Se dé­niai­ser sur les che­mins de gar­notte

Vélo Mag - - Sommaire Vol. 37 No 3 -

Le ter­rain de jeu est sans fin, les vé­los sont conçus pour s’y aven­tu­rer. Alors qu’at­ten­dez-vous pour faire le saut ? Vé­loMag s’en­tre­tient avec Alain Bi­locq, un ex­pert du gra­vel­bike qui ré­pond à cinq ques­tions sur le su­jet.

Q Com­ment de­vient-on ex­pert du vé­lo de gar­notte ? R

Je vis à Trois-Ri­vières et, comme les cy­clistes de la place le savent, il n’existe pas une tonne d’iti­né­raires pour al­ler et ve­nir de la ville. Ré­sul­tat : on pé­dale conti­nuel­le­ment sur les mêmes fou­tues routes ! Il y a main­te­nant quatre ans, mon bou­chon a sau­té. J’ai en­four­ché mon vieux vé­lo et je suis par­ti ex­plo­rer les che­mins de gra­vier des en­vi­rons, puis du reste de la Mau­ri­cie. De­puis, je roule sur la gar­notte de 3000 à 4000 km par an­née. Ce que j’aime le plus, c’est qu’on peut rou­ler pen­dant des heures sans croi­ser âme qui vive. En outre, le vent, prin­ci­pal en­ne­mi du rou­tier, se fait ou­blier parce qu’on est sou­vent dans le bois.

QI

Est-il dif­fi­cile d’éla­bo­rer des iti­né­raires sur ces routes ? R

À force de rou­ler, j’ai bâ­ti une banque de 30 à 40 sor­ties qui com­prennent des seg­ments de che­mins de tra­verse au Qué­bec. J’ai eu re­cours à une mul­ti­tude d’ou­tils. Le pre­mier : Stra­va, qui per­met à la fois de tra­cer des iti­né­raires qui tiennent compte des che­mins pri­vés et de consul­ter les tra­jets de ca­ma­rades qu’on juge fiables. Google Maps donne quant à lui, grâce à sa fonc­tion sa­tel­li­taire, de pré­cieuses in­di­ca­tions sur les sur­faces de rou­le­ment. Et il y a Gra­vel­map (gra­vel­map.com), un ré­per­toire de routes de gra­vier exact dans 80 à 85 % des cas. Fi­na­le­ment, j’aime beau­coup uti­li­ser le livre Sud­duQué­bec/ Sou­thernQue­becBa­ckRoadAt­las–1138. Il contient un re­cueil dé­taillé de cartes de tous les che­mins d’ar­rière-pays du sud de la pro­vince.

Q

Com­ment mo­di­fie-t-on sa conduite sur de la gra­velle ? R

Avant toute chose, on change de fa­çon de pen­ser ! Con­trai­re­ment à une sor­tie sur route, on y est tou­jours un peu en mode ex­plo­ra­teur. Con­crè­te­ment, ce­la si­gni­fie qu’on sait quand on part, mais pas né­ces­sai­re­ment quand on re­vient. Une sor­tie de deux heures s’al­longe fa­ci­le­ment d’une heure ! L’état des routes y est pour beau­coup: cer­taines sont ta­pées et rou­lantes comme un billard alors que d’autres im­posent un vé­ri­table sup­plice aux jambes. Les ca­rac­té­ris­tiques des che­mins changent aus­si en fonc­tion du mo­ment de l’an­née – au prin­temps et à l’au­tomne, le fond, plus boueux, est plus in­stable. On dose constam­ment son frei­nage et on cal­cule in­va­ria­ble­ment un ou deux coups à l’avance, puisque les routes de terre bat­tue sont plus si­nueuses, moins pré­vi­sibles.

QI

Que doit-on pré­voir de plus que lors d’une sor­tie sur la route ? R

Il est im­por­tant de rou­ler sur une ma­chine adé­quate. Des pneus de 700 x 28 sont un strict mi­ni­mum – per­son­nel­le­ment, j’ai du 700 x 33. Il ne faut pas avoir des dé­ve­lop­pe­ments trop res­tric­tifs : un pla­teau com­pact à l’avant et une cas­sette 11-36 à l’ar­rière ne sont pas de re­fus. Cô­té équi­pe­ment, le cel­lu­laire, même s’il ne capte pas le si­gnal à tous coups, vous se­ra in­évi­ta­ble­ment utile ; ne l’ou­bliez pas ! Pré­voyez éga­le­ment da­van­tage de nour­ri­ture et d’eau, et n’hé­si­tez pas à mu­nir votre vé­lo de sa­coches sup­plé­men­taires dans les­quelles ran­ger tout ça. C’est certes moins sexy, mais ça risque de vous évi­ter bien des sou­cis.

Q

Des pré­fé­rences pour des coins du Qué­bec où rou­ler sur le gra­vier? R

Je suis ven­du aux Can­tons-de-l’Est, qui sont à mon avis la mecque du gra­vel bike. Ma conjointe et moi nous sommes ache­té une ré­si­dence se­con­daire à Bro­mont exac­te­ment pour cette rai­son : les che­mins de gar­notte y sont in­nom­brables ! Ja­mais une sor­tie n’est iden­tique à la pré­cé­dente. C’est le bon­heur. Les routes au­tour de Vic­to­ria­ville, dans Ar­tha­bas­ka, valent aus­si le dé­tour. C’est d’ailleurs là que se tient chaque an­née la Clas­sique des Ap­pa­laches, une course for­mi­dable.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.