Un prin­temps à Wa­shing­ton

Ex­plo­rer la ca­pi­tale états-unienne et ses en­vi­rons à vé­lo, pour­quoi pas ? Wa­shing­ton est certes une des­ti­na­tion pri­vi­lé­giée des fé­rus d’his­toire et de culture, tou­te­fois les cy­clistes peuvent pa­reille­ment y trou­ver leur compte. Voi­ci quelques sug­ges­tions

Vélo Mag - - Sommaire - TEXTE ÉLOÏSE OUELLETDÉCOSTE

La Vir­gi­nie est aux portes de Wa­shing­ton. Il suf­fit de tra­ver­ser le fleuve Po­to­mac et nous voi­ci dans cet État du Sud. La Mount Ver­non Trail nous trans­porte dans le temps, à l’époque des bal­bu­tie­ments de la na­tion état­su­nienne. Du coeur de la ville par le pont Ar­ling­ton Me­mo­rial, cette piste cy­clable as­phal­tée et presque com­plè­te­ment sé­pa­rée de la route borde l’ouest du Po­to­mac sur près de 30 km. Dès le départ, les mo­nu­ments his­to­riques du Na­tio­nal Mall s’élèvent au loin, sur l’autre rive – une fa­çon unique de contem­pler ces sym­boles qui font la re­nom­mée de Wa­shing­ton. On longe le ci­me­tière na­tio­nal d’Ar­ling­ton, où sont en­ter­rés les sol­dats amé­ri­cains de toutes les guerres. En­vi­ron 6 km après le départ, il est pos­sible d’aper­ce­voir le fa­meux Pen­ta­gone, quar­tier gé­né­ral du dé­par­te­ment de la Dé­fense des États-Unis.

La ran­don­née mène vers le sud au quar­tier his­to­rique d’Alexan­dria. Une pro­me­nade sur la rue King donne l’oc­ca­sion de goû­ter au charme de son ar­chi­tec­ture du XVIIIe siècle et du George Wa­shing­ton Ma­so­nic Na­tio­nal Me­mo­rial, un mo­nu­ment tout aus­si im­pres­sion­nant, bien que moins connu, que ceux du Na­tio­nal Mall. Les ama­teurs d’art s’in­té­res­se­ront aux ar­tistes de la ré­gion à la Tor­pe­do Fac­to­ry Art Cen­ter, une an­cienne usine de tor­pilles.

Hé­ber­geant au­jourd’hui un mar­ché pu­blic heb­do­ma­daire, le Mar­ket Square d’Alexan­dria fut, au dé­but du XIXe siècle, l’un des plus im­por­tants mar­chés d’es­claves du pays. Des mil­liers d’es­claves y furent ven­dus avant d’être trans­fé­rés vers les champs de co­ton des États su­distes.

Au sud d’Alexan­dria, la piste cy­clable est tout en ver­dure, val­lon­née, et la mon­tée vers Mount Ver­non gra­duelle. Le clou du spec­tacle ap­pa­raît au bout du che­min: l’an­cien do­maine de George Wa­shing­ton, re­ce­lant un ma­noir de 1025 m2 et quatre jar­dins. Une vi­site du do­maine re­plonge dans l’époque de la guerre d’in­dé­pen­dance et de la fon­da­tion des États-Unis. Construit en 1735 par Au­gus­tine Wa­shing­ton, le père de George, Mount Ver­non était à l’ori­gine une plan­ta­tion. George Wa­shing­ton en hé­ri­ta en 1762 et y de­meu­ra du­rant 45 ans. En outre des 21 pièces du ma­noir, le do­maine com­porte un mu­sée, une dis­til­le­rie, un jar­din bo­ta­nique, une pé­pi­nière et les tombes de George Wa­shing­ton et de son épouse, Mar­tha.

Sur la route des vins La Vir­gi­nie est le cin­quième pro­duc­teur de vin aux États-Unis. Lees­burg, bour­gade dé­li­cieu­se­ment co­lo­niale à une soixan­taine de ki­lo­mètres de la ca­pi­tale états-unienne, est une des­ti­na­tion fort pri­sée des oe­no­logues. La voi­ture de lo­ca­tion ne se­ra pas né­ces­saire: la route des vins se par­court à vé­lo. Plu­sieurs op­tions s’offrent aux cy­clistes à par­tir du centre-ville, dont les deux ci-des­sous.

