SEXO

Summum - - SOMMAIRE -

Par Sophie Brous­seau, B.A. sexo­logue – Votre amou­reux passe ses soi­rées à pi­ton­ner sur son cel­lu­laire. Il re­garde des vi­déos sur You­tube, di­til. Vous vous dites qu’il en tape des mots pour faire ses re­cherches. Lorsque vous pas­sez der­rière lui, il cesse d’écrire et re­garde ef­fec­ti­ve­ment une vi­déo. Pro­fi­tant de son ab­sence à la salle de bain (sur­pre­nant qu’il n’ait pas traî­né son cel­lu­laire avec lui!), vous sai­sis­sez son mot de passe et consul­tez sa mes­sa­ge­rie. Eh bien, vous aviez une bonne antenne. Il vous men­tait en pleine face de­puis un bon bout de temps, car une dé­nom­mée San­dra a des dis­cus­sions as­sez in­tenses avec lui. Vos yeux s’écar­quillent à la vue de cette fille en sous-vê­te­ments à 200 $. VER­SION GARS

Jean-fran­çois consomme de la por­no de­puis son ado­les­cence. Lorsque ses blondes re­fu­saient ses avances, il cli­quait sur des vi­déos où des filles se dé­nu­daient de­vant ses yeux. Plu­tôt que de trom­per sa blonde, il re­gar­dait d’autres paires de seins. Tan­né de ne pou­voir par­ler avec ces filles, il s’est ins­crit sur un site de ren­contres, dans le but de faire de la web cam avec des filles qui ont en­vie de s’ex­hi­ber de­vant lui. Au dé­but, il jase, il est gen­til avec elles. Ra­pi­de­ment, il leur de­mande d’ou­vrir leur web cam. Il de­vient ac­cro à une fille en par­ti­cu­lier. Elle est tel­le­ment belle et vi­cieuse, bien le contraire de sa blonde qui n’est pas très por­tée sur le sexe, se­lon lui. Elle lui en­voie même des « sex­tos » sur ses heures de tra­vail. À la pre­mière oc­ca­sion, il lui parle, baisse son pan­ta­lon et se mas­turbe de­vant l’écran. Il a l’im­pres­sion de bai­ser avec elle sans trom­per sa blonde puis­qu’il ne peut la tou­cher.

QUE RE­CHERCHENT-ILS?

Des fesses, des seins et une vulve. Au­tant les filles viennent ex­ci­tées à la lec­ture de phrases sexuelles et non à la vue de pé­nis, au­tant les gars sou­haitent voir le plus d’images pos­sible. Dès les pre­miers échanges, le gars cherche à sa­voir ce que la fille veut réel­le­ment. Si elle veut plus jaser et non lui, il passe à la sui­vante jus­qu’à tant qu’il trouve LA fille qui lui en­ver­ra des pho­tos d’elle à moi­tié ha­billée. Car oui, les gars cherchent da­van­tage du sexe qu’à trou­ver l’amour en ligne lors­qu’ils sont dé­jà en couple.

Bien qu’ils aient sou­vent une vie sexuelle très ac­tive avec leur par­te­naire, il n’est pas rare qu’ils as­sou­vissent aus­si leur li­bi­do sur le Web. Il ar­rive à cer­tains gars de faire l’amour avec leur blonde et qu’une fois en­dor­mie, ils ouvrent l’or­di et se mas­turbent en cla­var­dant avec des filles.

Plu­tôt que d’al­ler voir ailleurs et de cou­rir des risques d’at­tra­per une ITSS, de se faire sur­prendre par leur blonde ou parce qu’ils manquent de temps pour ren­con­trer des filles, ils optent pour la fa­ci­li­té, c’es­tà-dire le sexe en ligne.

POUR­QUOI EN AR­RIVENT-ILS LÀ?

