Jeanne-mance – Vi­ger : y croire mal­gré le poids de l’his­toire

Progrès Saint-Leonard - - ACTUALITÉS - QUEN­TIN PARISIS

ÉLEC­TIONS. À l’ap­proche des élec­tions gé­né­rales du 1er oc­tobre, les can­di­dats s’ac­tivent dans leurs cir­cons­crip­tions. Le Pro­grès vous pro­pose un aper­çu des en­jeux de la cir­cons­crip­tion Jeanne-mance-vi­ger.

De­puis sa créa­tion en 2001, Jeanne-mance – Vi­ger a des airs de vé­ri­table for­te­resse li­bé­rale. Dans cette cir­cons­crip­tion dont les fron­tières ac­tuelles cor­res­pondent à celles de l’ar­ron­dis­se­ment de Saint-léo­nard, les élec­teurs ont his­to­ri­que­ment vo­té rouge en très forte ma­jo­ri­té. En cinq élec­tions gé­né­rales, ja­mais un can­di­dat du PLQ n’a ob­te­nu moins de 65 % du vote.

L’ac­tuel maire de l’ar­ron­dis­se­ment de Saint-léo­nard, Mi­chel Bis­so­net, a oc­cu­pé les fonc­tions de dé­pu­té de 1981 à 2008 (d’abord de Jeanne-mance, puis de Jeanne-mance-vi­ger), sous les cou­leurs li­bé­rales, avant que Fi­lo­me­na Ro­ti­ro­ti ne prenne sa re­lève.

En 2014, celle-ci a ob­te­nu un man­dat fort, re­cueillant un peu plus de 78 % des voix. Au­cun de ses ad­ver­saires ne s’était même ap­pro­ché de la barre des 10 % de suf­frages.

La dé­pu­tée sor­tante fe­ra face cet au­tomne à Is­maël Seck, de Qué­bec So­li­daire, Ma­rie-jo­sée Bru­neau du Par­ti qué­bé­cois et Sa­rah Pe­tra­ri de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec. Mal­gré l’am­pleur de la tâche, ces « out­si­ders » de­meurent per­sua­dés qu’une sur­prise est pos­sible, que la lourde ten­dance est ré­ver­sible.

Plus fa­cile à dire qu’à faire. La ques­tion de­meure : comment s’y prendre ?

Du cô­té du Par­ti qué­bé­cois et de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec, on compte d’abord et avant tout sur la pla­te­forme na­tio­nale afin de faire des gains lo­ca­le­ment. C’est pour­quoi la can­di­date Ma­rie-jo­sée Bru­neau veut in­for­mer les ci­toyens sur le pro­gramme du PQ. « Les en­jeux de la cir­cons­crip­tion se rap­prochent de ceux de la pro­vince, avec en tête l’édu­ca­tion, la lutte contre les in­éga­li­tés et la san­té» note celle qui exerce la pro­fes­sion d’en­sei­gnante.

Sa­rah Pe­tra­ri as­sure pour sa part que les en­jeux pro­vin­ciaux et les son­dages qui font de Fran­çois Le­gault un can­di­dat cré­dible à la vic­toire sont des élé­ments re­le­vés par les élec­teurs. La can­di­date a ce­pen­dant no­té lors de ses échanges avec les ci­toyens que la consom­ma­tion de can­na­bis dans l’es­pace pu­blic sus­ci­tait de l’in­quié­tude dans cette cir­cons­crip­tion où près de 20% des ha­bi­tants ont plus de 65 ans. Elle se ré­fère donc à la pro­po­si­tion de son par­ti de re­le­ver l’âge lé­gal à 21 ans pour ré­pondre aux craintes d’une po­pu­la­tion « qui dis­pose sou­vent de convic­tions re­li­gieuses et de ré­flexes conser­va­teurs ».

« Il n’y a que deux par­tis qui font réel­le­ment une cam­pagne de ter­rain à Saint-léo­nard, c’est le PLQ et QS », af­firme d’em­blée Is­maël Seck, can­di­dat de Qué­bec so­li­daire.

