La « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » en Chine

China Today (French) - - SOMMAIRE - VE­RE­NA MEN­ZEL, membre de la ré­dac­tion

Tout le monde y va tous les jours. Se­lon des don­nées qui prêtent à sou­rire, cha­cun y passe presque trois ans de sa vie. Mais nous sommes par­fois ré­ti­cents à par­ler de cet en­droit : les toi­lettes.

Quand le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping a lan­cé, il y a trois ans, la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes », il a sus­ci­té, sans sur­prise, une vive ré­ac­tion des mé­dias. En avril 2015, le pré­sident Xi Jin­ping a don­né des ins­truc­tions im­por­tantes pour sou­li­gner que la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » était une me­sure prag­ma­tique pour amé­lio­rer la qua­li­té de l’ac­cueil tou­ris­tique en Chine. Sans plus at­tendre, l’ad­mi­nis­tra­tion na­tio­nale du Tou­risme de Chine a lan­cé dans tout le pays un plan de trois ans por­tant

sur la construc­tion et la ré­no­va­tion des toi­lettes pu­bliques à l’usage des tou­ristes. En mars 2018, le pre­mier mi­nistre chi­nois Li Ke­qiang a lui aus­si men­tion­né la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » dans le rap­port d’ac­ti­vi­té du gou­ver­ne­ment.

Se­lon le pre­mier plan trien­nal, la Chine doit cons­truire et ré­no­ver 57 000 toi­lettes dans tout le pays. Par­mi elles, les toi­lettes ins­tal­lées dans les sites tou­ris­tiques concentrent toute l’at­ten­tion. Le but prin­ci­pal de ce plan est non seule­ment d’aug­men­ter le nombre de toi­lettes, mais aus­si d’amé­lio­rer, le plus sé­rieu­se­ment du monde, le ni­veau de pro­pre­té des toi­lettes, et leur odeur, pour en as­su­rer une ges­tion plus ef­fi­cace.

Pour­quoi donc un pro­blème aus­si tri­vial, de prime abord, a concen­tré toute l’at­ten­tion du pré­sident et de son pre­mier mi­nistre, par ailleurs ha­bi­tués à faire face à de nom­breuses crises in­ter­na­tio­nales?

Le « choc cultu­rel » d’al­ler aux toi­lettes

Je suis al­lée en Chine pour la pre­mière fois en 2006. Avant mon dé­part, j’ai lu dans un guide : les ins­tal­la­tions et les condi­tions hy­gié­niques des toi­lettes en Chine ne sont pas bonnes, et il est dif­fi­cile pour les Oc­ci­den­taux de s’y adap­ter. Vi­si­ble­ment sou­cieux de notre bien-être avec une pe­tite pointe d’an­xié­té et afin d’évi­ter le « choc cultu­rel » que consti­tue le fait d’al­ler aux toi­lettes, ce guide don­nait aus­si des conseils aux voya­geurs oc­ci­den­taux, tels que se rendre au­tant que faire se peut dans les toi­lettes des grands hô­tels et res­tau­rants. Ja­mais à court d’idées, ce livre conseillait aus­si d’ap­por­ter son pa­pier toi­lette per­son­nel, puis­qu’en Chine, cer­taines toi­lettes vous laissent sans « mu­ni­tions ». Ces bons conseils en tête, j’ai com­men­cé mon voyage sans pa­pier toi­lette en ré­serve, faute de place dans la va­lise, mais avec tout de même une grande bou­teille de dés­in­fec­tant.

En­core au­jourd’hui dans mes pires cau­che­mars, ces mau­vais sou­ve­nirs de toi­lettes de mon pre­mier voyage en Chine re­sur­gissent dans mon som­meil. Pen­dant mes études en Chine, à chaque fois que mes amis ve­naient me rendre vi­site, je don­nais tou­jours ce con­seil, rem­pli de sa­gesse orien­tale, de bien pré­pa­rer ses rou­leaux de pa­pier toi­lette avant de se rendre au pe­tit coin. Ce sont des his­toires an­ciennes, car main­te­nant la si­tua­tion change.

L’im­por­tance des toi­lettes

Est-il vrai­ment né­ces­saire de dis­cu­ter du pro­blème de la si­tua­tion des toi­lettes en Chine ? La ré­ponse est oui bien sûr.

