CÉ­LINE DION: À QUOI JOUE-T-ELLE?

Qui­conque n’est pas au cou­rant du vi­rage au­tant per­son­nel que pro­fes­sion­nel qu’ef­fec­tue la di­va de­puis le dé­cès de son ma­ri et gé­rant se trouve vrai­sem­bla­ble­ment sur une autre pla­nète. Et cette spec­ta­cu­laire tran­si­tion ne semble pas près de s’ar­rê­ter!

Riches et Célèbres - - Sommaire -

Après le dé­cès de son ma­ri, le 14 jan­vier 2016, Cé­line a pris le temps de vivre son deuil, en­tou­rée de sa fa­mille et de ses trois en­fants. Elle a en­suite amor­cé ce qui al­lait de­ve­nir une mé­ta­mor­phose des plus im­pres­sion­nantes. À 50 ans, Cé­line Dion prend le contrôle de sa vie: pro­fi­tant à fond de cette au­to­no­mie qu’elle ap­prend en­core à maî­tri­ser, elle s’éclate cô­té look, se per­met de flir­ter de nou­veau avec l’amour et mène sa car­rière comme bon lui semble. Mais le fait est que le tout pa­raît un peu for­cé, sur­joué, ce qui nous amène à nous de­man­der: POUR­QUOI?

MAIN­TE­NIR SON STA­TUT

Après presque 40 ans de mé­tier, Cé­line Dion a une car­rière tou­jours aus­si pros­père… et lu­cra­tive, si l’on se fie à Forbes, qui la classe en neu­vième po­si­tion de son pal­ma­rès des chan­teuses les mieux payées cette an­née, avec un re­ve­nu de 41 mil­lions $ de juin 2017 à juin 2018! S’il est une chose dont elle peut se tar­guer, c’est d’avoir su pré­ser­ver une ap­pa­rente sim­pli­ci­té, mal­gré son sta­tut de su­per­star. Cé­line met son rôle de mère at­ten­tion­née au pre­mier plan, et l’amour qu’elle porte à ses en­fants est in­dé­niable. «Le point fort de ma jour­née est tou­jours quand je suis avec

mes en­fants» , a-t-elle d’ailleurs af­fir­mé au ma­ga­zine People. Mais elle pousse par­fois un peu trop la note.

«Ils me ras­surent beau­coup. J’en ai be­soin. J’ai be­soin qu’ils soient près» , a-t-elle pour­sui­vi, ajou­tant s’être fait fa­bri­quer un lit gi­gan­tesque afin de pou­voir le par­ta­ger avec ses ju­meaux, Nel­son et Ed­dy, au­jourd’hui âgés de huit ans. Mais si ce n’est de ses ponc­tuelles dé­cla­ra­tions dé­rou­tantes ou de ré­vé­la­tions sur son réel train de vie, la chan­teuse n’a ja­mais été un su­jet crous­tillant pour les mé­dias. Tou­jours ma­riée et bien di­ri­gée, elle n’a ja­mais été au centre de po­lé­miques ou de scan­dales amou­reux, et on di­rait qu’elle vou­lait que ça change!

UNE RE­LA­TION QUI FAIT JA­SER

Cer­tains de ses fans les plus fi­dèles l’avaient vu ve­nir de­puis long­temps: après avoir écou­té les conseils de son ma­ri et gé­rant du­rant toutes ces an­nées, Cé­line avait be­soin de lais­ser al­ler sa propre créa­ti­vi­té afin de dé­cou­vrir qui elle est en tant qu’ar­tiste, mais aus­si en tant que femme. «Elle est fi­na­le­ment prête à mettre fin à son deuil et à com­men­cer à vivre» , a in­di­qué une source proche de la star au Na­tio­nal En­qui­rer.

