Les Écoé­coles se mul­ti­plient dans Stor­mont, Dun­das, Glen­garry, Prescott et Rus­sell!

Seaway News - - Sports - COM­MU­NIQUÉ DE PRESSE DE LA CDSCEO

ON­TARIO - Le Con­seil sco­laire de district catholique de l’est on­tarien (CSDCEO ) est fier d’an­non­cer que 16 de ses écoles ont reçu la cer­ti­fi­ca­tion provin­ciale Écoé­coles.

Que ce soit avec de pe­tits ou de grands gestes, les Écoé­coles font une dif­férence au niveau en­vi­ron­nemen­tal. Nos élèves sont écore­spon­s­ables, ils pren­nent des bonnes dé­ci­sion et posent des gestes sains : planter un ar­bre, améliorer le sys­tème de re­cy­clage, étein­dre les lu­mières et les or­di­na­teurs le soir et utiliser des bouteilles d’eau réu­til­is­ables.

Écoé­coles de l’on­tario est un pro­gramme d’éd­u­ca­tion et de cer­ti­fi­ca­tion en­vi­ron­nemen­tales pour les classes de la mater­nelle à la 12e an­née. Le pro­gramme con­tribue à dévelop­per des lead­ers en­vi­ron­nemen­taux, à ré­duire l’em­preinte écologique des écoles et à éd­i­fier des com­mu­nautés sco­laires écore­spon­s­ables.

« Nous sommes très fiers de dire que nous sommes passés de deux Écoé­coles l’an passé, à 16 cette an­née. Le pro­gramme Écoé­coles vient non seule­ment édu­quer les élèves sur les en­jeux en­vi­ron­nemen­taux, mais il con­tribue à changer les com­porte­ments des élèves et des mem­bres du per­son­nel. Puisque l’écoc­i­toyen­neté est une pri­or­ité qui se retrouve dans notre plan stratégique, le CSDCEO s’en­gage à adopter des pra­tiques écore­spon­s­ables et à dévelop­per l’écoc­i­toyen, tant chez l’élève que chez son per­son­nel, afin que tous soient out­il­lés pour poser des gestes et pren­dre des dé­ci­sions pour bâtir une so­ciété saine et durable. En­sem­ble, nous al­lons changer le monde, un geste à la fois », de dire François Turpin, di­recteur de l’éd­u­ca­tion et se­cré­taire.

L’an­née sco­laire 2017-2018 mar­que les 20 ans du Con­seil sco­laire de district catholique de l’est on­tarien (CSDCEO), le plus grand réseau d’écoles de langue française dans les cinq comtés de Stor­mont, Dun­das, Glen­garry, Prescott et Rus­sell. En plus d’avoir le plus haut taux de diplo­ma­tion de la ré­gion (92,6 %), le CSDCEO of­fre des pro­grammes pour la réus­site de tous les élèves, des valeurs catholiques, un français de qual­ité et un cer­ti­fi­cat de bilin­guisme. Le CSDCEO as­sure l’éd­u­ca­tion à plus de 10 000 élèves, ré­par­tis dans plusieurs cen­tres de la pe­tite en­fance (garderies), 25 écoles élé­men­taires, 7 écoles sec­ondaires et le Cen­tre d’éd­u­ca­tion et de for­ma­tion de l’est on­tarien (CÉFEO).

« Ka­hoot ». C’est la fin d’un épisode de la vie, qui a créé de nom­breux sou­venirs, mais surtout, qui nous a ap­pris de nom­breuses leçons de vie. D’autres qual­ités es­sen­tielles comme l’éthique de tra­vail, la coopéra­tion, la per­sévérance et la pa­tience nous ont été trans­mises.

Cha­cun d’en­tre nous a subi une évo­lu­tion mar­quante de la neu­vième à la douz­ième. Notre pe­tite his­toire a débuté par une belle journée en­soleil­lée au mois de septem­bre 2014. La 9ième an­née était le début d’une nou­velle aven­ture. Nerveux et timides, nous étions à la dé­cou­verte de l’in­connu. Ter­ri­fiés d’ac­cu­muler trois re­tards, nous ar­riv­ions à temps ou nous nous pré­cip­i­tions à toute vitesse à notre prochain cours, avec en­core plusieurs min­utes de la pause à écouler. Cette an­née, en douz­ième, il est rare d’avoir une classe, où il n’y a pas quelqu’un qui ar­rive en re­tard, surtout la pre­mière péri­ode de la journée.

En 10ième an­née, la par­tic­i­pa­tion aux ac­tiv­ités sco­laires est pri­mor­diale, dans le but de man­quer le plus de cours pos­si­ble. Que ce soit pour les équipes sportives ou pour les nom­breux clubs de l’école, tout le monde avait la chance de par­ticiper à la vie sco­laire.

En 11ième, c’est le début de la lib­erté, mar­qué par le droit d’avoir ac­cès à un auto pour la pre­mière fois. La voiture de nos par­ents nous per­me­t­tait d’ex­plorer les di­verses pos­si­bil­ités lors de nos dîn­ers aux restau­rants. De plus, nous voulions con­tin­uer à par­ticiper aux ac­tiv­ités. Cepen­dant, nous avons dé­cou­vert que les tâches sco­laires dans nos classes nous de­mandaient main­tenant plus de temps et d’én­ergie. C’est alors de­venu un plus grand défi d’équili­brer le tra­vail de classe, la vie so­ciale, le tra­vail à temps par­tiel, les ac­tiv­ités paras­co­laires, et pour cer­tain d’en­tre nous, les heures passées à la ferme.

Fi­nale­ment, en douz­ième an­née, la réal­ité nous frappe. Ce fut l’an­née des grandes dé­ci­sions, qui mar­queront sans doute le reste de notre vie. Mal­gré l’en­jeu de cette an­née, l’ami­tié à l’école a été un élé­ment es­sen­tiel à notre quo­ti­dien. Les profs étaient des gens au grand coeur et leur dévoue­ment en­vers les je­unes était re­mar­quable. On a su nous nour­rir pen­dant nos qua­tre an­nées au sec­ondaire, no­tam­ment avec les fameuses journées du « bagel ». Mal­gré tous les travaux et les épreuves ex­igés par les en­seignants, nous savons tous que nous ne les ap­précierons qu’une fois par­tis.

Nous voulons re­con­naître cer­tains mem­bres du per­son­nel qui ter­mi­nent en beauté à La Ci­tadelle. Nous les re­mer­cions pour leur dévoue­ment auprès des élèves et nous leur souhaitons bon suc­cès dans leurs nou­veaux dé­fis. Bonne re­traite à Madame Char­land, Mon­sieur Daniel Côté, Mme Poiri­erChevrier, Mon­sieur Fon­taine, M. Robert Côté et Madame Ravary. Aussi, nous voulons saluer Mon­sieur Touzin, Mon­sieur La­celle, M. Ray­mond et M. La­pointe, qui nous quit­tent vers de nou­velles aven­tures pro­fes­sion­nelles.

Lors de notre séjour à La Ci­tadelle, nous nous sommes dé­cou­verts comme per­sonne, en dévelop­pant nos pas­sions et nos ha­biletés, mais surtout, pour cer­tains d’en­tre nous, nos tal­ents de tout faire à la dernière minute. Cer­tains d’en­tre nous sommes coupables d’avoir com­plété notre PRA et/ou notre I.S., le soir avant la date de remise. Vrai­ment un

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.