Pas­cal Plante

VOIR (Montréal) - - CINÉMA -

En 2018, le ci­néaste ori­gi­naire de Qué­bec Pas­cal Plante nous pro­po­sait l’un des meilleurs films qué­bé­cois de l’an­née,

Les faux ta­touages. «Fuck les films ro­man­tiques!» li­sait-on sur l’af­fiche du film à sa sor­tie en salle l’hi­ver der­nier. Son his­toire de jeu­nesse et d’amour est ru­gueuse mais tendre, sur fond de mu­sique punk-mé­tal et de Sèche tes pleurs de Da­niel Bé­lan­ger (oui, oui!). Ce pre­mier long mé­trage de Plante a fait bien du che­min, se ren­dant jus­qu’aux pu­blics de Slam­dance (États-unis) et de la Ber­li­nale (Al­le­magne). En en­tre­vue avec nous cette an­née, le co­mé­dien An­tho­ny Ther­rien – qui in­carne Théo – sou­li­gnait avec rai­son l’ex­cel­lence des dia­logues réa­listes du scé­na­rio de Plante, et men­tion­nait par le fait même que le réa­li­sa­teur avait lais­sé aux ac­teurs beau­coup de li­ber­té. On sui­vra son pro­chain pro­jet de près. (V.T.)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.