Les bat­te­ries, le nerf de la guerre

Vélo Mag - - Dossier - PAR FÉ­LIX CÔ­TÉ

Si vous cher­chez une ex­pli­ca­tion ra­tion­nelle aux prix éle­vés des vé­los à as­sis­tance élec­trique, en voi­ci une toute simple : la per­for­mance, ça s’achète ! La bat­te­rie des VAE re­pré­sente jus­qu’à près de la moi­tié du prix du vé­lo.

Éva­luer la per­for­mance d’une bat­te­rie se fait en te­nant compte de deux va­leurs : la ten­sion (ex­pri­mée en volts [V]) et sa ca­pa­ci­té (ex­pri­mée en am­père-heure [Ah]). En gros, plus la ten­sion est éle­vée, plus la bat­te­rie se­ra puis­sante, et plus la ca­pa­ci­té est grande, meilleure se­ra l’au­to­no­mie.

La puis­sance de la bat­te­rie, dé­ga­gée par le mo­teur et s’ex­pri­mant en watts, est im­por­tante, no­tam­ment si vous êtes ap­pe­lé à mon­ter des côtes. Pour me­su­rer la puis­sance, il suf­fit de mul­ti­plier la ten­sion (en volts) par la ca­pa­ci­té (en am­pères-heure). Par exemple, un vé­lo de 48 V et de 14,5 Ah offre une puis­sance théo­rique de 696 W ; tou­te­fois, les mo­teurs sont bri­dés élec­tro­ni­que­ment, de sorte que le mode uti­li­sé res­pecte la puis­sance choi­sie.

En règle gé­né­rale, plus le wat­tage est éle­vé, plus la bat­te­rie se­ra oné­reuse, ce qui se ré­per­cu­te­ra in­évi­ta­ble­ment sur le prix du VAE.

Du plomb au li­thium Au bas de l’échelle de la per­for­mance, il y a les bat­te­ries au plomb. On les trouve en­core sur cer­tains vé­los d’en­trée de gamme. Moins chères, elles sont plus lourdes et sur­tout moins adap­tées au re­cy­clage. Leur du­rée de vie va­rie entre 300 et 400 cycles de re­charge.

Les bat­te­ries les plus cou­rantes sont celles à li­thium-ion (Li-ion). Elles sont beau­coup moins lourdes qu’une bat­te­rie au plomb, leurs per­for­mances (puis­sance et au­to­no­mie) sont net­te­ment su­pé­rieures, et leurs ma­té­riaux se re­cyclent. Les meilleurs mo­dèles en­cais­se­ront un peu plus de 1000 cy- cles de re­charge avant de perdre une si­gni­fi­ca­tive au­to­no­mie.

Re­charge sim­pli­fiée La plu­part des bat­te­ries se re­chargent comme n’im­porte le­quel de vos ap­pa­reils por­tables re­char­geables, c’est-à-dire qu’elles sont amo­vibles et ac­cu­mulent de l’éner­gie grâce au char­geur nor­ma­le­ment four­ni avec le vé­lo, le tout par l’en­tre­mise d’une prise de cou­rant or­di­naire.

Tout dé­pen­dant des condi­tions, du poids, de la tem­pé­ra­ture et bien en­ten­du du mode d’as­sis­tance em­ployé, une bat­te­rie peut fonc­tion­ner sur une dis­tance os­cil­lant entre 50 et 100 km, ou lé­gè­re­ment plus. Une bat- te­rie à plat se re­charge en quatre à cinq heures, quoique cer­taines le font en un temps re­cord de deux à trois heures à l’aide d’un su­per­char­geur. Celles dis­po­sant d’une plus grande au­to­no­mie pren­dront plus de temps à re­char­ger.

Comme toutes les pièces d’un vé­lo, la bat­te­rie a une du­rée de vie li­mi­tée. Se­lon les mo­dèles, cette du­rée va­rie entre 300 et 1500cycles de re­charge. Dans le cas d’un usage mo­dé­ré à l’abri des condi­tions ex­trêmes, on peut s’at­tendre à de­voir rem­pla­cer la bat­te­rie après cinq à dix ans d’uti­li­sa­tion, ce qui bien en­ten­du se­ra à pla­ni­fier dans le bud­get.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.