Faire avan­cer la mon­dia­li­sa­tion

China Today (French) - - SOMMAIRE - MI­CHAEL ZAKKOUR*

La pre­mière édi­tion de l’Ex­po­si­tion in­ter­na­tio­nale d’im­por­ta­tion de Chine (CIIE), qui a du­ré une se­maine, a dé­bu­té le 5 no­vembre à Shan­ghai après le dis­cours d’ou­ver­ture du pré­sident Xi Jin­ping, dans le­quel il a sou­li­gné l’en­ga­ge­ment de la Chine à res­pec­ter les prin­cipes du libre-échange, de la mon­dia­li­sa­tion et à mettre en place des ré­formes qui per­met­tront aux en­tre­prises étran­gères de vendre plus fa­ci­le­ment leurs pro­duits en Chine.

Un en­ga­ge­ment pour la mon­dia­li­sa­tion

Dans un cli­mat mon­dial de fortes ten­sions com­mer­ciales, alors que les en­tre­prises et les gou­ver­ne­ments du monde en­tier cherchent à avoir un meilleur ac­cès au mar­ché chi­nois et que la tech­no­lo­gie, le com­merce nu­mé­rique et le nou­veau com­merce de dé­tail per­mettent d’ache­ter et de vendre des pro­duits dans un cadre trans­fron­ta­lier, cet évé­ne­ment unique en son genre est le bien­ve­nu.

Le mo­ment choi­si pour l’ex­po­si­tion est éga­le­ment im­por­tant car 2018 marque le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et l’ou­ver­ture, po­li­tique lan­cée en 1978 sous Deng Xiao­ping lorsque la Chine a com­men­cé à se tour­ner vers une éco­no­mie plus mo­derne, da­van­tage axée sur le mar­ché, la fa­bri­ca­tion et les ex­por­ta­tions.

Quand je suis ar­ri­vé en Chine pour la pre­mière fois au dé­but des an­nées 2000, l’une de mes pre­mières ex­cur­sions hors de Bei­jing fut la Foire d’im­port-ex­port de Chine, plus com­mu­né­ment connue sous le nom de Foire de Can­ton, qui a lieu à Guangz­hou, dans la pro­vince du Guang­dong. La Foire de Can­ton est le lieu où des di­zaines de mil­liers de per­sonnes et d’en­tre­prises convergent deux fois par an (avril et oc­tobre) pour ren­con­trer des mil­liers de fa­bri­cants et de so­cié­tés com­mer­ciales chi­noises et ache­ter leurs pro­duits en tous genres. La sur­face de l’ex­po­si­tion équi­vaut à 71 su­per­mar­chés.

Mais le plus im­pres­sion­nant était peut-être la di­ver­si­té des par­ti­ci­pants. Se dé­pla­çant à tra­vers les al­lées, épaule contre épaule, les femmes en robes tra­di­tion­nelles ni­gé­rianes, les Al­le­mands en cos­tume et cra­vate, les In­diens en sa­ri et che­mise Neh­ru, les Amé­ri­cains por­tant des cas­quettes de ba­se­ball et les Is­raé­liens en fe­do­ra et en four­rure. À n’im­porte quel mo­ment, à n’im­porte quel en­droit, on pou­vait en­tendre par­ler une dou­zaine de langues.

J’ai eu l’im­pres­sion d’être re­ve­nu au temps des

La Chine bé­né­fi­cie ac­tuel­le­ment d’un ex­cé­dent com­mer­cial avec presque toutes les éco­no­mies avec les­quelles elle né­go­cie.

mar­chés de la Route de la Soie ou du Grand Ba­zar d’Is­tan­bul. Je pou­vais presque sen­tir les épices et ima­gi­ner les soie­ries de ces grands ras­sem­ble­ments de com­merce. Je me suis dit que les af­faires trans­cendent la culture, la langue, l’ha­bille­ment et la po­li­tique. la Foire de Can­ton a été à bien des égards, que ce soit de ma­nière réelle ou sym­bo­lique, une pas­se­relle vers la Chine pour le monde dans les an­nées 1980, 1990 et 2000 et le sym­bole de la mon­tée en puis­sance de la Chine pour de­ve­nir le pre­mier pays ma­nu­fac­tu­rier, ce pour­quoi il a été connu.

