FLOU AU­TOUR DE L’ORI­GINE DE LA LUNE

Québec Science - - EXPLORATION SPATIALE -

Les com­po­si­tions iso­to­piques de la Lune et de notre pla­nète semblent trop si­mi­laires pour ca­drer avec l’hy­po­thèse de l’im­pact géant, qui veut que notre satellite se soit for­mé à par­tir des dé­bris d’une pla­nète ayant fon­cé sur la Terre au tout dé­but du Sys­tème so­laire. Les scien­ti­fiques es­saient donc de trou­ver un scé­na­rio qui pour­rait ex­pli­quer l’exis­tence du duo Terre-Lune.

L’un des der­niers en date vient de l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie à Da­vis et a été pu­blié dans le Jour­nal of Geo­phy­si­cal Research – Pla­nets en fé­vrier 2018. La pro­fes­seure Sa­rah Ste­wart et son étu­diant Si­mon Lock ont sug­gé­ré qu’un im­pact a bien eu lieu entre deux pla­nètes, mais que le ré­sul­tat a été une es­pèce de «beigne» de ma­tière va­po­ri­sée tour­nant à folle vi­tesse, ap­pe­lé «sy­nes­te­sia», du­quel la Lune se se­rait dé­ta­chée. Ce beigne se­rait en­suite de­ve­nu notre Terre. Le dé­bat n’est pas près de se conclure, tou­te­fois.

Le concept de «sy­nes­te­sia», un beigne de ma­tière va­po­ri­sée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.