Les Dé­fis du Parc : une édi­tion d’an­tho­lo­gie

À l’oc­ca­sion de la 12e édi­tion des Dé­fis du Parc, l’évé­ne­ment s’est of­fert quelques nou­veau­tés mar­quantes : un par­cours in­édit et le tout pre­mier tri­ath­lon des Dé­fis du Parc na­tio­nal de la Mau­ri­cie.

Vélo Mag - - Sommaire - PAR MAXIME BI­LO­DEAU

En ce qui concerne le tra­jet en 2018, la ré­fec­tion de la route Pro­me­nade a oc­ca­sion­né la fer­me­ture du sec­teur Saint-Jean-des-Piles. Les cy­clistes s’élancent donc dans le 53 km et le 100 km de l’en­trée de Saint-Ma­thieu en dé­cou­vrant la route Pro­me­nade entre le sec­teur She­we­ne­gan et le bel­vé­dère. Ceux qui s’at­ten­daient à un par­cours plus fa­cile se­ront dé­çus: le 100 km com­porte au-de­là de 1800 m de dé­ni­ve­lé po­si­tif, avec la route mon­tant au bel­vé­dère à grim­per deux fois.

Le dé­part est don­né sous un so­leil ti­mide : des condi­tions de pé­da­lage par­faites ! L’équipe des Roses est bien vi­sible dans le pe­lo­ton, sans ou­blier les bé­né­voles tou­jours aus­si sou­riants mal­gré la fraî­cheur ma­ti­nale.

Il fait pa­reille­ment frais pour le pre­mier tri­ath­lon des Dé­fis. Ce n’est pas tous les jours que le lac Wa­pi­za­gonke fume ; ce ma­tin-là, c’est pour­tant le cas. À l’aube, alors que le ther­mo­mètre af­fiche huit pe­tits de­grés Cel­sius, l’im­mense nappe d’eau est re­cou­verte d’un épais brouillard de conden­sa­tion. La tâche des quelque 400 ins­crits au tri­ath­lon de cette édi­tion des Dé­fis en est com­pli­quée. Dif­fi­cile, en ef­fet, de na­ger 750 m dans une telle pu­rée de pois. Au moins, l’eau est chaude (plus que l’air).

La por­tion vé­lo est dans la même veine. Dès leur sor­tie du lac, les tri­ath­lètes se col­le­taillent à un mur de deux bornes à peine ont-ils quit­té la zone de tran­si­tion amé­na­gée près de l’aire de pique-nique She­we­ne­gan, dans le sec­teur Saint-Ma­thieu. Puis, une fois sur la route pa­no­ra­mique du parc, re­be­lote : des côtes et en­core des côtes. Au to­tal, ils rou­le­ront 25 km sur ce par­cours casse-pattes avant de re­ve­nir « ra­cker » leur mon­ture dans la zone. Dans le lot, on trouve peu de vé­los de tri­ath­lon, dont la géo­mé­trie est in­adap­tée à la grimpe. Un choix ju­di­cieux.

En tri­ath­lon, c’est lors de la course à pied qu’on sé­pare les hommes et les femmes des en­fants. Cette fois-ci ne fait pas ex­cep­tion : sur la boucle de 5,5 km des Dé­fis du Parc, les par­ti­ci­pants qui sont par­tis comme des balles le paient cher. Il faut dire qu’ils se frottent aux sen­tiers Les Fa­laises et Les Cas­cades, ré­pu­tés pour leur dé­ni­ve­lé consi­dé­rable… et leurs nom­breux es­ca­liers. À l’ar­ri­vée, tou­te­fois, point de vi­sages longs. Que des sou­rires de sa­tis­fac­tion d’avoir ter­mi­né ce tout pre­mier tri­ath­lon des Dé­fis du Parc, ho­mo­lo­gué par Tri­ath­lon Qué­bec.

Le 100 km com­porte au-de­là de 1800 m de dé­ni­ve­lé po­si­tif, avec la route mon­tant au bel­vé­dère à grim­per deux fois.

L'équipe des Roses, fi­dèle au poste

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.