Manque de sexe dans le couple Plu­sieurs gars sont in­sa­tis­faits de la fré­quence de leurs re­la­tions sexuelles. Leur blonde est fa­ti­guée, a mal à la tête ou n’a tout sim­ple­ment pas le goût. Bles­sés par ce re­jet à ré­pé­ti­tion, ils se tournent vers le Web où ils trouvent des filles qui les font sen­tir

vi­rils. « Avec ma blonde, je ne me sen­tais ja­mais as­sez bon au lit. Se­lon elle, ça ne du­rait ja­mais as­sez long­temps, je ne la pé­né­trais pas as­sez ou trop loin, j’avais tou­jours l’im­pres­sion de la dé­ce­voir, bref, le sexe avec elle était ren­du hy­per stressant pour moi. Lorsque je ‘’chatte’’ avec des filles, il n’y a rien de com­pli­qué et j’ar­rive à les faire jouir sim­ple­ment en leur par­lant. J’ai l’im­pres­sion d’être un vrai gars avec elles. »

Une ha­bi­tude dif­fi­cile à se dé­par­tir Le sexe en ligne de­vient une bé­quille, comme l’al­cool. Lors­qu’ils sont an­xieux, les gars se tournent vers le Web pour se chan­ger les idées. Les heures passent sans qu’ils s’en rendent compte. Pen­dant ces ins­tants, ils quittent leur vie vers un monde vir­tuel où ils n’ont pas à per­for­mer pour que tout soit par­fait. Ils n’ont pas né­ces­sai­re­ment une fille avec qui ils font du sexe en ligne, mais par­fois plu­sieurs. Ain­si, ils ne sont ja­mais mal pris. Une rou­tine s’ins­talle dans leur quo­ti­dien et plu­tôt que de pas­ser du temps avec leur blonde, ils s’en­foncent dans ce monde vir­tuel où ils viennent ou­blier ce qui les pré­oc­cupe au quo­ti­dien.

La dif­fi­cul­té de ren­trer dans le moule de la re­la­tion stable Un jour, des hommes font le choix de bâ­tir une re­la­tion so­lide avec une femme, d’avoir des en­fants et des pro­jets com­muns. Dans le pas­sé, ils ont eu une vie sexuelle ac­tive avec plu­sieurs filles alors, avec le temps, ils se sentent prêts à s’en­ga­ger. Mais, des hommes ont l’im­pres­sion d’être pri­son­niers dans ce type de re­la­tion. Ils ne se voient pas fi­nir le reste de leurs jours en voyant la même paire de seins. Le sexe en ligne leur per­met de res­ter avec la per­sonne qu’ils aiment tout en se di­ver­tis­sant avec d’autres filles sans se sen­tir trop cou­pables, car ils ne couchent pas avec elles.

LES BLONDES NE SONT PAS DUPES…

Pen­sez-vous vrai­ment que votre blonde ne se rend pas compte que vous lui ca­chez quelque chose lorsque vous pas­sez votre temps à votre or­di­na­teur? Vous avez beau prendre tous les moyens né­ces­saires, un jour, elle vous piè­ge­ra. Du sexe en ligne, c’est vu comme étant de l’in­fi­dé­li­té par plu­sieurs filles.

ET LES GARS QUI DÉ­COUVRENT L’IN­FI­DÉ­LI­TÉ…

Eux, ils ont le droit de re­gar­der des filles nues sur le Web, mais ils trouvent ça in­ac­cep­table que leur blonde échange des pro­pos et des pho­tos à conno­ta­tions sexuelles avec un autre gars. Ils ne com­prennent pas pour­quoi elle a en­vie de s’ex­hi­ber de­vant eux alors qu’à la mai­son, elle est su­per gê­née d’es­sayer de nou­velles pratiques sexuelles. Ils ont l’im­pres­sion de ne plus re­con­naître leur blonde lors­qu’ils dé­couvrent qu’elle en­tre­tient une « re­la­tion » en ligne.

