STAR WARS BATTLEFRONT 2

ON A EN­TEN­DU TOUT ET N’IM­PORTE QUOI SUR CE TITRE ET CE FUT L’OC­CA­SION POUR NOMBRE DE CRITIQUES DE L­CHER UN CACA NERVEUX POUR COLLECTER LES LIKES, MAIS QU’EN EST-IL RÉEL­LE­MENT ET PEUT-ON AVOIR DU FUN SANS PAYER?

Summum - - SHOWBUZZ -

Pay to win pour cer­tains; jeu ef­fi­cace où l’on s’en sort sans payer pour d’autres. Battlefront 2 a éga­le­ment pris en compte les dé­fauts de son aî­né pour ap­por­ter de grosses amé­lio­ra­tions, comme l’in­tro­duc­tion d’un mode his­toire. Même si elle se ré­vèle bien fa­cile et ba­sique en termes d’ac­tion et de le­vel de­si­gn, elle a le mé­rite de nous trans­por­ter dans de nom­breux lieux et de nous cap­ti­ver en nous contant l’aven­ture d’iden Ver­sion, com­man­dant du Squad In­fer­no. Si vous ai­mez l’uni­vers Star Wars, rien que l’his­toire de ce jeu est in­dis­pen­sable puis­qu’elle ap­porte des élé­ments supplémentaires et des ré­ponses à la trame de l’uni­vers.

Le jeu en ligne pro­pose plusieurs modes al­lant de 8 à 40 joueurs et offre, bien sûr, un mode de com­bats spa­tiaux de toute beau­té. Les dif­fé­rentes classes de per­son­nages et de hé­ros sont équi­li­brées, et il fau­dra abattre des en­ne­mis par­fois par cen­taines pour dé­blo­quer des armes de plus en plus puis­santes.

Gra­phi­que­ment, le jeu est réus­si sur PS4 et Xbox One S, mais le manque de puis­sance de ces ma­chines se voit dans les ar­riè­re­plans qui perdent for­te­ment en dé­tail. Sur PS4 Pro et sur­tout sur Xbox One X, le jeu est ma­gni­fique sur tous les plans. Tex­tures dé­taillées, éclai­rages sai­sis­sants, animation en 60 fps sans faille; c’est somp­tueux du dé­but à la fin, y compris en ligne.

PAYER, TU DEVRAS?

En an­non­çant que tous les DLC se­raient gra­tuits, on se dou­tait bien qu’ea al­lait de­voir se rem­bour­ser au­tre­ment. Et c’est bien ce qui est ar­ri­vé avec le sys­tème de caisses et de cartes à mon­ter. Par contre, comme sou­vent dès qu’il y a cri­tique, beau­coup de monde a crié sans as­sez le jouer, se­lon moi. On l’a tes­té plusieurs dizaines d’heures et voi­là ce qu’il en est.

Le jeu va d’abord de­man­der de dé­blo­quer quelques per­son­nages et vé­hi­cules. Les plus dis­pen­dieux sont Luke et Va­dor, ven­dus 15 000 cré­dits cha­cun. Sa­chant qu’une par­tie de PVP peut rap­por­ter jus­qu’à 1300 cré­dits (si on joue bien, on s’en­tend), il nous a fal­lu moins de trois soi­rées pour dé­blo­quer tous les per­son­nages et vé­hi­cules du jeu. L’ar­gent ga­gné en­suite ser­vi­ra à ache­ter des caisses d’armes.

Le vé­ri­table pro­blème vient des cartes de pou­voir qui pos­sèdent quatre ni­veaux. Bien sûr, at­teindre les ni­veaux 3 et 4 est dis­pen­dieux en pièces dé­ta­chées, sur­tout que l’on en gagne peu. On peut ce­pen­dant contour­ner fa­ci­le­ment ce sys­tème. Seuls quelques pou­voirs par per­son­nage, comme le bou­clier avec un up de 30 % ou la sen­ti­nelle ex­plo­sive, sont vrai­ment in­té­res­sants. Mi­ser sur ces pou­voirs et mon­ter les cartes au maxi­mum se fait fa­ci­le­ment. Bref, vous pou­vez avoir ra­pi­de­ment un per­son­nage OP sans avoir be­soin de payer. Si vous vou­lez les autres cartes de pou­voir qui ne servent à rien au maxi­mum, alors oui, il fau­dra jouer 2000 heures pour tout dé­blo­quer. De plus, ne ma­ga­si­nez pas les caisses de sol­dats à 4200 cré­dits, elles n’ap­portent rien! Choi­sis­sez les caisses de hé­ros à 2200 cré­dits qui vous don­ne­ront des cartes supplémentaires, et sur­tout des ma­té­riaux. Avec ces quelques conseils, et en jouant bien, vous de­vriez prendre beau­coup de plai­sir en ligne, sans rien payer en sup­plé­ment.

PAR ALEXIS LE MAREC

Genre : FPS Édi­teur : Elec­tro­nic Arts Cote : Dis­po­nible main­te­nant One PS4 PC

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.