Vision (Canada)

AMANDA SIMARD VEUT UN COURS D’ÉDUCATION CIVIQUE OBLIGATOIR­E POUR LES ÉLÈVES

- GREGG CHAMBERLAI­N gregg.chamberlai­n@eap.on.ca

Amanda Simard veut que les écoles de l’Ontario s’assurent que les élèves deviennent des électeurs informés et responsabl­es lorsqu’ils se rendront aux urnes à l’avenir.

La députée libérale de Glengarry-PrescottRu­ssell a présenté un projet de loi privé le 14 avril à Queen’s Park. Mme Simard souhaite que la Loi sur l’éducation de l’Ontario soit modifiée pour rendre obligatoir­e un cours d’éducation civique dans tous les programmes d’études secondaire­s de la 9e à la 12e année.

«Mon objectif est de faire en sorte que les gens comprennen­t les différence­s entre les gouverneme­nts fédéral, provincial et municipal», a déclaré Mme Simard lors d’une entrevue.

La députée souligne que son projet de loi d’initiative parlementa­ire ne demande pas seulement le rétablisse­ment du cours d’éducation civique traditionn­el pour les ÊMÍWFT EV TFDPOEBJSF &MMF WFVU RVF MFT élèves apprennent comment fonctionne le gouverneme­nt au Canada, mais elle veut aussi s’assurer qu’ils apprennent à reconnaîtr­e et à traiter la désinforma­tion sur les droits et les responsabi­lités légales des individus en tant qu’électeurs et citoyens du Canada.

«Les écoles enseignera­ient aux élèves à reconnaîtr­e les fausses nouvelles, et ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, et comment vérifier les sources, a déclaré Mme Simard. &O DPNQSFOBOU WPT ESPJUT FU FO TBDIBOU reconnaîtr­e la désinforma­tion, vous pouvez prendre des décisions éclairées qui contribuer­ont à façonner votre avenir».

L’inspiratio­n de l’occupation d’Ottawa

Mme Simard pense depuis longtemps à un cours d’éducation civique obligatoir­e pour le programme d’études secondaire­s. &MMF B FV M JEÊF EF SÊEJHFS TPO QSPKFU EF MPJ d’initiative parlementa­ire à la suite de l’occupation récente d’Ottawa par les participan­ts du «Convoi de la liberté» sur la question de la vaccinatio­n obligatoir­e contre la COVID-19 pour les camionneur­s transfront­aliers, et des nombreux blocages de la frontière par les camionneur­s et d’autres personnes qui étaient d’accord avec les organisate­urs de l’occupation d’Ottawa et les soutenaien­t.

La députée se dit préoccupée, d’après les divers reportages médiatique­s sur les manifestat­ions et les entrevues avec les organisate­urs et les participan­ts, par le fait que de nombreux Canadiens ne comprennen­t pas le fonctionne­ment du gouverneme­nt ni même leurs droits et responsabi­lités tels qu’ils sont énoncés dans la Constituti­on canadienne et la Charte des droits. Selon elle, le problème s’aggrave grâce aux fausses informatio­ns diffusées par les médias sociaux.

&MMF DJUF M FYFNQMF VO NBOJGFTUBO­U RVJ B tenté de faire valoir, lors d’une audience de mise en liberté sous caution, que les droits du Premier amendement des manifestan­ts avaient été violés lorsque le gouverneme­nt fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence pour donner à la GRC et à la police d’Ottawa le pouvoir de commencer à arrêter les participan­ts au convoi et à mettre leurs véhicules en fourrière. Le juge qui présidait l’audience sur le cautionnem­ent a dû rappeler à l’individu que le Premier amendement fait partie de la Constituti­on des États-Unis et que les Canadiens et le gouverneme­nt canadien sont régis par leur propre Constituti­on et la Charte des droits.

Sensibilis­ation

La majorité des projets de loi privés ne sont pas approuvés et ne dépassent parfois pas l’étape de la deuxième lecture. De plus, à l’approche des élections provincial­es du 2 juin, le projet de loi de Mme Simard et de nombreux autres projets de loi risquent d’être suspendus ou de mourir au feuilleton lors de la dissolutio­n de l’Assemblée législativ­e au déclenchem­ent de la campagne d’une élection générale.

Mme Simard reconnaît que son projet de loi d’initiative parlementa­ire pourrait ne pas être adopté en deuxième lecture avant le début de la campagne électorale. Mais elle espère que la présentati­on de son projet de loi «sensibilis­era» les gens à la nécessité d’une meilleure éducation civique pour les étudiants.

«Je voulais soulever cette question pour montrer qu’elle est importante», a-t-elle dit, ajoutant que les députés des deux côtés de la législatur­e ont également exprimé leurs préoccupat­ions au sujet de la désinforma­tion sur diverses questions.

La députée libérale de Glengarry-PrescottRu­ssell indique également que si son parti remportait l’élection du 2 juin et qu’elle était réélue, elle présentera de nouveau son projet EF MPJ øj0VJ KF TVJT TÚSF AE RVF KF MF ferai et mon parti l’appuie, dit-elle».

 ?? —supplied photo ?? MPP Amanda Simard wants a mandatory civics education course become part of Ontario’s high school curriculum. The Liberal MPP for Glengarry-Prescott-Russell worries that too many people do not understand how government works or what their rights and responsibi­lities are as Canadian citizens.
—supplied photo MPP Amanda Simard wants a mandatory civics education course become part of Ontario’s high school curriculum. The Liberal MPP for Glengarry-Prescott-Russell worries that too many people do not understand how government works or what their rights and responsibi­lities are as Canadian citizens.

Newspapers in English

Newspapers from Canada