MA­RIAH CA­REY: AU-DES­SUS DE TOUT!

Riches et Célèbres - - Sommaire -

Ca­rac­té­rielle, cro­queuse d’hommes, ca­pri­cieuse, im­bue d’elle-même… telle est la ma­nière dont la star est dé­peinte dans les mé­dias. Elle par­vient tou­te­fois tou­jours à re­tom­ber sur ses pattes en re­do­rant qua­si mi­ra­cu­leu­se­ment son image.

Les ru­meurs les plus folles courent à pro­pos de Ma­riah Ca­rey, et ce, de­puis le dé­but de sa car­rière. Par exemple, il a dé­jà été dit qu’elle au­rait or­don­né d’être ac­com­pa­gnée de 20 cha­tons et de 100 chiens blancs lors d’une ap­pa­ri­tion dans un centre com­mer­cial. On ra­conte aus­si qu’elle in­sis­te­rait pour avoir un siège de toi­lette neuf et des ro­bi­nets do­rés dans cha­cune de ses chambres d’hô­tel. La chan­teuse a, jus­qu’à ce jour, tou­jours réus­si à se sor­tir d’af­faire en dé­men­tant les al­lé­ga­tions, lais­sant cou­ler l’encre des ta­bloïds comme l’eau sur le dos d’un ca­nard…

PAS CELLE QUE L’ON CROIT

À 48 ans, l’au­teu­re­com­po­si­trice-in­ter­prète, ac­trice, pro­duc­trice et femme d’af­faires a beau évo­luer dans l’in­dus­trie de la mu­sique de­puis près de 30 ans, elle de­meure un mys­tère pour bien des gens. Et cette au­ra semble lui plaire puis­qu’elle l’en­tre­tient, agis­sant en vierge of­fen­sée dès qu’une éti­quette lui est ap­po­sée contre son gré. Se­rait-ce une fa­çon de se pro­té­ger, elle qui a eu son lot de dif­fi­cul­tés par le pas­sé? Se­rait-ce pour cette rai­son qu’elle se fait si in­at­tei­gnable? Qui est donc la vraie Ma­riah Ca­rey? Der­rière son image de femme forte se ca­che­rait une ar­tiste des plus vul­né­rables. «J’ai très peu d’es­time per­son­nelle. Si je por­tais at­ten­tion à chaque chose que les gens disent à mon su­jet, je ne pour­rais pas exis­ter en tant que telle, alors je pré­fère voir juste cer­taines choses» , a-t-elle avoué du­rant une en­tre­vue avec The Guar­dian.

MIEUX VAUT TARD QUE JA­MAIS

Un des flops mo­nu­men­taux qu’a vé­cus Ca­rey sur le plan pro­fes­sion­nel est sans contre­dit la sor­tie de l’al­bum Glit­ter, trame so­nore du film du même nom, en 2001, ce qui a presque si­gné la fin de sa car­rière. Contre toute at­tente, il est ap­pa­ru der­niè­re­ment dans le clas­se­ment heb­do­ma­daire Bill­board des titres les plus po­pu­laires, at­tei­gnant la 14e po­si­tion et ac­cé­dant même à la pre­mière place du pal­ma­rès des ventes d’al­bums R&B/hip-hop pour la se­maine du 24 no­vembre! Mais com­ment est-ce pos­sible? Eh bien, il s’agit là du ré­sul­tat de la mo­bi­li­sa­tion des fans de la star – ses «agneaux», comme elle les ap­pelle –, qui ont mis en branle une cam­pagne de pro­mo­tion sur les ré­seaux so­ciaux grâce au mot-clic #Jus­ti­ceForG­lit­ter. Ils vou­laient ain­si re­don­ner ses lettres de no­blesse à ce disque et le rendre ac­ces­sible à tous via Spo­ti­fy. Que

ce soit or­ches­tré ou non, cette pu­bli­ci­té in­es­pé­rée sur­vient au même mo­ment que la sor­tie du 15e al­bum stu­dio de Ca­rey, Cau­tion. Comme quoi il n’y a pas de ha­sard…

LE MEILLEUR EST À VE­NIR

Si vous pen­siez avoir tout en­ten­du au su­jet de la chan­teuse, dé­trom­pez-vous: se­lon ce qu’elle a lais­sé en­tendre lors d’un ré­cent pas­sage sur le pla­teau de l’émis­sion Watch What Hap­pens Live, Ma­riah gar­de­rait les his­toires les plus crous­tillantes de son par­cours pour un pro­jet à ve­nir. En ef­fet, quand An­dy Co­hen lui a de­man­dé de re­la­ter com­ment elle avait vé­cu l’ex­pé­rience de mon­ter sur scène en com­pa­gnie de la lé­gen­daire Are­tha Frank­lin en 1998, elle a ré­pon­du ne pas vou­loir «ra­con­ter toute l’his­toire parce [qu’elle] tra­vaille sur [ses] mé­moires» .

La di­va n’a tou­te­fois pas spé­ci­fié quand le livre se­rait pu­blié… Peut-être que les fans de la chan­teuse pour­ront alors fi­na­le­ment dé­cou­vrir qui se cache vé­ri­ta­ble­ment der­rière leur idole?

Ce n’est que dans les der­nières an­nées que Ma­riah a com­pris qu’elle ga­gnait à être plus at­ta­chante. De­puis, elle met ses en­fants à l’avant-plan dès qu’elle le peut.

Et si, au fond, ce qu’on ai­mait tant de Ma­riah, c’était le fait qu’elle compte par­mi les rares stars à as­su­mer qu’elles aiment leur cé­lé­bri­té?

Tant en ce qui concerne sa mu­sique que son image, Ma­riah tend à se rac­cro­cher au pas­sé… qui est plus ven­deur!«Mon pre­mier Noël avec ChaCha» , pu­blie-t-elle le 13 dé­cembre. Un fa­çon de rap­pe­ler com­bien elle était sexy ja­dis, oui!

Chaque Noël, on nous la ra­mène in­las­sa­ble­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.