LES P’TITS TRUCS DU LÂCHE OR­GA­NI­SÉ

DES CONSEILS POUR TE SIMPLIFIER LA VIE (OU PRESQUE…)!

Summum - - MARC-ANTOINE FORTIER - PHOTOGRAPHE : PA­TRICK SÉ­GUIN - WWW.PA­TRICK­SE­GUIN.CA

CHA­PITRE 3 TON DO­MI­CILE : TEMPLE DE TON INVENTAIRE

Je sais bien que ta blonde est pos­si­ble­ment dé­jà sur ton dos pour te dire que tu ne te ra­masses pas as­sez, ou que tu ac­cu­mules trop de stock. Si tel est le cas, vends tout! Ta par­te­naire fe­ra sans doute le saut, se­ra quelque peu fâ­chée, mais ne pour­ra te re­pro­cher d’être traî­neux. Laisse re­tom­ber la pous­sière quelque temps, en­suite tu pour­ras fa­ci­le­ment la ra­mas­ser puisque plus rien n’obs­true­ra tes mou­ve­ments « ba­layeu­sales ».

L’in­verse est aus­si vrai. C’est peut-être toi le mon­sieur Miya­gi du mé­nage : « Frot­ter (ra­pi­do), lus­trer (faut pas vi­rer fou, non plus). » C’est peut-être même toi qui as peur de voir ta com­pagne à l’émis­sion pré­sen­tant le por­trait très peu glo­rieux d’ac­cu­mu­la­teurs com­pul­sifs clas­sant leurs co­chon­ne­ries de fa­çon ap­proxi­ma­tive dans leur mai­son souillée. Afin de t’éloi­gner de ce scé­na­rio, c’est de ton res­sort d’ins­tau­rer un rou­le­ment ef­fi­cace de ton « inventaire ». Par inventaire, j’en­tends tout ce que tu pos­sèdes et, par la bande, l’ac­tif de toutes per­sonnes vi­vant sur ton plan­cher, ou sous ton toit, ques­tion de per­cep­tion…

Pour­quoi une telle ro­ta­tion conti­nue de ton arsenal? À mon avis, le rou­le­ment de ton inventaire est d’une im­por­tance ca­pi­tale pour ne pas som­brer dans une sorte de conser­va­tisme au plan ma­té­riel. De plus, ça te don­ne­ra une im­pres­sion de chan­ge­ment dans ton quo­ti­dien; tu sais, ce­lui que tu tentes sans doute d’éloi­gner de la routine. Parce qu’il est rare que nous, hommes, soyons as­sou­vis par une nou­velle coiffe aux pointes adou­cies, voi­ci quelques trucs pour créer ce sen­ti­ment d’ex­ci­ta­tion lié à la nou­veau­té (tu sais, cette ex­ci­ta­tion res­sen­tie lorsque tu as feuille­té la toute nou­velle édi­tion de SUMMUM, eh bien, ce n’est pas EXAC­TE­MENT de ça que je te parle…). Ce­la dit, place à l’or­ga­ni­sa­tion.

DONNE AUX PAUVRES CHAQUE SAI­SON Cible des OSBL et ef­fec­tue un mé­nage de tes vê­te­ments et ali­ments non pé­ris­sables. Ça va te don­ner l’im­pres­sion que tu es réel­le­ment une per­sonne au coeur im­mense. En­suite tu pour­ras, sans re­mords, re­tour­ner pein­tu­rer avec un t-shirt neuf à 30 $ ain­si que lancer des oeufs aléa­toi­re­ment sur des toi­tures. Note bien que, par­fois, il ne s’agit pas que d’une im­pres­sion, ça existe en­core des gens do­tés d’une grande gé­né­ro­si­té! J’en vois jus­te­ment un dans… mon mi­roir! Je me lance moi-même des fleurs, n’est-ce pas là un fla­grant exemple de bon­té? Non? Très bien.

C’EST PAR­TI, MON KIKIJIJI! Qui dit rou­le­ment d’inventaire, dit aus­si « vendre un peu de scrap à d’autres tout croches sur les ré­seaux so­ciaux »! Mais ne Ki­ji­ji pas ki­ki­ki veut! N’ou­blie pas que le but est de dé­bar­ras­ser, alors ajuste tes prix en consé­quence. Ain­si, ça t’évi­te­ra un grand mé­nage an­nuel ou, pis en­core, de­voir dé­mé­na­ger dans un en­droit plus grand parce que tes boîtes mé­ritent mieux (…)! Tu se­rais éton­né de voir ce qui peut se vendre de se­conde main. Oui, quel­qu’un, quelque part, le veut ton vieux vase en terre cuite que t’as toi-même mo­de­lé après avoir re­gar­dé Ghost… Mets l’ar­gent de tes ventes dans une en­ve­loppe et sers-toi de ce­lui-ci pour tes achats fu­turs. Parce qu’on a tous des jours où l’on res­sent le be­soin de dé­pen­ser. De rien!