La Che­sa­peake and Ohio Ca­nal Trail s’étire sur presque 300 km du quar­tier Geor­ge­town, au centre-ville de Wa­shing­ton, jusqu’à Cum­ber­land, au Ma­ry­land. Bi­tu­mée sur les pre­miers ki­lo­mètres, la piste cy­clable est en­suite en terre et en gra­vier com­pact. Le Che­sa­peake and Ohio Ca­nal, un parc na­tio­nal où na­ture et his­toire se cô­toient et qui suit le fleuve Po­to­mac sur son ri­vage est, a joué un rôle clé dans l’his­toire des États-Unis, no­tam­ment dans le do­maine du trans­port, du dé­but du XIXe siècle jusqu’aux an­nées 1920. Au 25e km (mile 15), le Great Falls Ta­vern Vi­si­tor Cen­ter pro­pose des tours gui­dés en ba­teau ti­ré par des mules, à l’image de ceux uti­li­sés vers 1870 – une fa­çon à l’an­cienne de ra­con­ter l’his­toire de la na­vi­ga­tion sur le ca­nal. Le lieu per­met éga­le­ment d’ad­mi­rer le tu­mul­tueux Po­to­mac dans toute sa splen­deur. Au 58e km (mile 36), un tra­ver­sier, le White’s Fer­ry, passe d’une rive du fleuve à l’autre et ac­coste à Lees­burg, en Vir­gi­nie.

Une autre route, plus rec­ti­ligne et en­tiè­re­ment gou­dron­née mais moins pit­to­resque, sillonne la Vir­gi­nie. Il s’agit de prendre d’abord la Cus­tis Trail, ac­ces­sible du Na­tio­nal Mall par l’un des ponts qui re­lient Wa­shing­ton à la Vir­gi­nie. Cette pre­mière sec­tion longe des au­to­routes, ce­pen­dant la piste cy­clable est bien amé­na­gée, iso­lée de la voie ra­pide, et les ki­lo­mètres s’en­chaînent ai­sé­ment jusqu’au parc Bon Air, dans le quar­tier Bro­ck­wood, où elle re­joint la Wa­shing­ton and Old Do­mi­nion Trail. Au­tre­fois une voie fer­rée, la W&OD Trail quit­tait le noyau ur­bain avant d’abor­der la cam­pagne de la Vir­gi­nie puis d’at­teindre Lees­burg.

Lees­burg est un point de départ de choix pour ex­plo­rer les vi­gnobles du com­té de Lou­doun. Au nombre de ceux-ci, le Ze­pha­niah, ma­gni­fique, ap­par­te­nant à la fa­mille Hatch de­puis trois gé­né­ra­tions. Cette an­cienne ferme com­prend un jar­din de fleurs, des bancs à l’ombre d’arbres ma­jes­tueux ain­si qu’un ma­noir construit en 1820 qui abrite la salle de dé­gus­ta­tion. En rai­son de son dé­cor en­chan­teur, de la qua­li­té de son vin et de l’ac­cueil cha­leu­reux de ses pro­prié­taires, il n’est pas sur­pre­nant que ce do­maine fi­gure par­mi les 25 meilleurs vi­gnobles des États-Unis, se­lon le ma­ga­sin de voyages Tra­vel + Lei­sure. D’autres vi­gnobles du sec­teur mé­ritent un ar­rêt. Les ama­teurs de whis­ky trou­ve­ront leur bon­heur à la dis­til­le­rie Ca­toc­tin Creek.

Tour de ville na­ture et bran­ché Inu­tile de sor­tir de la ville pour faire une belle ba­lade de vé­lo entre na­ture et quar­tiers bran­chés. Et ou­vrez l’oeil, car il n’est pas rare d’aper­ce­voir des che­vreuils! Voi­ci une idée d’iti­né­raire cal­qué sur le ré­seau cy­clable de la grande ag­glo­mé­ra­tion de Wa­shing­ton et par­se­mé de cer­tains de ses points forts.