Ha­bi­tuel­le­ment, les filles échangent avec un gars et non plu­sieurs en même temps, ce qui laisse croire aux par­te­naires que leur blonde est amou­reuse de ce gars, ce qui l’a poussée à dé­pas­ser cer­taines li­mites, comme lui en­voyer des pho­tos d’elle en te­nue lé­gère. Que ce soit en li­sant les échanges ou en l’ap­pre­nant de la bouche de sa blonde, c’est un choc. Il se rende compte que, pen­dant tout ce temps où elle lui di­sait qu’elle avait mal à la tête, elle al­lait plu­tôt se ca­res­ser de­vant l’autre. Et le peu de fois où ils fai­saient l’amour en­semble et qu’il avait re­mar­qué sa fougue sexuelle soudaine, ce n’était pas grâce à se pe­tite langue, mais bien parce qu’elle pen­sait à l’autre à cet ins­tant.

VER­SION FILLE

Ariane vit en couple de­puis cinq ans avec un wor­ka­ho­lic pour qui le tra­vail et les amis passent avant tout. Une blonde re­pré­sente pour lui une per­sonne avec qui il a du sexe, une mai­son et un chien. Ré­sul­tat, Ariane se re­trouve sou­vent seule le sa­me­di soir à at­tendre que son homme re­vienne la re­trou­ver dans son lit. Mais, une fin de se­maine où elle était ef­fec­ti­ve­ment seule et li­sait les ac­tua­li­tés de ses amis qui se van­taient d’avoir fait des ac­ti­vi­tés hy­per plai­santes dans la jour­née, elle a re­çu une de­mande d’ami­tié. Sans se po­ser 1001 ques­tions, elle ac­cepte la de­mande et lui écrit sur le champ un simple « al­lô ». Ra­pi­de­ment, une con­ver­sa­tion s’amorce. C’est un ami d’une amie d’une amie, qui ne reste pas très loin de chez elle. Ce gars a tout pour plaire à Ariane : des va­leurs à la bonne place, res­pec­tueux et ô com­bien sé­dui­sant. Elle a l’im­pres­sion de re­vivre en tant que femme. Pen­dant plu­sieurs mois, elle jase avec lui, se mas­turbe en pen­sant à lui et lui en­voie même, à l’oc­ca­sion, des pho­tos co­quines. Ja­mais elle n’au­rait pen­sé agir de la sorte, elle qui est tel­le­ment ré­ser­vée ha­bi­tuel­le­ment.

QU’EST-CE QUI DÉ­CLENCHE DE LA CYBERINFIDÉLITÉ?

Les couples de style « co­loc » Il y a des couples qui se parlent seule­ment pour sa­voir quoi ache­ter à l’épi­ce­rie ou pour prendre des dé­ci­sions au su­jet des en­fants. Sans trop sans rendre compte, ils s’éloignent l’un de l’autre. Ils passent leurs soi­rées, cha­cun as­sis dans leur fau­teuil, ri­vés sur leur ta­blette. Il n’est pas rare que les gars ne s’aper­çoivent même pas que leur blonde est en train de fan­tas­mer sur un autre gars.

Des at­tentes non ré­pon­dues Pour plu­sieurs filles, il est im­por­tant que leur conjoint soit at­ten­tion­né, les com­pli­mente lors­qu’elles changent de coif­fure, leur dise qu’elles sont sexy dans tel vê­te­ment. Bref, elles ont be­soin de plaire à l’autre. Lorsque ce be­soin n’est pas ré­pon­du au sein du couple, il est fa­cile de tom­ber dans le pan­neau lors­qu’un pur in­con­nu les inonde de com­pli­ments et qui ne cesse de leur ré­pé­ter à quel point, lui, il s’oc­cu­pe­rait d’elle comme elle le mé­rite.

Nombre d’heures pas­sées sur le Web Plus nous pas­sons du temps sur Fa­ce­book et com­pa­gnie, moins nous par­ta­geons du temps de qua­li­té avec notre par­te­naire. Nous né­gli­geons notre couple parce que nous pré­fé­rons re­gar­der les images de nos amis qui ont l’air si heu­reux ou de vi­sion­ner des vi­déos d’ani­maux drôles. Puisque notre vie tourne au­tour des ré­seaux so­ciaux, nous ren­con­trons de nom­breuses per­sonnes de fa­çon vir­tuelle, jus­qu’au jour où une per­sonne sus­cite plus d’in­té­rêt que les autres.

