande gran­dis­sante, un es­pace client a été ajou­té.

«l’en­tre­prise

On est vrai­ment fier d’avoir ame­né jusque-là après tout ce temps »

Au­jourd’hui, on trouve des suc­cur­sales à Ro­se­mère, Bros­sard et Pointe-Claire. Ceux de Montréal-Ouest et LaSalle ont d’ailleurs été inau­gu­rés en 2017. La pres­sion s’est donc ac­cen­tuée sur l’en­tre­pôt de Saint-Léo­nard, seul lieu de pro­duc­tion. Chaque ma­tin, des ca­mions de li­vrai­son quittent Saint-Léo­nard. Les Dé­lices La­fre­naie des­servent des res­tau­rants et même des épi­ce­ries, telles que Lo­blaws, un par­te­naire im­por­tant.

Si chaque commerce a ses clas­siques, les po­pu­laires gâ­teaux au Fer­re­ro Rocher et aux fruits des champs fi­gurent par­mi les pro­duits tra­di­tion­nels de la pâ­tis­se­rie. Bien que la fa­mille soit ita­lienne, l’offre gas­tro­no­mique des Dé­lices La­fre­naie s’est élar­gie au fil du temps. « On a beau­coup d’Es­pa­gnols, d’Haï­tiens qui viennent. On fait dif­fé­rentes choses pour les ac­com­mo­der. Ré­cem­ment, on a com­men­cé à faire le gâ­teau «Tres leches» [Trois laits], c’est un des­sert tra­di­tion­nel des Es­pa­gnols », af­firme Jo­seph.

Après tant d’an­nées, la pâ­tis­se­rie a su faire sa place à Saint-Léo­nard. «Je pense qu’on a fait notre nom. La rue La­fre­naie, les gens l’as­so­cient à nous », sou­ligne Jo­seph. Étant un lieu sym­bo­lique, Jo­seph croit ne ja­mais dé­mé­na­ger. Il es­père tou­te­fois agran­dir en ajou­tant un étage ou des pièces pour dé­coin­cer la pro­duc­tion.

Frank Ru­vo, co­fon­da­teur Des Dé­lices La­fre­naie

(Pho­to : De­nis Ger­main)

Jo­seph Ru­vo tra­vaille tous les jours aux cô­tés de son oncle Jer­ry.

(Pho­to : De­nis Ger­main)

Une tren­taine d’em­ployés se co­or­donnent en cuisine pour pro­duire de pe­tits chefs-d’oeuvre.

(Pho­to : De­nis Ger­main)

Les cou­lisses de la pâ­tis­se­rie re­gorgent de bou­chées sa­vou­reuses.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.