LE SPORT, UNE AF­FAIRE DE FA­MILLE Tu sais, tes pe­tits cou­sins qui semblent par­fois t’adu­ler, par­fois se sa­crer car­ré­ment de ton exis­tence, ils se­raient bien contents de les avoir tes ar­ticles de sport pous­sié­reux. Re­garde, per­son­nel­le­ment, j’ai 31 ans et je ne fais pas par­tie de ceux qui se font ac­croire qu’ils en ont en­core 16… et qui dé­cident de re­com­men­cer à s’abî­mer les ti­bias en es­sayant de faire un ol­lie en ska­te­board. Tu ne re­de­vien­dras pas bon, fait que passe au sui­vant, vieux hips­ter, et contente-toi de dire YOLO en pen­sant que « c’est co­ol chez les jeunes! », comme tu dis…

PAS DE CHI­CANE, FA­CI­LITE TON MÉ­NAGE C’est nor­mal de vivre, à l’oc­ca­sion, quelques conflits avec ta com­pagne au su­jet du mé­nage, c’est les causes no 1, 2 et 7 des chi­canes de couple! Tu le sais pro­ba­ble­ment dé­jà, mais la base, c’est de se ra­mas­ser au fur et à mesure. Ain­si, tu se­ras prêt pour toute éven­tua­li­té cô­té vi­site. Tu ne vou­drais pas ra­ter ça… Bon, c’est plus sou­vent au fur qu’à mesure, parce que rien n’est vrai­ment me­su­ré, sauf si tu échappes une tasse de riz. Si­non, voi­ci quelques cues qui peuvent te sem­bler freak, jus­qu’à ce qu’ils en de­viennent une ha­bi­tude : - classe les us­ten­siles dans le lave-vais­selle. Lorsque tu le dé­fais, ça en est qua­si­ment jouis­sif tel­le­ment que c’est ra­pide;

- le fa­meux en­droit em­pli de plats à lunchs, range-le un peu. Ain­si, tu au­ras de la place pour y mettre les deux ou trois bols pra­tiques en­core ran­gés dans une boîte X. En pas­sant, tu sais qu’une per­sonne est or­ga­ni­sée lorsque même ses Tup­per­ware le sont;

- le la­vage, que du quick wash! Ain­si, tu sau­ve­ras du temps d’at­tente. Ça te per­met­tra de faire plus de bras­sées et ton linge sale ne s’ac­cu­mu­le­ra pas. Au­cun vê­te­ment ne mé­rite une heure com­plète dans l’eau sa­von­neuse! Même à notre pe­tit corps aux ori­fices odo­rants, on n’ac­corde pas cette dé­li­cate at­ten­tion;

- iden­ti­fie un ac­ces­soire dé­co­ra­tif pour y mettre tes clés, ton por­te­feuille, ton paquet de gomme, ton Lyp­syl (j’suis co­quet), bref, tout ce qui va dans tes poches. Tu évi­te­ras de les éga­rer ou d’ou­blier quoi que ce soit lorsque tu quittes en vi­tesse Mach 3. Note que par « iden­ti­fier », je ne signifie pas de lui don­ner un pe­tit nom, sim­ple­ment de le re­pé­rer et de le lais­ser au même en­droit, loin d’une toi­lette, d’un en­fant ou d’un chien, si pos­sible.

MEUBLER TON ES­PRIT Si, comme moi, tu as par­fois un sou­dain be­soin de chan­ge­ment, mais que tu ne sais trop dans quelle sphère de ta vie, change quelques meubles. Par contre, si ton mo­bi­lier a une cer­taine va­leur, bref qu’il n’a pas été ache­té chez Hart et qu’il ne s’abîme pas qu’à souf­fler des­sus, fais juste re­con­fi­gu­rer tes pièces. Réo­riente ton di­van, ta télé, ton lit, ta sexua­li­té! C’est pour le bien de ton men­tal, ain­si que ce­lui des gens qui t’en­tourent (sauf pour ton couple si tu choi­sis de chan­ger d’orien­ta­tion sexuelle).

Voi­là, j’es­père que ça t’ai­de­ra un peu! Mais par où com­men­cer? Com­mence donc par un pe­tit coup d’as­pi­ra­teur; j’en­tends les boules de poils rou­ler jus­qu’ici. Al­lez, mon­sieur Miya­gi…

Or­ga­nise-toi et le pe­tit lâche t’ai­de­ra!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.