Le point de départ : Geor­ge­town. An­cienne ville du Ma­ry­land fon­dée en 1751, ce qui est main­te­nant un quar­tier de la ca­pi­tale état­su­nienne sé­duit par son ca­chet an­tique et ses

ran­gées d’im­meubles aux al­lures aris­to­cra­tiques. La Rock Creek Park Trail, du nom de son ruis­seau, borne le quar­tier à l’est. Cette piste cy­clable ur­baine quitte gra­duel­le­ment l’ani­ma­tion du centre-ville pour se ré­fu­gier plus au nord dans le parc Rock Creek, une oa­sis de ver­dure au coeur de Wa­shing­ton qui n’a rien à en­vier au Cen­tral Park de New York.

À l’en­trée du parc s’étend le zoo na­tio­nal de Wa­shing­ton – gra­tuit – de la Smith­so­nian Ins­ti­tu­tion. Il hé­berge 2000 ani­maux de plus de 400 es­pèces dif­fé­rentes ; les pen­sion­naires les plus ap­pré­ciés sont cer­tai­ne­ment les pan­das géants Mei Xiang, Tian Tian, Bao Bao, Tai Shan et Bei Bei. On y trouve éga­le­ment le Smith­so­nian Conser­va­tion Bio­lo­gy Ins­ti­tute, un ac­teur clé de la pro­tec­tion des es­pèces en voie d’ex­tinc­tion – jo­lie fa­çon de dé­cou­vrir des es­pèces rares et d’en ap­prendre da­van­tage sur les en­jeux de conser­va­tion.

Le parc Rock Creek, qui s’étend sur près de 700 ha, est une vé­ri­table fo­rêt en pleine ville. Les Wa­shing­to­niens aiment s’y ras­sem­bler à l’oc­ca­sion d’un pique-nique en fa­mille. La fin de semaine, Beach Drive, une route qui des­sine un si­nueux tra­cé nord-sud au mi­lieu du parc, est fer­mée aux au­to­mo­biles, au grand plai­sir des cy­clistes. Bien que le parc soit très agréable à vé­lo, plu­sieurs n’hé­si­te­ront pas à aban­don­ner leur mon­ture le temps de s’aven­tu­rer dans l’un des nom­breux sen­tiers pé­destres afin d’y ob­ser­ver la flore et la faune.

Au nord du parc, la Geor­ge­town Branch Trail en di­rec­tion ouest mène vers Be­thes­da, une ban­lieue ré­si­den­tielle ai­sée si­tuée au Ma­ry­land. Son sec­teur com­mer­cial est un des lieux fa­vo­ris pour un ra­fraî­chis­se­ment bien mé­ri­té. Aux angles des ave­nues Be­thes­da et Wood­mont, les op­tions ne manquent pas, que ce soit pour un ca­fé, une bou­chée ou un verre en ter­rasse.

Une fois la croûte cas­sée, il suf­fit d’em­prun­ter la Ca­pi­tal Cres­cent Trail à l’in­ter­sec­tion de ces deux ave­nues com­mer­çantes pour re­tour­ner vers Geor­ge­town et bou­cler la boucle. En ef­fet, cette piste cy­clable, po­pu­laire au­près des na­vet­teurs à vé­lo, ra­mène vers le centre-ville sans crier gare. Bor­dée de fo­rêts, pai­sible, elle sous­trait les cy­clistes à l’ac­ti­vi­té ci­ta­dine sans qu’ils aient à quit­ter la ville. Et si le temps le per­met, pour­quoi ne pas s’ar­rê­ter à Flet­cher’s Cove ? À moins de 5 km en amont de Geor­ge­town, cette pe­tite ma­ri­na loue des em­bar­ca­tions à l’heure. Un en­droit idéal à par­tir d’où na­vi­guer sur le Po­to­mac en kayak, en ca­not ou en planche à pa­gaie au cou­cher du so­leil.

Mount Ver­non Trail

Che­sa­peake and Ohio Ca­nal Trail

Vi­gnobles dans le com­té de Lou­doun

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.