L’est de Mon­tréal, une prio­ri­té pour le Par­ti qué­bé­cois

Progrès Saint-Leonard - - LA UNE - STEVE CA­RON

PO­LI­TIQUE. À l’ap­proche du lan­ce­ment of­fi­ciel de la pro­chaine cam­pagne élec­to­rale, le chef du Par­ti qué­bé­cois (PQ), Jean-fran­çois Li­sée, est on ne peut plus clair: «l’est de Mon­tréal doit re­ce­voir sa juste part des in­ves­tis­se­ments et le sec­teur a trop long­temps été ou­blié par le Par­ti li­bé­ral du Qué­bec (PLQ). »

M. Li­sée et ses can­di­dats de l’est de Mon­tréal ont pro­cé­dé au lan­ce­ment de leur pla­te­forme élec­to­rale pour ce sec­teur à la Tour du Parc olym­pique pour mar­quer leur at­ta­che­ment aux pré­oc­cu­pa­tions des ré­si­dents de l’est.

« Ligne bleue, Hô­pi­tal Mai­son­neuve-r ose­mont, on ne compte plus les pro­jets plu­sieurs fois an­non­cés par les libéraux sans qu’ils soient concré­ti­sés. Ils ne font que re­por­ter les pro­jets », de dé­non­cer le chef du PQ.

Il n’a pas été plus tendre en­vers ses ad­ver­saires de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ), à qui ils re­prochent de ne s’in­té­res­ser à l’est de Mon­tréal que de­puis deux ans.

« Avec l’élec­tion d’un gou­ver­ne­ment du PQ, ce se­ra au tour de l’est et c’est l’ob­jec­tif de la pla­te­forme que le par­ti dé­pose au­jourd’hui. »

TRANS­PORT ET MO­BI­LI­TÉ

En ma­tière de trans­port et mo­bi­li­té, un en­jeu prio­ri­taire pour les ré­si­dents de l’est, l’un des pro­jets phares de la for­ma­tion po­li­tique est la mise en service d’un tram­way qui re­lie­rait le mé­tro Ra­dis­son à la Pointe-de-l’île, puis à la fu­ture sta­tion de mé­tro d’an­jou (ligne bleue). Vingt-quatre sta­tions de ce tram­way, qui uti­li­se­rait no­tam­ment l’axe de la rue Sher­brooke, se­raient amé­na­gées en sept ans.

L’aug­men­ta­tion de la fré­quence et de la ca­pa­ci­té du train de l’est, le pro­lon­ge­ment du SRB PIE-IX vers le centre-ville, la créa­tion d’un axe fort de trans­port sur le bou­le­vard Saint-jean-bap­tiste – avec voie ré­ser­vée pour faire le lien entre le tram de l’est, le train de l’est et les deux rives de l’est de l’île - et la mise en place per­ma­nente d’une na­vette flu­viale per­ma­nente entre la Pointe-de-l’île et le Vieux-port fi­gurent dans les pro­jets du PQ.

La mo­der­ni­sa­tion de la rue Notre-dame pour en faire un bou­le­vard ur­bain du 21e siècle et un le­vier ma­jeur de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et social pour l’est est aus­si une vo­lon­té de la for­ma­tion po­li­tique.

EMPLOI ET ÉCO­NO­MIE

Au cha­pitre de l’emploi et de l’éco­no­mie, le PQ mise sur la créa­tion d’un fonds d’ini­tia­tive, d’une société de dé­ve­lop­pe­ment ex­clu­sive pour l’est et d’un pro­gramme de dé­con­ta­mi­na­tion des sols pour re­lan­cer éco­no­mi­que­ment le sec­teur.

« L’en­jeu de la dé­con­ta­mi­na­tion des sols a été par­ti­cu­liè­re­ment né­gli­gé par les libéraux, qui se sont ser­vis d’une bonne par­tie de l’ar­gent de­vant être uti­li­sé dans l’est pour dé­con­ta­mi­ner des sols liés à la construc­tion du REM, dans l’ouest.

«En rem­pla­çant le REM par notre Grand Dé­blo­cage, nous se­rons en me­sure de ré­in­ves­tir les sommes là où c’est né­ces­saire», in­siste Jean-mar­tin Aus­sant, can­di­dat dans la cir­cons­crip­tion de Pointe-aux-trembles.

SAN­TÉ ET SER­VICES SO­CIAUX

Le PQ s’en­gage à don­ner une réelle au­to­no­mie aux in­fir­mières, phar­ma­ciens et, plus gé­né­ra­le­ment aux 200 000 pro­fes­sion­nels de la san­té. Il re­ver­ra la ré­mu­né­ra­tion des mé­de­cins.

Les in­ter­ven­tions se­ront cen­trées sur les pa­tients, as­sure-t-on, par le biais d’un dé­ploie­ment d’in­fir­mières-pra­ti­ciennes spé­cia­li­sées dans les CLSC exis­tants, qui se­ront ou­verts 7 jours par se­maine, de 9 h à 21h.

L’ac­cé­lé­ra­tion de la mo­der­ni­sa­tion des ins­tal­la­tions de l’hô­pi­tal Mai­son­neuve-ro­se­mont et la créa­tion de cli­niques com­pre­nant des res­sources en soins et pré­ven­tion, une ap­proche mul­ti­sec­to­rielle, des in­fir­mières spé­cia­li­sées et des soins à do­mi­cile per­met­tront d’of­frir de meilleurs ser­vices de san­té, es­time la for­ma­tion po­li­tique.

« La po­pu­la­tion de l’est de Mon­tréal est par­ti­cu­liè­re­ment vieillis­sante. Ce que sou­haitent les aî­nés, c’est pou­voir de­meu­rer chez eux le plus long­temps pos­sible. Nous avons tout à ga­gner en tant que société à agir en ce sens. En ré­in­ves­tis­sant mas­si­ve­ment dans les soins à do­mi­cile et en don­nant du répit aux proches ai­dants, nous y ar­ri­ve­rons », af­firme Ma­ka Kot­to, dé­pu­té dans la cir­cons­crip­tion de Bour­get.

ÉDU­CA­TION

La can­di­date de la cir­cons­crip­tion de Ho­che­la­ga-mai­son­neuve, Ca­role Poi­rier, sou­haite re­don­ner aux jeunes le goût de se le­ver le ma­tin pour al­ler à l’école.

Pour elle, ce­la passe no­tam­ment par des écoles belles et saines.

Nous lan­ce­rons un grand chan­tier de ré­no­va­tion des écoles pour ces­ser de les voir tom­ber en ruine. Pen­sons à l’exemple ins­pi­rant que re­pré­sente l’école Ba­ril, dans Ho­che­la­ga-mai­son­neuve, au­jourd’hui c’est l’une des plus belles écoles à Mon­tréal. »

Ca­role Poi­rier, can­di­date de la cir­cons­crip­tion de Ho­che­la­ga-mai­son­neuve.

La lutte au dé­cro­chage sco­laire par un fi­nan­ce­ment adé­quat des or­ga­nismes com­mu­nau­taires oeu­vrant en cette ma­tière et la créa­tion d’un centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle as­so­cié au do­maine ma­nu­fac­tu­rier 4.0 sont des me­sures à mettre en place ra­pi­de­ment, illustre Ca­role Poi­rier.

(Pho­to Le Flam­beau – Steve Ca­ron)

Cons­cient de par­tir à la po­si­tion de né­gli­gé le chef du Par­ti qué­bé­cois ne s’en for­ma­lise pas trop et croit que sa for­ma­tion po­li­tique va en sur­prendre plus d’un lors de la pro­chaine cam­pagne élec­to­rale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.