Le pas­sé olé olé d’El­ton John

La toute der­nière pu­bli­ci­té de la chaîne de ma­ga­sins John Le­wis rend hom­mage à la car­rière du chan­teur. Bien que tous s’en­tendent pour dire que la vi­déo est des plus émou­vantes, il semble que les an­nées de dé­bauche qu’a vé­cues la star aient été cou­pées au

Riches et Célèbres - - Sommaire -

Avec plus de 50 ans de car­rière à son ac­tif, El­ton John est un vé­ri­table mo­nu­ment de l’in­dus­trie mu­si­cale. Sou­hai­tant ré­su­mer l’in­croyable as­cen­sion de l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète, la chaîne de ma­ga­sins bri­tan­nique John Le­wis a pro­duit une pu­bli­ci­té pour le temps des Fêtes in­ti­tu­lée The Boy & The Pia­no. Celle-ci montre l’ar­tiste dans toute sa splen­deur, sans tou­te­fois faire al­lu­sion à ses an­nées de dé­bauche.

SEXE, DROGUE ET ROCK’N’ROLL

Se­lon un ar­ticle pu­blié par The Sun, alors qu’il tou­chait le fond du ba­ril, El­ton John se ta­pait tout ce qui bouge et consom­mait de la co­caïne toutes les quatre mi­nutes. Le chan­teur se dit d’ailleurs sur­pris de ne pas en être mort, comme plu­sieurs per­sonnes qu’il cô­toyait à l’époque. Il a d’ailleurs ten­té de mettre fin à ses jours en 1975 en sau­tant dans la pis­cine de son ma­noir de Bel Air après avoir ava­lé plu­sieurs Va­lium. «Je res­tais éveillé, je fu­mais des joints, je bu­vais une bou­teille de John­nie Wal­ker et puis je res­tais de­bout du­rant trois jours. En­suite, je dor­mais pen­dant une jour­née et de­mie, me ré­veillais, et comme j’avais tel­le­ment faim parce que je n’avais rien man­gé, je me cla­quais trois sand­wichs au ba­con, un conte­nant de crème gla­cée et je vo­mis­sais parce que j’étais de­ve­nu bou­li­mique. Puis je re­par­tais et fai­sais la même chose en­core et en­core. C’est à quel point ma vie était tra­gique» , a-t-il dé­jà ra­con­té du­rant une en­tre­vue avec Piers Mor­gan.

QUAND LA RÉA­LI­TÉ FRAPPE

«Je ne me suis ja­mais consi­dé­ré comme un toxi­co­mane. Je croyais que les toxi­co­manes étaient des gens qui se plan­taient des ai­guilles dans les bras. Pour­tant, j’étais le plus grand jun­kie qu’il n’y ait ja­mais eu. Je suis pas­sé très près de mou­rir» , a confié El­ton John. Au­jourd’hui com­blé par ses rôles de ma­ri et de père, l’homme de 71 ans se consi­dère chan­ceux d’être en­core en vie.

El­ton était aus­si de toutes les soi­rées ar­ro­sées… Et qu’il se compte chan­ceux qu’In­ter­net n’exis­tait pas à l’époque; on l’au­rait sur­pris avec des sub­stances au­tre­ment plus com­pro­met­tantes que des cock­tails!

Les tra­jets dans son jet pri­vé étaient, dit-on, très hauts en cou­leur!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.