Ce der­nier, qui a gran­di à Saint-léo­nard et qui dit avoir une idée très pré­cise des en­jeux lo­caux, a en­ta­mé un tra­vail de ter­rain de­puis plus d’un an pour tis­ser un so­lide ré­seau au­près des ci­toyens et des or­ga­nismes com­mu­nau­taires. Il mise aus­si sur une mo­bi­li­sa­tion des ha­bi­tuels abs­ten­tion­nistes pour créer la sur­prise. En 2014, l’abs­ten­tion s’été éle­vée à près de 29 %.

LE TRANS­PORT

Alors que le fu­tur pro­lon­ge­ment de la ligne bleue a été an­non­cé ces der­niers mois, la ques­tion des trans­ports col­lec­tifs de­meure un en­jeu im­por­tant.

À Saint-léo­nard, 65 % des ha­bi­tants as­surent uti­li­ser leur voi­ture pour se rendre au tra­vail, contre 30 % en trans­port en com­mun.

Fi­lo­me­na Ro­ti­ro­ti rap­pelle son im­pli­ca­tion dans le pro­lon­ge­ment du mé­tro et veut pour­suivre ses ef­forts, no­tam­ment en ma­tière de pistes cy­clables et de sé­cu­ri­sa­tion des voies pié­tonnes. La dé­pu­tée sor­tante lie cet en­jeu à ceux de la sé­cu­ri­té et de la san­té.

Si Is­mael Seck (QS) re­con­naît l’im­pli­ca­tion de son ad­ver­saire dans le dos­sier du mé­tro, il sou­haite un abais­se­ment de 50 % du prix du billet, une idée qui se trouve au coeur de la pla­te­forme na­tio­nale de QS. Il re­grette aus­si que Fi­lo­me­na Ro­ti­ro­ti n’ait pas fait le né­ces­saire pour pré­ser­ver les ins­ti­tu­tions de san­té au coin de La­cor­daire et de Jean Ta­lon, ame­nées à être dé­truites dans le cadre des ex­pro­pria­tions liées au pro­lon­ge­ment du mé­tro, mal­gré le peu d’offres dans le sec­teur.

L’IN­TÉ­GRA­TION, UN SU­JET LO­CAL MA­JEUR

La ques­tion de l’in­té­gra­tion éco­no­mique des im­mi­grants est par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tante dans Jeanne-mance – Vi­ger, une cir­cons­crip­tion où 50 % de la po­pu­la­tion est né hors du Ca­na­da. La ten­dance se confirme d’ailleurs puisque, entre 2011 et 2016, 7605 per­sonnes étran­gères s’y sont ins­tal­lées, le plus haut chiffre de­puis 35 ans. Ici, plus d’une per­sonne sur trois parle plus sou­vent à la mai­son une langue autre que le fran­çais et l’an­glais, se­lon les don­nées du der­nier re­cen­se­ment ; ils parlent l’ita­lien bien sûr, mais aus­si l’es­pa­gnol et l’arabe.

Si Sa­rah Pe­tra­ri ren­voie au pro­gramme de la CAQ de « ré­duire de 20 % l’im­mi­gra­tion sans tou­cher au bud­get », Is­mael Seck pro­pose plu­tôt une consul­ta­tion pu­blique à Saint-léo­nard pour lut­ter ef­fi­ca­ce­ment contre les dis­cri­mi­na­tions et fa­ci­li­ter l’in­té­gra­tion. Il consi­dère qu’une telle dé­marche per­met­tra de lut­ter plus ef­fi­ca­ce­ment contre le chô­mage à Saint-léo­nard, qui s’élève à 11 %.

Forte des ré­sul­tats his­to­riques du Par­ti li­bé­ral, de son sta­tut de dé­pu­tée provinciale de la cir­cons­crip­tion de­puis 10 ans, de son iden­ti­té Léo­nar­doise, Fi­lo­me­na Ro­ti­ro­ti re­ven­dique une connais­sance du sec­teur et de ses ha­bi­tants, ain­si qu’un bi­lan fort et des pro­po­si­tions sur les prin­ci­paux en­jeux.

« Je ne tiens rien pour ac­quis. Je compte bien al­ler à la ren­contre des gens chaque jour de la cam­pagne] » ex­plique-t-elle.

Mal­gré sa po­si­tion in­dé­niable de fa­vo­rite pour le scru­tin, elle af­firme res­ter sur ses gardes.

À voir si ses ad­ver­saires lui don­ne­ront rai­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.