Wal­lo­nie-Bruxelles, la belle fran­co­phone

Le par­le­ment de la Ré­gion wal­lonne a failli plan­ter le clou dans le pneu de l’ac­cord de libre-échange entre l’Eu­rope et le Ca­na­da. Une dé­ci­sion à contre-cou­rant qui marque la forte per­son­na­li­té de cette ré­gion fran­co­phone de Bel­gique. C’est en y po­sant la

Vélo Mag - - Sommaire Vol. 37 No 3 -

La plus belle fa­çon de ren­con­trer Bruxelles en pé­da­lant est de com­men­cer par al­ler faire un tour au 15, rue de Londres, afin de pas­ser à la Mai­son des cy­clistes. En com­pa­gnie de Serge, mon col­lègue jour­na­liste lui aus­si vé­né­rable cy­cliste, j’entre dans la bâ­tisse qui ac­cueille le Gracq, le Groupe de re­cherche et d’ac­tion des cy­clistes quo­ti­diens – c’est en quelque sorte le Vé­lo Qué­bec belge, qui tra­vaille as­si­dû­ment à édu­quer jeunes et moins jeunes à la pra­tique cy­cliste –, et Pro Vé­lo, un autre or­ga­nisme qui agit comme pres­ta­taire de ser­vices en pro­po­sant no­tam­ment des vi­sites à thème dans Bruxelles. Be­noît est tout dis­po­sé à nous gui­der dans notre re­pé­rage de l’Art nou­veau, un des ( nom­breux) atouts de Bruxelles.

Il y a long­temps que notre guide a aban­don­né ses ré­flexes d’au­to­mo­bi­liste pour adop­ter ceux de cy­cliste. En un clin d’oeil, il dé­laisse les grands axes en­com­brés pour des iti­né­raires pas mal plus ef­fi­caces… Il faut dire que les cy­clistes, ici, font par­tie du pay­sage. Les vé­los sont bien équi­pés en vue d’af­fron­ter la ville : éclai­rage, ro­bustes pneus ca­pables d’ava­ler les pa­vés, garde-boue, por­te­ba­gages… Les au­to­mo­bi­listes sont plu­tôt to­lé­rants, et il y a peu de pistes cy­clables, mais énor­mé­ment de zones dé­si­gnées. Aus­si, de­puis six ans, les cy­clistes ont l’au­to­ri­sa­tion de cir­cu­ler à contre­sens.

En quelques heures, Be­noît nous dé­voile l’ar­chi­tec­ture de l’Art nou­veau de même que les ves­tiges de l’an­cienne en­ceinte de Bruxelles, la mo­der­ni­té du quar­tier de l’Union eu­ro­péenne et quelques autres lieux in­con­tour­nables. Une halte s’im­pose au mi­lieu de la Grand-Place, bor­dée par les mai­sons de di­verses cor­po­ra­tions pro­fes­sion­nelles. Mon coup de coeur va ce­pen­dant au quar­tier Ma­rolles et à sa place du Jeu de Balle. C’est dans ce quar­tier po­pu­laire qu’on trouve l’art de vivre à la bruxel­loise. Le quar­tier a même son dia­lecte, le zwanze, ou ma­rol­lien, tein­té d’un cer­tain hu­mour gouailleur.

Liège et les RAVeL Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ar­ri­vée en train à Liège est im­pres­sion­nante. La gare de Liège est si­gnée par l’ar­chi­tecte es­pa­gnol San­tia­go Ca­la­va­tra Valls, et c’est sans doute le mo­nu­ment le plus pho­to­gra­phié de la ville. Sous le grand hall qui s’élance vers le ciel, des sta­tues et des ex­po­si­tions. Bien­ve­nue à Liège !

Nous quit­tons ra­pi­de­ment la ville pour fi­ler vers Herve, en pré­vi­sion de notre pre­mière es­ca­pade à l’ex­té­rieur de Bruxelles. Nous al­lons dé­cou­vrir les RAVeL. Sous ce nom qui chante à nos oreilles se cachent les Ré­seaux au­to­nomes des voies lentes, en fait des em­prises fer­ro­viaires désaf­fec­tées ou d’an­ciens che­mins de ha­lage qui ne re­çoivent dé­sor­mais que des dé­pla­ce­ments non mo­to­ri­sés. Plu­tôt plats, ils offrent à tra­vers la Bel­gique des par­cours sé­cu­ri­taires sur près de 1350 km. His­toire de s’y re­trou­ver, Belges et Néer­lan­dais uti­lisent les points-noeuds, un brillant sys­tème de si­gna­li­sa­tion (voir ru­brique du même nom à la page sui­vante).

Ce ne sont pas les seuls en­droits où pé­da­ler. Les bé­né­voles du Gracq ont concoc­té quelques fa­bu­leux tra­jets sur des routes tran­quilles. Dans le coin, on s’est

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.