La der­nière édi­tion de la Foire de Can­ton s’est ter­mi­née quelques jours avant le coup d’en­voi de la CIIE. Cette tran­si­tion rend compte, à bien des égards, du che­min par­cou­ru par la Chine au cours de ces 20 der­nières an­nées, pas­sant d’une éco­no­mie de fa­bri­ca­tion et d’ex­por­ta­tions à faible coût à une éco­no­mie orien­tée vers la consom­ma­tion, les ser­vices, l’in­no­va­tion et la mon­dia­li­sa­tion.

La Chine bé­né­fi­cie ac­tuel­le­ment d’un ex­cé­dent com­mer­cial avec presque toutes les éco­no­mies avec les­quelles elle né­go­cie, ce­ci est d’au­tant plus mar­qué avec les États-Unis, l’UE et ses voi­sins asia­tiques. Je ne fais pas par­tie de ces gens qui pensent que la va­leur réelle de la mon­dia­li­sa­tion et du com­merce entre les pays peut être me­su­rée par les ex­cé­dents ou dé­fi­cits com­mer­ciaux, beau­coup d’autres fac­teurs entrent en jeu. Ce­la dit, il y a un fos­sé et il existe des pro­blèmes réels et per­çus comme tels, qu’un meilleur ac­cès aux mar­chés contri­bue­ra à ré­soudre.

La Chine com­prend éga­le­ment que l’aug­men­ta­tion de la consom­ma­tion est im­por­tante pour l’en­semble de l’éco­no­mie et que cer­tains pensent qu’on a peu par­lé de l’ou­ver­ture du mar­ché chi­nois aux pro­duits in­dus­triels, agri­coles, tech­no­lo­giques et de consom­ma­tion.

Les ac­tions l’em­portent sur les idéaux

Dans ses re­marques in­tro­duc­tives, le pré­sident Xi Jin­ping a an­non­cé que la Chine ré­dui­rait les droits de douane, fa­ci­li­te­rait le dé­doua­ne­ment, ré­dui­rait les coûts ins­ti­tu­tion­nels du sec­teur des im­por­ta­tions et ac­cé­lé­re­rait le dé­ve­lop­pe­ment de nou­veaux mo­dèles éco­no­miques.

Le pré­sident Xi s’est éga­le­ment en­ga­gé à pour­suivre l’ou­ver­ture dans les sec­teurs des té­lé­com­mu­ni­ca­tions, de la san­té, de l’édu­ca­tion et de la culture.

La foire avait été pla­ni­fiée bien avant que le cli­mat com­mer­cial mon­dial ne se dé­té­riore et que les ten­sions avec les États-Unis ne s’ag­gravent, ce qui consti­tue un ou­til utile pour ac­croître les ex­por­ta­tions vers la Chine et ras­su­rer les éco­no­mies oc­ci­den­tales sur le su­jet, et un moyen d’en­ga­ger les pays en dé­ve­lop­pe­ment à ac­croître leurs échanges com­mer­ciaux avec la Chine.

Ce­la de­vrait éga­le­ment être un élé­ment de base utile pour la conclu­sion d’ac­cords et d’en­tentes avec les États-Unis et l’UE qui ga­ran­ti­ront la pros­pé­ti­té de la mon­dia­li­sa­tion.

Trois me­sures clés prou­ve­ront le suc­cès de la CIIE à court et à long terme.

