LES CONFI­DENCES SEXUELLES DE JOHN MAYER

À 41 ans, l’au­teur-com­po­si­teu­rin­ter­prète tente tou­jours de se dé­faire de sa ré­pu­ta­tion d’homme à femmes… mais ça ne l’em­pêche pas de ré­pondre avec son franc-par­ler ha­bi­tuel aux ques­tions in­dis­crètes qu’on lui pose sur sa vie sexuelle.

Riches et Célèbres - - Sommaire -

John Mayer s’est fait connaître à la fin des an­nées 1990 grâce à des chan­sons à sa­veur pop telles que No Such Thing et Your Bo­dy Is a Won­der­land. Au­jourd’hui, son style mu­si­cal s’est élar­gi, si bien qu’il nous offre des pièces blues, rock et même coun­try. Le chan­teur, gui­ta­riste et pro­duc­teur, qui a ven­du 20 mil­lions d’al­bums à tra­vers le monde, n’a plus rien à prou­ver, pro­fes­sion­nel­le­ment par­lant. Il en va tou­te­fois au­tre­ment pour ce qui est de sa vie per­son­nelle…

UN LONG COM­BAT

Très tôt dans sa car­rière, John Mayer s’est fait ap­po­ser – in­jus­te­ment, se­lon lui – l’éti­quette de dra­gueur in­vé­té­ré. À la suite de ses nom­breuses re­la­tions amou­reuses avec des stars comme Tay­lor Swift, Jen­ni­fer Anis­ton, Jes­si­ca Simp­son et Ka­ty Per­ry ain­si que de par ses pro­pos sou­vent mal­adroits, il a été per­çu par plu­sieurs comme un play­boy n’ayant au­cune consi­dé­ra­tion pour la gent fé­mi­nine. Après des an­nées à ten­ter de dé­mon­trer au monde sa bonne foi, le cé­lèbre gui­ta­riste mise main­te­nant sur l’au­then­ti­ci­té pour se faire ap­prou­ver par ses pairs.

SANS FILTRE

Le 22 oc­tobre der­nier, John a re­çu Caz­zie Da­vid à son émis­sion Cur­rent Mood. Celle-ci en a pro­fi­té pour ques­tion­ner le mu­si­cien sur ses dif­fé­rentes ex­pé­riences au lit… et on se doute qu’elle n’a pas été dé­çue.

Pre­miè­re­ment, l’ac­trice lui a de­man­dé s’il s’était dé­jà mas­tur­bé au son de sa propre mu­sique. «Je ne pense pas m’être mas­tur­bé au son d’au­cune mu­sique, sauf quand j’étais beau­coup plus jeune et que MTV était tout ce qu’il y avait pour un jeune homme, a ra­con­té John. Mais je n’ai ja­mais… Dans quel monde ima­gines-tu qu’un homme pour­rait se mas­tur­ber sur sa propre mu­sique?» , a-t-il ajou­té, per­plexe.

Caz­zie lui a en­suite de­man­dé si une de ses an­ciennes conquêtes lui avait dé­jà ré­cla­mé de faire jouer sa mu­sique du­rant l’acte. «Non, mais une fille m’a de­man­dé de lui chan­ter quelques-unes de mes chan­sons juste avant, a-t-il ré­pon­du. Au dé­but de ma ving­taine, j’ai pro­ba­ble­ment uti­li­sé ma mu­sique pour sé­duire quelques filles» , a-t-il ad­mis. Fi­na­le­ment, Da­vid l’a ques­tion­né à pro­pos du nombre de per­sonnes avec qui il a cou­ché, lui de­man­dant si plus de

800 femmes étaient pas­sées dans son lit, ce à quoi Mayer a ré­pon­du par la né­ga­tive. «Es-tu sur­prise que j’aie cou­ché avec moins de 500 per­sonnes?!, s’est-il ex­cla­mé. En pas­sant, qu’est-ce que ça dit si tu dé­couvres que j’ai cou­ché avec moins de 50 per­sonnes? Es-tu comme im­pres­sion­née par moi? Penses-tu: “Il est un bon gars fi­na­le­ment”?» , a-t-il bla­gué.

AU­THEN­TIQUE

Ré­cem­ment, lors d’un spec­tacle in­time au iHeartRa­dio Thea­ter, à Los An­geles, John a confié au pu­blic pré­sent qu’il ne pro­dui­rait peut-être plus d’al­bum com­plet, pré­fé­rant lan­cer des singles à la place. «Je suis très in­dé­cis et je change constam­ment de style mu­si­cal» , a-t-il ex­pli­qué, ajou­tant ne plus ten­ter de faire des hits à tout prix. «Par­fois, on a juste be­soin de dire la vé­ri­té avec une gui­tare.»

Le chan­teur en a sur­pris plus d’un avec ses ré­vé­la­tions…

John doit sin­cè­re­ment re­gret­ter de ne pas avoir su s’en­ga­ger avec l’une des sex-sym­bols qu’il a eu la chance de fré­quen­ter, car au­jourd’hui, sa ré­pu­ta­tion fait en sorte qu’il n’est plus pris au sé­rieux…

Heu­reu­se­ment, il lui reste la mu­sique pour se conso­ler…

qu’on Mayer passe plus de nuits so­li­taires ne l’au­rait cru!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.