Pour­quoi se do­ter d’une as­su­rance ha­bi­ta­tion lors­qu’on est lo­ca­taire?

Progrès Saint-Leonard - - ANNONCES CLASSÉES -

Sa­viez-vous que, se­lon le Bu­reau d’as­su­rance du Ca­na­da, près du quart des lo­ca­taires qué­bé­cois ne pos­sèdent pas d’as­su­rance ha­bi­ta­tion? En ef­fet, nom­breux sont ceux qui croient (à tort) que l’as­su­rance de leur pro­prié­taire les pro­tè­ge­ra en cas de si­nistre. La réa­li­té est mal­heu­reu­se­ment tout autre... Li­sez ce qui suit pour en apprendre da­van­tage!

D’abord, il est im­por­tant de men­tion­ner qu’au­cune loi ne vous oblige, en tant que lo­ca­taire, à sous­crire une as­su­rance ha­bi­ta­tion. Tou­te­fois, puisque per­sonne n’est à l’abri d’un fâ­cheux in­ci­dent, celle-ci s’avère in­dis­pen­sable si vous sou­hai­tez avoir l’es­prit tran­quille, car elle ga­ran­tit la va­leur de vos biens dans l’éven­tua­li­té où un dé­gât d’eau ou un in­cen­die, par exemple, en­dom­ma­ge­rait sé­rieu­se­ment votre logement.

RES­PON­SA­BI­LI­TÉ CI­VILE

En plus de pro­té­ger vos pos­ses­sions, l’as­su­rance ha­bi­ta­tion oc­cupe une deuxième fonc­tion es­sen­tielle, soit celle de cou­vrir votre res­pon­sa­bi­li­té ci­vile. Plus pré­ci­sé­ment, ce­la si­gni­fie que vous n’au­riez pas à payer pour les dom­mages ma­té­riels ou cor­po­rels que vous pour­riez in­vo­lon­tai­re­ment in­fli­ger à au­trui. Ain­si, si vous inon­diez par mé­garde votre voi­sin à l’étage in­fé­rieur, votre as­su­rance se char­ge­rait de dé­bour­ser le mon­tant né­ces­saire pour les ré­pa­ra­tions.

À dé­faut d’être mu­ni d’une as­su­rance ha­bi­ta­tion, vous se­riez te­nu res­pon­sable pour les dé­gâts et de­vriez ré­gler à vous seul les di­vers frais en­cou­rus... Alors, pour votre bien-être — et ce­lui de votre por­te­feuille! —, ne pre­nez pas ce risque in­utile. Si ce n’est dé­jà fait, pro­cu­rez-vous vite une as­su­rance ha­bi­ta­tion!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.