5 SCÈNES QUE CES AC­TRICES ONT DÉ­TES­TÉ TOUR­NER

Summum - - NET.FRET.SEC -

DAI­SY RID­LEY STAR WARS: THE FORCE AWAKENS (2015)

La nou­velle ve­dette de Star Wars af­firme avoir trou­vé la course sur Jak­ku in­croya­ble­ment dif­fi­cile. Pour si­mu­ler cette pla­nète dé­ser­tique, J. J. Abrams a tour­né la scène dans le dé­sert d’abu Dha­bi. Par consé­quent, lorsque leurs per­son­nages s’évadent, Jak­ku, John Boye­ga et Dai­sy Rid­ley ont dû pas­ser des heures à sprin­ter dans le sable sous une cha­leur étouf­fante. Une com­bi­nai­son qui a lais­sé un sou­ve­nir pé­nible à cette der­nière.

MI­LA KU­NIS ET NA­TA­LIE PORT­MAN BLACK SWAN (2010)

On ima­gine mal un lec­teur de SUM­MUM le­ver le nez sur une scène tor­ride avec Mi­la Ku­nis ou Na­ta­lie Port­man. Mais pour celles-ci, qui étaient amies de longue date, la chose n’a pas été fa­cile. Non seule­ment toutes deux de­vaient tour­ner une scène in­time – ce qui n’est ja­mais fa­cile de­vant une équipe de tour­nage –, mais en­core fal­lait-il le faire avec une amie. Mo­ment in­con­for­table s’il en est. Leur so­lu­tion pour pas­ser au tra­vers de cette épreuve? Une bonne dose de té­qui­la!

IS­LA FI­SHER NOW YOU SEE ME (2013)

Par­mi les pires ma­nières de mou­rir, la noyade ar­rive sou­vent en tête de liste. Pour le com­mun des mor­tels, le sen­ti­ment de pa­nique éprou­vé face à l’im­pos­si­bi­li­té de re­faire sur­face est hor­rible. C’est ni plus ni moins ce qu’is­la Fi­sher a ex­pé­ri­men­té sur le pla­teau de Now You See Me dans une scène où elle est cap­tive d’un ré­ser­voir d’eau. Non seule­ment l’ac­trice avait du mal à re­te­nir sa res­pi­ra­tion – ce qui a mul­ti­plié le nombre de prises pré­vues –, mais lors­qu’elle a consta­té qu’elle ne pou­vait pas se li­bé­rer, elle a com­men­cé à pa­ni­quer. Pen­sant qu’elle jouait le jeu, les membres de l’équipe ont mis du temps à ve­nir à son se­cours. Elle s’en est sor­tie, mais elle a qua­li­fié l’ex­pé­rience comme étant la plus ef­frayante qu’elle ait vé­cue.

SHEL­LEY DU­VALL THE SHINING (1980)

Treize mois se sont écou­lés avant que l’ac­trice Shel­ley Du­vall en­tende Stan­ley Ku­brick crier « Cou­pez! » pour la der­nière fois. Du­rant ce laps de temps, sa san­té men­tale a été mise à rude épreuve par le réa­li­sa­teur qui l’a pous­sée dans ses der­niers re­tran­che­ments. La scène mé­mo­rable de la salle de bain, où son ma­ri in­ter­pré­té par Jack Ni­chol­son dé­fonce la porte à coups de hache, a été par­ti­cu­liè­re­ment éprou­vante pour elle. Au cours de celle-ci, elle de­vait jouer de fa­çon in­tense afin d’ex­pri­mer toute la pa­nique res­sen­tie par son per­son­nage. Ja­mais com­plè­te­ment sa­tis­fait, Ku­brick lui a fait re­vivre ce cau­che­mar pen­dant 127 prises. De re­tour chez elle après la der­nière, Du­vall af­firme avoir pleu­ré pen­dant 12 heures d’af­fi­lée.

MA­RIA SCH­NEI­DER LAST TAN­GO IN PA­RIS (1972)

La palme re­vient à Ma­ria Sch­nei­der qui s’est sen­tie vio­lée lors du tour­nage de ce film du réa­li­sa­teur ita­lien Ber­nar­do Ber­to­luc­ci. Le film contient en ef­fet une scène du­rant la­quelle le per­son­nage de Mar­lon Bran­do se livre au viol anal en uti­li­sant du beurre comme lu­bri­fiant. Dans une en­tre­vue ac­cor­dée en 2007, l’ac­trice ra­conte : « Ils m’en ont seule­ment par­lé avant de tour­ner la scène. J’au­rais dû ap­pe­ler mon agent ou faire ve­nir mon avo­cat parce que vous ne pou­vez pas for­cer quel­qu’un à faire quelque chose qui n’est pas dans le script, mais à cette époque, je ne le sa­vais pas. Mar­lon m’a dit : “Ma­ria, ne t’in­quiète pas, c’est juste un film”, mais pen­dant la scène, même si ce qu’il fai­sait n’était pas réel, j’ai ver­sé de vraies larmes. Je me sen­tais hu­mi­liée et, pour être hon­nête, je me sen­tais un peu vio­lée, à la fois par Bran­do et par Ber­to­luc­ci. Heu­reu­se­ment, il n’y a eu qu’une prise. » Le réa­li­sa­teur s’est dé­fen­du en dé­cla­rant qu’il vou­lait cap­tu­rer sa ré­ac­tion « en tant que femme et non en tant qu’ac­trice », mais après le dé­cès de celle-ci en 2011, il a néan­moins re­gret­té de ne pas s’être ex­cu­sé au­près d’elle avant qu’elle meure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.