LAURENT GAU­DÉ

VOIR (Montréal) - - LIVRES -

Actes Sud, 160 pages

Cer­tains écri­vains nous ac­com­pagnent long­temps. Je me sou­viens en­core très bien, alors jeune lec­teur et nou­veau li­braire, dé­cou­vrir Laurent Gau­dé avec

Le so­leil des Scor­ta (prix Gon­court 2004), un ro­man que je ne cesse de conseiller. C’est que Gau­dé a le temps pour ra­con­ter des his­toires, il a la main pour le ré­cit épique, in­can­ta­toire, étant ca­pable de re­te­nue et de gran­di­lo­quence au tour­nant d’une même phrase. Depuis, pour moi, chaque nou­velle pa­ru­tion de cet au­teur est une sorte de ren­dez-vous, une as­su­rance d’émer­veille­ment. Avec Sa­li­na: les trois exils, Gau­dé re­prend une de ses pièces de théâtre pu­bliée il y a plus de 15 ans pour y in­suf­fler ce souffle ro­ma­nesque qu’il maî­trise si bien. Halte lit­té­raire en hom­mage à la mé­moire et à ces pays de sable où les pierres sont les té­moins d’his­toires qui se doivent d’être ra­con­tées.

Un cri stri­dent dé­chire le si­lence des mon­tagnes. Un che­va­lier in­con­nu entre au vil­lage avec un nou­veau-né, col­lé sur lui. Ain­si, en l’es­pace d’un ins­tant, en dé­po­sant au sol et au coeur du monde cet en­fant aux pleurs sau­vages avant de faire de­mi-tour et par­tir vers l’ho­ri­zon, cet homme don­ne­ra nais­sance au mythe. Ce n’est que des an­nées plus tard que cette his­toire se­ra plei­ne­ment ra­con­tée. C’est au mo­ment où Ma­la­ka, «fils éle­vé dans le dé­sert par une mère qui par­lait aux pierres», dé­sire la por­ter à son der­nier re­pos qu’il dé­cide de re­la­ter l’exis­tence de celle qui lui don­na la vie. Car c’est ain­si que fonc­tionne l’île ci­me­tière, trou­vée par-de­là la mon­tagne que l’on croyait in­fran­chis­sable: le sanc­tuaire écoute le ré­cit de tous les morts ve­nant à lui, et ce n’est qu’à la fin qu’il dé­cide s’il ouvre ses portes ou non au dé­funt.

Si le pro­cé­dé nar­ra­tif rap­pelle un peu La mort du roi Tson­gor (prix Gon­court des ly­céens, 2002), le livre s’en dé­tache pour pro­po­ser une his­toire tout autre, celle de cette femme au coeur d’une tri­bu qui la re­nie­ra; d’une vie en­tière, ma­riée contre son gré, d’ac­cou­che­ment dans la haine et la co­lère, et de pro­gé­ni­ture as­soif­fée de ven­geance et d’hon­neur. Sa­li­na est un ro­man à la fois court et pré­cieux, une autre réus­site si­gnée Laurent Gau­dé. (Jé­ré­my La­niel)

Sur les rayons

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.