Course contre l’ou­bli

The­land Ki­ck­nos­way par­court des ki­lo­mètres en mé­moire des au­toch­tones dis­pa­rues ou as­sas­si­nées

Sélection - - Sommaire - PAR AN­DREW DUF­FY PHO­TO DE JES­SI­CA DEEKS

The­land Ki­ck­nos­way par­court les routes en mé­moire des au­toch­tones dis­pa­rues ou as­sas­si­nées.

THE­LAND KI­CK­NOS­WAY a un jour po­sé une ques­tion par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile à sa mère, Elaine : « Qu’ar­rive-t-il aux en­fants des femmes au­toch­tones dis­pa­rues et as­sas­si­nées ? » Il avait neuf ans.

Elle n’a pas su lui ré­pondre mais a contac­té une amie, Brid­get Tol­ley. Ori­gi­naire de la com­mu­nau­té ani­shi­na­beg de Ki­ti­gan Zi­bi, près de Ma­ni­wa­ki, au Qué­bec, celle-ci a fon­dé Fa­mi­lies of Sis­ters in Spi­rit, une ini­tia­tive ci­toyenne sou­te­nant les proches des femmes, filles et per­sonnes trans­genres et bis­pi­ri­tuelles au­toch­tones dis­pa­rues ou as­sas­si­nées. (On es­time à en­vi­ron 1200 le nombre de femmes dis­pa­rues au Ca­na­da ; un chiffre très sous-es­ti­mé, se­lon les mi­li­tants.)

Brid­get a ex­pli­qué à The­land que la vie était dure pour les en­fants or­phe­lins, sou­vent re­cueillis par leurs grands-pa­rents. « Ce n’est pas fa­cile de sa­voir que les per­sonnes que tu aimes ont dis­pa­ru », lui a-t-elle dit.

Cette idée at­tris­tait tel­le­ment le gar­çon qu’il a dé­ci­dé d’ap­por­ter son aide – de de­ve­nir, se­lon ses propres termes, « un en­fant à la re­cherche d’un autre en­fant ». Après un temps de ré­flexion, il a dé­ci­dé com­ment : il al­lait cou­rir.

De­puis 2015, son ma­ra­thon an­nuel, The­land’s Jour­ney, a per­mis de réunir plus de 5000 $ pour l’as­so­cia­tion de Brid­get. L’or­ga­nisme donne de l’ar­gent et des pro­vi­sions aux tu­teurs des en­fants, et or­ga­nise éga­le­ment des évé­ne­ments, comme ce dî­ner gra­tuit qui a eu lieu à Ot­ta­wa en fé­vrier 2018. Des femmes au­toch­tones pou­vaient y ré­cu­pé­rer des vê­te­ments, des jouets et des ar­ticles mé­na­gers.

Le ma­ra­thon de The­land, ajou­tet-elle, est de­ve­nu l’oc­ca­sion d’une

col­lecte de fonds es­sen­tielle pour l’as­so­cia­tion, qui a ai­dé en­vi­ron

400 fa­milles jus­qu’à pré­sent.

Com­men­cée le 28 mars, la course de 134 km a re­lié Ki­ti­gan Zi­bi au parc de la Ga­ti­neau, juste au nord d’Ot­ta­wa. Les membres de la com­mu­nau­té, des fi­gures po­li­tiques lo­cales et des agents de po­lice ont été in­vi­tés à re­joindre The­land, au­jourd’hui âgé de 14 ans, à dif­fé­rentes étapes de son par­cours.

Le tra­jet choi­si par l’ado­les­cent a une grande si­gni­fi­ca­tion. Ki­ti­gan Zi­bi est le ter­ri­toire de la com­mu­nau­té au­toch­tone dont sont is­sues Mai­sy Od­jick et Shan­non Alexan­der, deux grandes amies dis­pa­rues en sep­tembre 2008 alors qu’elles se ren­daient au bal de leur école se­con­daire. On ne sait tou­jours pas ce qui leur est ar­ri­vé.

Le parc de la Ga­ti­neau est l’en­droit où Kel­ly Mor­ris­seau, 27 ans, en­ceinte et mère de trois en­fants, a été dé­cou­verte dans une mare de sang le ma­tin du 10 dé­cembre 2006. At­teinte de mul­tiples coups de cou­teau, elle a été trans­por­tée à l’hô­pi­tal, mais a suc­com­bé à ses bles­sures le jour même. Son meurtre n’a ja­mais été élu­ci­dé.

The­land est en 3e à l’école se­con­daire Me­ri­vale, dans l’ouest d’Ot­ta­wa. Il s’en­traîne pour sa course, qui équi­vaut à trois ma­ra­thons com­plets en trois jours, en jouant prin­ci­pa­le­ment au bas­ket, son sport pré­fé­ré. Mais ce dé­fi est plus men­tal que phy­sique.

« C’est tou­jours un par­cours dif­fi­cile, mais on le fait en mé­moire de tra­gé­dies qui ont af­fec­té de nom­breuses vies, dé­clare-t-il. J’ai ap­pris que même si quelque chose peut pa­raître pé­nible et éprou­vant, il faut conti­nuer d’avan­cer. Nous de­vons trou­ver la force d’al­ler de l’avant. »

Le père de The­land, Vince Ki­ck­nos­way, est très fier de son fils,« Il a eu cette idée seul, l’a pui­sée dans sa na­ture pro­fonde », af­firme-t-il.

Vince et Elaine sont tous deux des sur­vi­vants de la « rafle » des an­nées 1960, une pra­tique qui a eu cours jus­qu’à la fin des an­nées 1980 et où les en­fants au­toch­tones étaient ar­ra­chés à leurs pa­rents, pla­cés en fa­mille d’ac­cueil ou adop­tés.

Joueur de tam­bour, chan­teur et dan­seur de cer­ceau ac­com­pli, leur fils est en re­vanche un membre de la com­mu­nau­té in­dienne de l’île Wal­pole, dans le sud-ouest de l’On­ta­rio. En no­vembre 2015, il a gui­dé le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau et le nou­veau ca­bi­net li­bé­ral à Ri­deau

Hall pour leur cé­ré­mo­nie d’as­ser­men­ta­tion.

The­land a ré­cem­ment re­çu le prix Ind­spire 2018 pour sa contri­bu­tion à la culture, à l’hé­ri­tage et à la spi­ri­tua­li­té au­toch­tones. Il en­vi­sage de de­ve­nir ar­tiste ou ac­teur – et n’a au­cune in­ten­tion d’ar­rê­ter de cou­rir.

« Je veux faire quelque chose qui porte le chan­ge­ment », dé­clare-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.