Quelques points de dis­corde mal­gré une large ma­jo­ri­té

Progrès Saint-Leonard - - ACTUALITÉS -

Nou­veau rè­gle­ment sur les chiens

Le co­mi­té exé­cu­tif de la Ville a adop­té un nou­veau rè­gle­ment à une large ma­jo­ri­té sur la ques­tion des chiens dan­ge­reux, alors que de nou­veaux in­ci­dents se sont dé­rou­lés dans la mé­tro­pole. Les quelques op­po­sants au rè­gle­ment jugent qu’il ne va pas as­sez loin.

Adop­té le 21 août à 49 voix contre 11 par le co­mi­té exé­cu­tif de la Ville de Mon­tréal, le nou­veau rè­gle­ment sur les chiens dan­ge­reux en­tend «res­pon­sa­bi­li­ser le pro­prié­taire en­vers son ani­mal, mais aus­si en­vers toute la po­pu­la­tion mont­réa­laise » a sou­li­gné la mai­resse Va­lé­rie Plante.

Ain­si, le nou­veau rè­gle­ment pré­voit d’ajou­ter à la no­tion de mor­sures toutes ten­ta­tives de mor­sures, d’at­taques ou d’ac­tions pou­vant por­ter at­teinte à la sé­cu­ri­té.

Cette nou­velle lé­gis­la­tion in­ter­vient alors qu’un chien doit être eu­tha­na­sié à Mon­tréal-nord après avoir bles­sé six per­sonnes.

Si plu­sieurs élus de l’op­po­si­tion ont vo­té pour ce nou­veau rè­gle­ment, l’élu léo­nar­dois Do­mi­nic Per­ri n’en fait pas par­tie.

Se­lon lui, plu­sieurs dis­po­si­tions du rè­gle­ment sont po­si­tives, mais des points im­por­tants de­meurent in­adap­tés.

Do­mi­nic Per­ri re­grette d’une part la pos­si­bi­li­té de dé­te­nir un pitt­bull, « un chien de com­bat in­adap­té en mi­lieu ur­bain ». Se­lon lui, l’ad­mi­nis­tra­tion Plante a cé­dé à un «lob­by des Pitt­bulls », qui se ma­ni­feste par l’en­voi de cour­riels tou­jours plus nom­breux pour pré­ser­ver l’au­to­ri­sa­tion d’en pos­sé­der.

Il re­grette par ailleurs le fait qu’il «faut at­tendre que le chien fasse un geste dan­ge­reux pour être consi­dé­ré comme dan­ge­reux». «Je sou­haite une meilleure no­tion de pré­ven­tion, même si le risque zé­ro n’existe pas » ex­plique-t-il.

L’élu de Saint-léo­nard re­joint ain­si la mai­resse de Mon­tréal-nord Ch­ris­tine Black. «J’ai don­né ma dis­si­dence pour en­voyer un mes­sage très clair à l’ad­mi­nis­tra­tion Plante, s’est jus­ti­fiée la mai­resse à Mé­tro Mé­dia. Ce rè­gle­ment est in­suf­fi­sant, et le dé­bat doit se pour­suivre. »

120 ani­maux de com­pa­gnie mi­cro­pu­cés gra­tui­te­ment à Saint-léo­nard

LES NUI­SANCES PAS AS­SEZ PRISES EN CONSI­DÉ­RA­TION

Do­mi­nic Per­ri ajoute que le rè­gle­ment ne tient pas suf­fi­sam­ment compte des pos­sibles nui­sances gé­né­rées par un nombre trop éle­vé d’ani­maux de com­pa­gnie dans un même foyer.

Le rè­gle­ment au­to­rise un pro­prié­taire à avoir jus­qu’à trois chiens et six chats, beau­coup trop pour Do­mi­nic Per­ri. « Un oc­cu­pant du pre­mier étage d’un tri­plex pour­rait se trou­ver avec six chiens et huit chats » dans un tri­plex qui compte deux ha­bi­ta­tions si­tuées aux étages. « Dans des ha­bi­ta­tions en bois, l’ef­fet tam­bour dès que des ani­maux jouent est pro­blé­ma­tique » pré­cise l’élu. Les 20 et 27sep­tembre, de 18 h 30 à 21 h 30, deux cli­niques de mi­cro­pu­çage se­ront of­fertes au parc Wil­fried-bas­tien aux pro­prié­taires de chiens et de chats ré­si­dents de Saint-léo­nard. Les ci­toyens sont in­vi­tés à ins­crire leur ani­mal au pa­villon du parc. Pour être ad­mis­sible, le ci­toyen doit ré­si­der sur le ter­ri­toire de l’ar­ron­dis­se­ment et pos­sé­der un per­mis ani­ma­lier en règle au nom de l’ani­mal. Le mi­cro­pu­çage est une ac­tion sans dou­leur qui per­met no­tam­ment de re­tra­cer un pro­prié­taire plus fa­ci­le­ment en cas de perte ou de fuite d’un ani­mal, mais aus­si de réa­li­ser une éco­no­mie de 7 $ sur le coût du per­mis ani­ma­lier, et ce, à chaque re­nou­vel­le­ment.

Ar­chives mé­tro mé­dia

Mal­gré la large ma­jo­ri­té lors du vote pour le nou­veau rè­gle­ment sur les chiens, des élus ont mon­tré leur scep­ti­cisme quant à la réelle por­tée de ces dis­po­si­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.