LES CONSÉ­QUENCES SUR LE COUPLE

La fré­quence des re­la­tions sexuelles Il est pos­sible que les re­la­tions sexuelles soient en chute libre puis­qu’elles ont moins de dé­sir sexuel en­vers leur par­te­naire. Par contre, pour d’autres filles, c’est plu­tôt le contraire. Elles uti­lisent leur conjoint pour cal­mer l’ex­ci­ta­tion dé­clen­chée par l’autre gars. Pen­dant qu’elles font l’amour, elles fan­tasment sur l’autre. Leur par­te­naire est bien heu­reux, car eux, ils ont une sexua­li­té ac­tive avec leur blonde.

Tout droit vers une sé­pa­ra­tion Si le couple bat­tait dé­jà de l’aile avant la ren­contre vir­tuelle, il y a de fortes chances que le couple ne sur­vive pas. C’est par­fois en cla­var­dant avec d’autres gars que des filles se rendent compte à quel point elles sont mal­heu­reuses

et qu’elles doivent quit­ter leur par­te­naire.

Un dé­clic pour ra­vi­ver la flamme Comme pour toutes formes d’in­fi­dé­li­tés, c’est par­fois le dé­but d’un nou­veau dé­part. Nous ar­ri­vons à la conclu­sion que nous ne sommes plus heu­reux comme avant et trou­vons des moyens pour nous re­trou­ver.

MENTIR OU LE DIRE?

Puisque plu­sieurs filles sont per­sua­dées qu’elles ne font rien de mal, elles pré­fèrent se taire. Pour d’autres, le si­lence est aus­si de mise. Elles savent très bien que leur conjoint ne to­lé­re­ra pas qu’un autre gars parle de sexe avec sa blonde. Rares sont celles qui vont tout avouer. Elles sont sou­vent confron­tées à tout avouer lors­qu’il s’en aper­çoit

ET LES FILLES QUI DÉ­COUVRENT L’IN­FI­DÉ­LI­TÉ...

Des filles de­viennent d’ex­cel­lentes dé­tec­tives lors­qu’elles sus­pectent que leur par­te­naire en­tre­tient des re­la­tions in­times avec d’autres filles sur le Web. Elles es­saient par tous les moyens d’ac­cé­der au compte Fa­ce­book, Skype ou aux cour­riels de leur amou­reux. C’est sou­vent au mo­ment où elles vont se cou­cher que ce der­nier se connecte sur le Web. C’est alors qu’elles marchent sur la pointe des pieds pour al­ler je­ter un oeil par la porte pour voir ce qu’il fait. Elles es­pèrent le sur­prendre en fla­grant dé­lit pour leur dé­mon­trer qu’elles ne sont pas connes et n’ac­ceptent pas de se faire mentir en pleine face.

Une fois la cyberinfidélité dé­cou­verte, les filles ont de la dif­fi­cul­té à re­faire confiance à l’autre. Dès qu’il passe un peu trop de temps de­vant l’écran, elles leur font sa­voir. Leur conjoint a par­fois ten­dance à mi­ni­mi­ser ce qu’il a fait et à dire qu’il n’y a rien là parce qu’au fi­nal, il n’a même pas cou­ché avec, ce qui fâche les filles. Elles sont donc per­sua­dées qu’il re­com­men­ce­ra puisque se­lon lui, ce sont elles qui s’en font pour rien.

RIEN N’AR­RIVE POUR RIEN

Au dé­but, ça com­mence par des échanges qui res­semblent à ceux de jeunes ados. Après, nous rê­vons de lui et vou­lons tout lâ­cher en croyant avoir trou­vé le bon. Mais, avant de tout cham­bou­ler votre vie, de­man­dez-vous si la réa­li­té se­ra tout aus­si agréable que le vir­tuel. C’est fa­cile d’écrire sur un cla­vier, mais ça ne donne pas né­ces­sai­re­ment l’heure juste sur la per­sonne. Alors, de­man­dez-vous si ça en vaut vrai­ment la peine. Peut-être qu’en vous im­pli­quant da­van­tage dans votre couple, vous ral­lu­me­rez une pe­tite flamme qui s’était éteinte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.