Début bril­lant

The Glengarry News - - The Opinion Page -

À l’âge de 21, Valérie Gre­nier, de St-Isi­dore, a fait un début impression­ant aux Jeux olympiques d’hiver à PyeongChan­g, Corée du Sud. Valérie a été la meilleure cana­di­enne en ter­mi­nant au 21e rang dans la com­péti­tion de de­scente. Elle a ter­miné six­ième au com­biné, une épreuve com­posée d’une manche de de­scente et une sec­onde en slalom.

Dans la com­péti­tion de de­scente, Valérie a ter­miné ses pre­mières épreuves de vitesse olympique après avoir ac­quis une ex­péri­ence cru­ciale au plus haut niveau de com­péti­tion in­ter­na­tionale et pu exé­cuter son plan de match. Valérie a ter­miné à 2,91 sec­on­des de la gag­nante.

Valérie Gre­nier a com­mencé à faire sa mar­que sur le cir­cuit in­ter- na­tional au je­une âge de 19 ans et sem­ble bien par­tie pour gravir le podium de la Coupe du monde, des Cham­pi­onnats du monde et même des Jeux olympiques. Elle a fait par­ler d’elle lors de sa 13ème po­si­tion en su­per G à St-Moritz en 2015 alors qu’elle n’était qu’à son troisième dé­part au niveau de la Coupe du monde. Elle ren­forçait sa po­si­tion sur la scène mon­di­ale en décrochant la pre­mière place en de­scente, la sec­onde en su­per G et la sep­tième en slalom géant lors des Cham­pi­onnats ju­niors mon­di­aux de 2016. Valérie a égale­ment connu une solide sai­son 2015-16 sur le cir­cuit Nor-Am, ter­mi­nant au sec­ond rang du classe­ment général. Le chem­ine­ment de Valérie dénote de par ses ré­sul­tats qu’elle pour­rait s’avérer une ad- ver­saire de taille aux Jeux olympiques de 2018 et de 2022, ce qui fait d’elle une des skieuses à suivre de près sai­son après sai­son. Gre­nier a connu un début de sai­son 2016-17 ful­gu­rant alors qu’elle s’est hissée au top 30 en de­scente, en su­per G, en slalom géant et en slalom. Elle se pré­pare déjà pour les Jeux olympiques en 2022, à Pékin.

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.