LA CLASSIFICATION DES VINS DU QUÉ­BEC – OÙ EN SOMMES-NOUS ?

OÙ EN SOMMES-NOUS ?

Vins et Vignobles - - Sommaire - Par Gé­rald MILOT

Com­ment sa­voir si un vin clas­sé «vin du Qué­bec» est vrai et vé­ri­ta­ble­ment pro­duit avec des rai­sins qui pro­viennent des vignobles du Qué­bec ? L’éti­quette d’un vin du Qué­bec est-elle claire ?

L'en­goue­ment des Qué­bé­cois pour le vin re­monte à plu­sieurs an­nées dé­jà, sur­tout avec l'ar­ri­vée des ma­ga­sins libre-ser­vice de la SAQ, ain­si qu'avec la for­ma­tion de plu­sieurs de ses em­ployés afin de ren­sei­gner la clientèle.

Ce pre­mier contact avec le vin s'est ef­fec­tué ma­jo­ri­tai­re­ment via les vins fran­çais, puis ceux d'Eu­rope et en­fin d'autres pays pro­duc­teurs. Jus­qu'à ce que d'in­tré­pides vi­ti­cul­teurs ré­si­dant au Qué­bec dé­cident eux aus­si de se lan­cer dans l'aven­ture. Au­jourd'hui, nous pou­vons donc bé­né­fi­cier du fruit de leur tra­vail.

Lorsque nous avons pris contact avec le vin, nous avons dé­li­mi­té nos choix se­lon des cri­tères de base. Nous avons ap­pris à lire les éti­quettes, car elles conte­naient d'im­por­tants dé­tails in­for­ma­tifs tels que le lieu et le mil­lé­sime, le nom du pro­duc­teur, le taux d'al­cool et par­fois, sur la contreé­ti­quette, les cé­pages uti­li­sés. En même temps, nous avons com­men­cé à faire le lien entre cer­tains de ces élé­ments et notre goût pour le pro­duit.

Avec l'ar­ri­vée des vins qué­bé­cois, nous avons ins­tinc­ti­ve­ment ap­pli­qué le même pro­ces­sus pour sé­lec­tion­ner les vins que nous ache­tions. L'unique dif­fé­rence était alors au ni­veau du goût des vins. En ef­fet, ha­bi­tués aux cé­pages nobles tra­di­tion­nels, nous avons éprou­vé quelques dif­fi­cul­tés à ap­pri­voi­ser les cé­pages plan­tés au Qué­bec, car ils n'of­fraient au­cun re­père.

Ha­bi­tués à lire les éti­quettes des vins eu­ro­péens, nous avons fait de même avec les éti­quettes qué­bé­coises aux don­nées non uni­for­mi­sées. À ce su­jet, voi­ci quelques in­ter­ro­ga­tions:

• Pour­quoi l'éti­que­tage des vins qué­bé­cois n'est-elle pas rè­gle­men­tée ?

• Existe-t-il un or­ga­nisme qui peut en im­po­ser les règles?

• La contre-éti­quette de­vrait-elle conte­nir la men­tion des cé­pages uti­li­sés et leur pour­cen­tage ?

• À la suite de cer­taines mises en garde au su­jet de l'ori­gine d'un pro­duit, com­ment s'as­su­rer qu'il

est vrai­ment is­su de chez nous ?

• Un pro­duc­teur qué­bé­cois peut-il ajou­ter des rai­sins culti­vés ailleurs qu'au Qué­bec ?

• Existe-t-il un contrôle où une men­tion sur l'éti­quette qui puisse ras­su­rer le consom­ma­teur quant

à la pro­ve­nance des rai­sins ?

En ces temps où la vi­ti­vi­ni­cul­ture tra­di­tion­nelle fraye avec la bio­lo­gique et la bio­dy­na­mique, se­rait-il né­ces­saire d'in­for­mer le consom­ma­teur sur la mé­thode cultu­rale uti­li­sée ? De même pour l'ajout de pro­duits tels les sul­fites ou les co­peaux de bois ?

Éla­bo­rés avec dif­fé­rentes tech­niques, nos cidres et nos vins de glace nous ont fait connaître un peu par­tout sur la pla­nète. Est-ce qu'une classification, sous-en­ten­dant un cer­tain contrôle, se­rait sou­hai­table en la ma­tière ? Sur l'éti­que­tage, pour­rait-on en in­for­mer le consom­ma­teur ?

L'idée n'est pas d'en ar­ri­ver à une rè­gle­men­ta­tion aus­si stricte que celle des grands crus de Bor­deaux. Nos gou­ver­ne­ments nous in­citent à ache­ter des pro­duits qué­bé­cois et à en­cou­ra­ger nos pro­duc­teurs. Ce­pen­dant, il me semble qu'il se­rait pos­sible de mieux in­for­mer le consom­ma­teur afin qu'il fasse un choix éclai­ré et se sente en confiance face au pro­duit. Pour le reste, In­ter­net peut nous être d'une grande uti­li­té.

Le 14 mars der­nier, l'As­so­cia­tion des vi­gne­rons du Qué­bec a pu­blié le bi­lan des ré­coltes 2015. Bien qu'un peu tech­niques, ces in­for­ma­tions sont des plus ré­vé­la­trices. Sur le site http://vins­du­que­bec.com, on trouve aus­si des don­nées as­sez com­plètes sur les cé­pages plan­tés au Qué­bec, de même qu'une ex­pli­ca­tion de la men­tion «Vin du Qué­bec cer­ti­fié».

Sans doute, le temps est-il ve­nu de pu­blier une syn­thèse qui ré­ponde à ces ques­tion­ne­ments et qui per­met­tra aux consom­ma­teurs de s'y re­trou­ver.

NDLR : Nous in­vi­tons les in­ter­ve­nants du sec­teur à nous écrire pour cla­ri­fier cette si­tua­tion.

Vi­gnoble de l'Or­pailleur

Vi­gnoble d'Oka

Le Do­maine du Ridge

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.