JEN­NI­FER ANIS­TON: PLUS ÉPANOUIE

De­puis qu’elle s’est sé­pa­rée de son se­cond ma­ri en fé­vrier 2018, l’ac­trice place son bien-être au som­met de sa liste de prio­ri­tés et fait tout en son pou­voir pour prendre soin d’elle, entre autres en sui­vant une thé­ra­pie.

Riches et Célèbres - - Sommaire -

Après deux ans et de­mi de ma­riage, Jen­ni­fer Anis­ton et Jus­tin The­roux ont an­non­cé leur di­vorce au dé­but de l’an­née 2018. Heu­reu­se­ment, l’ac­trice, réa­li­sa­trice, pro­duc­trice et femme d’af­faires s’est re­mise du choc et a re­pris sa vie en main avec l’aide de la psy­cho­thé­ra­pie.

MI­SER SUR SOI

À la veille de ses 50 ans, Jen­ni­fer n’en est pas à son pre­mier échec amou­reux et a com­pris au fil du temps ce qui était le mieux pour elle. «Ça de­mande beau­coup de psy­cho­thé­ra­pie, mais on s’en sort for­cé­ment» , a-t-elle dit à l’As­so­cia­tion hol­ly­woo­dienne de la presse étran­gère, se­lon ce que rap­porte le ma­ga­zine US Week­ly. La belle a ajou­té se faire un de­voir de «prendre soin d’elle» de­puis sa rup­ture d’avec Jus­tin. Mal­heu­reu­se­ment, elle n’a pas eu la même chance en 2015 après son di­vorce d’avec Brad Pitt, sa thé­ra­peute étant dé­cé­dée presque au même mo­ment. «C’était une pé­riode folle, tout juste comme nous tra­ver­sions notre di­vorce et tout. […] J’ai ap­pris tel­le­ment du­rant les quatre an­nées où j’ai tra­vaillé avec elle» , avait-elle confié à l’époque au Hol­ly­wood Re­por­ter. Mal­gré les nom­breuses ru­meurs qui la concernent, Jen­ni­fer est loin d’être pres­sée de se ca­ser. C’est en tout cas ce qu’on en conclut à la lu­mière d’un ré­cent en­tre­tien avec Pu­blic au cours du­quel elle a confié: «Les ani­maux vous portent un amour in­con­di­tion­nel, les hommes font tou­jours pas­ser leur bie­nêtre avant le vôtre. La faute re­vient à leurs mères qui les ont éle­vés comme des pe­tits pa­chas. Force est de consta­ter qu'en gran­dis­sant, ils de­viennent des aya­tol­lahs qui ne voient en vous que des ser­vantes do­ciles. Il vaut mieux, par­fois, res­ter cé­li­ba­taire que mal ac­com­pa­gnée.»

UNE RUP­TURE MÉ­DIA­TI­SÉE

L’ac­trice n’est pas la pre­mière à le dire: il est sou­vent plus dif­fi­cile pour les stars de se re­mettre d’une rup­ture main­te­nant que leur vie est éta­lée sur la place pu­blique via les ré­seaux so­ciaux. «Je n’aime pas être cé­lèbre parce que je n’aime pas la né­ga­ti­vi­té et le ju­ge­ment qui viennent de pair, a ex­pli­qué Anis­ton à In Style. Il y a sans contre­dit des mo­ments qui sont plus in­stables, mais je les vis dans mon es­pace per­son­nel» , at-elle te­nu à spé­ci­fier.

On peut ac­tuel­le­ment voir la belle dans Dum­plin’, dis­po­nible sur Net­flix de­puis le 7 dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.