Dé­chif­frer les rêves an­xieux

Sélection - - En Couverture -

Par­fois, nos pré­oc­cu­pa­tions nous tiennent éveillés la nuit, mais il ar­rive aus­si qu’elles viennent nous han­ter sous forme de rêves. « Les rêves an­xieux sont gé­né­ra­le­ment des images de la psy­ché dont le but est de nous ai­der », ex­plique Ur­su­la Car­sen, psy­cho­thé­ra­peute de To­ron­to.

Le rêve est un moyen qu’uti­lise l’es­prit pour nous dire de nous ar­rê­ter et de prendre un peu de dis­tance avec ce qui nous ac­cable. Un exemple clas­sique est le rêve des dents qui tombent. « Il peut s’agir d’une per­sonne qui se sur­es­time », dé­clare Ur­su­la Car­sen. Il en existe plu­sieurs autres, comme cou­rir après un train qui a quit­té le quai ou se pré­sen­ter à de­mi vê­tu à un en­tre­tien.

Ce ne sont pas né­ces­sai­re­ment des rêves désa­gréables. « Cer­tains où l’on

vole peuvent par exemple tra­duire l’idée que la réa­li­té est trop pe­sante et qu’on tente d’y échap­per. »

Si des rêves an­xieux fré­quents peuvent être un pro­blème, la psy­cho­thé­ra­peute sou­tient que les songes servent plu­tôt à ré­vé­ler ce que le conscient ne re­con­naît pas. Un rêve an­xieux ré­cur­rent si­gni­fie qu’il est temps de ré­flé­chir à ce qui vous trouble dans la vie réelle. Une fois le pro­blème ré­so­lu, les rêves de­vraient dis­pa­raître ou se trans­for­mer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.