L’ex­po­si­tion de­vrait per­mettre d’at­té­nuer les ten­sions com­mer­ciales avec les prin­ci­pales na­tions oc­ci­den­tales en dé­mon­trant que les échanges com­mer­ciaux avec la Chine ne sont pas un jeu à somme nulle, que la Chine est dis­po­sée à ren­con­trer à mi-che­min l’Oc­ci­dent afin de ré­soudre les pro­blèmes réels et per­çus liés aux dé­fi­cits com­mer­ciaux, et que les avan­tages du libre-échange dé­passent de loin les points né­ga­tifs.

Les pro­jets de ré­formes à la suite de l’ex­po­si­tion en Chine sont am­bi­tieux, in­tel­li­gents, lo­giques et in­dis­pen­sables. La Chine de­vrait agir ra­pi­de­ment pour mettre en oeuvre les ré­formes et veiller à ce que des chan­ge­ments tan­gibles et quan­ti­fiables soient ap­por­tés à court et à long terme.

Les en­tre­prises et les gou­ver­ne­ments étran­gers doivent s’en­ga­ger à col­la­bo­rer avec les en­tre­prises et les en­ti­tés gou­ver­ne­men­tales chi­noises dans le cadre de dif­fé­rentes tran­sac­tions avan­ta­geuses ga­ran­tis­sant que la struc­ture qui suit l’ex­po­si­tion est celle d’une so­lu­tion ga­gnante pour tous.

Jour­née des cé­li­ba­taires

La CIIE a dé­bu­té une se­maine avant le 11 no­vembre, jour­née du fes­ti­val du shop­ping mon­dial des cé­li­ba­taires. C’est le 10e an­ni­ver­saire de la plus grande jour­née d’achat et de consom­ma­tion au monde. En 2008, Ali­ba­ba a trans­for­mé une « fête » amu­sante en une op­por­tu­ni­té com­mer­ciale. Le pre­mier fes­ti­val mon­dial du shop­ping or­ga­ni­sé à l’oc­ca­sion de la fête des cé­li­ba­taires ne ras­sem­blait que 27 mar­chands. Cette an­née, plus de 180 000 mar­chands ont par­ti­ci­pé, dont un tiers étaient étran­gers.

Ali­ba­ba, JD.com, Kao­la, Lit­tle Red­book et d’autres mar­chés nu­mé­riques chi­nois sont de­ve­nus les ba­zars d’Is­tan­bul, les fo­rums ro­mains et la Route de la Soie du XXIe siècle. C’est là que les mar­chands et les ache­teurs du monde en­tier se réunissent pour ache­ter, vendre, faire de la pu­bli­ci­té et com­mer­cer.

L’an­née der­nière, Ali­ba­ba et JD.com ont ven­du pour plus de 40 mil­liards de dol­lars de mar­chan­dises pen­dant le fes­ti­val. En­vi­ron 30 % des pro­duits ven­dus étaient de marques étran­gères.

Les géants du com­merce élec­tro­nique ne sont pas seule­ment des mo­dèles ren­tables, ils ont éga­le­ment fait de leur ar­gent et de leurs mar­chés des élé­ments clés pour ac­croître les ex­por­ta­tions vers la Chine, confor­mé­ment à la vi­sion du pré­sident Xi. Ali­ba­ba a pro­mis 200 mil­liards de dol­lars pour sou­te­nir les nom­breuses ini­tia­tives sus­ci­tées par l’ex­po­si­tion et fa­ci­li­ter l’aug­men­ta­tion des im­por­ta­tions en Chine. JD.com, Kao­la, Netease et d’autres ont an­non­cé une contri­bu­tion sup­plé­men­taire de 17 mil­liards de dol­lars. Ces chan­ge­ments et ré­formes pro­po­sés sont une bonne nou­velle pour les en­tre­prises, les marques, les dé­taillants, les agri­cul­teurs et les pro­duc­teurs in­dus­triels du monde en­tier, ain­si que pour les gou­ver­ne­ments qui les sou­tiennent.

Le 11 no­vembre 2018, Tmall réa­lise 213,5 mil­liards de yuans de tran­sac­tions lors du fes­ti­val « Double 11 ».

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.