Après s’être épa­nouie grâce à la mode et avoir fait des chan­ge­ments ma­jeurs dans sa vie pro­fes­sion­nelle – elle a entre autres an­non­cé la fin de sa ré­si­dence à Las Ve­gas –, Cé­line ex­pé­ri­men­te­rait main­te­nant un autre genre de pas­sion en com­pa­gnie du jeune dan­seur Pepe Muñoz… Mais quand cer­tains donnent de la cré­di­bi­li­té à cette re­la­tion en mur­mu­rant des pro­pos tels que: «Elle n’est pas prête pour une re­la­tion sé­rieuse, mais elle s’amuse et elle sait main­te­nant ce qu’elle man­quait» , les prin­ci­paux concer­nés sont les pre­miers à le dire, ces ru­meurs les font bien rire. Il y a de quoi: tout porte à croire que Pepe est ho­mo­sexuel. Outre ses pas­sions et ma­nières avec la di­va, il a lui-même dé­cla­ré l’être à la suite d’un scan­dale en 2010. Alors qu’il était ju­ré pour l’émis­sion Fa­ma Re­vo­lu­tion, il au­rait qua­li­fié un des concur­rents de trop ef­fé­mi­né: «[Dans une danse de couple,] l’homme doit être l’homme et la femme, la femme, sans quoi je vais voir un spec­tacle de trans­sexuels.» Lyn­ché pour ses com­men­taires, il pu­bliait par la suite des cli­chés sur Ins­ta­gram avec, en com­men­taires, #gay #fier #out. Ces pu­bli­ca­tions sont évi­dem­ment re­ti­rées du compte de Pepe au­jourd’hui, et ce der­nier prend bien garde à ne pas pu­blier n’im­porte quoi. Il en va de la ré­pu­ta­tion de son em­ployeure! Entre nous, ce­la ex­pli­que­rait la ful­gu­rante ra­pi­di­té avec la­quelle Cé­line s’est sen­tie à l’aise d’af­fi­cher une proxi­mi­té avec lui dans la vie de tous les jours…. comme sur la scène! Dans tous les cas, pour­quoi ne pas mettre les choses au clair une fois pour toutes? Mais parce que c’est beau­coup plus payant lors­qu’on en parle, voi­là tout!

SUR LES CHA­PEAUX DE ROUES

Der­niè­re­ment, la star a ajou­té une corde à son arc en s’as­so­ciant avec Nu­nu­nu pour créer Cé­li­nu­nu­nu, une col­lec­tion haut de gamme de vê­te­ments non gen­rés pour les en­fants de 0 à 14 ans. «Lais­sez vos en­fants être ce qu’ils veulent être, a-telle dit sur les ondes de CNN. On ne sait pas ce que nos en­fants vont de­ve­nir et on ne veut pas qu’ils aient des pro­blèmes psy­cho­lo­giques en gran­dis­sant en se di­sant qu’ils doivent être et s’ha­biller d’une cer­taine fa­çon et dire ce­ci ou ce­la, sim­ple­ment parce qu’ils sont des hommes, des gar­çons. Non. Lais­sons-les être ce qu’ils sont vrai­ment le plus tôt pos­sible» , a-t-elle ex­pli­qué. Elle a par la suite pré­ci­sé que son in­ten­tion n’est au­cu­ne­ment de dire aux pa­rents quoi faire, mais plu­tôt de les ai­der à mieux ou­tiller leurs pe­tits.

DES FANS EN CO­LÈRE

Qu’il s’agisse de son nou­veau look, que nom­breux qua­li­fient de tape-à-l’oeil, de vul­gaire ou en­core de peu ap­pro­prié pour son âge; de sa re­la­tion avec Pepe, consi­dé­rée comme un affront à la mé­moire de son dé­funt ma­ri; de son nou­veau style mu­si­cal et de sa ma­nière de le pré­sen­ter, Cé­line ne fait

pas l’una­ni­mi­té. «Cé­line, tu me dé­çois. Tu avais tel­le­ment

de classe avant que Re­né ne dé­cède» , lui a par exemple écrit une ad­mi­ra­trice de longue date. Un autre ad­mi­ra­teur, dé­ran­gé dans son cas, se sen­tait tel­le­ment tra­hi par son idole qu’il lui a pro­fé­ré des me­naces de mort qui ont me­né à son ar­res­ta­tion. Sa col­lec­tion de vê­te­ments de­meure néan­moins ce qui fait le plus d’éclats. Qua­li­fiée d’op­por­tu­niste et de mer­can­tile par cer­tains (après tout, les vê­te­ments uni­sexes existent de­puis long­temps, et as­so­cier son nom avec le terme «non gen­ré» n’est que trop ten­dance en ce mo­ment), elle cause de bien plus vives ré­ac­tions aux États-Unis. John Es­seff, un prête spé­cia­li­sé en exorcisme, ac­cuse même la chan­teuse de sa­ta­nisme!

Plus le temps passe, plus son look de­vient au­da­cieux!

Plus d’un an de spé­cu­la­tions et tou­jours au­cune confir­ma­tion sur la na­ture de sa re­la­tion avec Muñoz. Faire ja­ser se­rait-il l’ob­jec­tif?

La per­for­mance du duo sur la chan­son Le bal­let n’a pas man­qué de faire sour­ciller les fi­dèles de la chan­teuse.

Cé­line semble dé­chi­rée entre le be­soin d’en mettre plein la vue et ce­lui de de­meu­rer sym­pa­thique aux yeux de son pre­mier pu­blic, at­ta­ché à son conte de fées.

Il était dé­jà pos­sible de vê­tir son en­fant sans tom­ber dans le cli­ché des sexes, mais pas pour des prix exor­bi­tants gon­flés par une col­la­bo­ra­tion avec Cé­line…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.