Se­lon les en­quêtes des Na­tions Unies, la diar­rhée pro­vo­quée par des toi­lettes sales est l’une des rai­sons prin­ci­pales du taux de mor­ta­li­té in­fan­tile. Se­lon les don­nées des Na­tions Unies, un mil­liard de per­sonnes, soit 15 % de la po­pu­la­tion mon­diale, n’ont pas ac­cès à de bonnes condi­tions d’hy­giène quand elles se rendent aux toi­lettes. Plus in­quié­tant, en­vi­ron 4,5 mil­liards de per­sonnes, soit 60 % de la po­pu­la­tion mon­diale, ne pos­sèdent pas de toi­lettes à la mai­son ou dis­posent de toi­lettes qui ne per­mettent pas une éva­cua­tion des ex­cré­ments dans des condi­tions sa­ni­taires ac­cep­tables.

Pour cette rai­son, en juillet 2013, l’As­sem­blée gé­né­rale des Na­tions Unies a dé­ci­dé à l’una­ni­mi­té de fixer au 19 no­vembre la Jour­née mon­diale des toi­lettes. De­puis, dans le monde, cette jour­née est un ex­cellent pré­texte pour faire pro­gres­ser les condi­tions d’hy­giène en sen­si­bi­li­sant les mi­lieux po­li­tiques et éco­no­miques afin d’ob­te­nir un en­ga­ge­ment de leur part. À cet égard, le gou­ver­ne­ment chi­nois a vrai­ment pris conscience de l’im­por­tance d’avoir des toi­lettes propres.

En 2015, la Chine a or­ga­ni­sé la confé­rence na­tio­nale des toi­lettes des lieux tou­ris­tiques. Des ex­perts et di­ri­geants de tout le pays ont échan­gé leurs opi­nions et par­ta­gé leurs ex­pé­riences pour fixer an­nuel­le­ment les prio­ri­tés d’un tra­vail de longue ha­leine.

Les 23 et 24 fé­vrier 2018, la confé­rence au titre évo­ca­teur de « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » a eu lieu dans le dis­trict de Zheng­ding, dans la ville de Shi­jiaz­huang, chef-lieu de la pro­vince du He­bei. Pour ceux qui l’igno­raient, le dis­trict de Zheng­ding est un haut lieu tou­ris­tique du fait de ses nom­breux mo­nu­ments his­to­riques et de sa po­pu­la­tion ac­cueillante. Mais, et ce­la ne sur­pren­dra pas le lec­teur, il est aus­si de­ve­nu un dis­trict pi­lote de la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » qui sert de mo­dèle à tout le pays. Ani­mée par mon es­prit jour­na­lis­tique d’en sa­voir tou­jours plus, j’ai donc vi­si­té les lieux pour étu­dier sa culture avant-gar­diste sur la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes ».

Le ser­vice comme à la mai­son

Le site des an­ciennes mu­railles est pri­sé par les tou­ristes, et il est aus­si le point de dé­part de nom­breuses lignes d’au­to­bus de tou­risme.

La mu­raille se trouve au centre d’un dis­trict où vivent 470 000 ha­bi­tants. On y pro­fite d’une splen­dide vue d’en­semble sur des pa­godes et des temples an­ciens.

Au pied de la mu­raille, un bâ­ti­ment at­tire le re­gard, son style res­semble à s’y mé­prendre à d’an­ciennes struc­tures de dé­fense, mais il s’agit bien en fait de toi­lettes pu­bliques. Dans le cou­loir, un ca­na­pé per­met aux per­sonnes de se re­po­ser, des plantes d’or­ne­ment dé­corent le cou­loir, il y a même une ci­reuse de chaus­sures au­to­ma­tique, un pèse-per­sonne, un dis­tri­bu­teur au­to­ma­tique de bois­sons et une borne de re­charge pour té­lé­phone mo­bile. Un pan­neau sur la porte in­dique que le WiFi y est gra­tuit et les vi­si­teurs d’un ins­tant peuvent uti­li­ser une fon­taine au­to­ma­tique, four­nis­sant de l’eau chaude, Chine oblige. Ici, le hall des toi­lettes est une vé­ri­table salle de re­pos pour le plus grand confort de tous.

Liu Rui­chen, com­mis­saire de la cel­lule gé­né­rale du Bu­reau de ges­tion ur­baine de Zheng­ding, pré­sente fiè­re­ment le dis­po­si­tif : « L’état des toi­lettes est le mi­roir de cer­tains pe­tits dé­tails de la vie, mais il re­flète sur­tout le ni­veau de ci­vi­li­sa­tion d’une ville. Les toi­lettes dans notre dis­trict sont toutes propres, au point que les vi­si­teurs sont ras­su­rés car ils pour­raient man­ger des nouilles ins­tan­ta­nées dans cette an­ti­chambre des be­soins na­tu­rels. »

Se­lon Liu, il y a deux rai­sons qui ex­pliquent que le dis­trict de Zheng­ding fait at­ten­tion à la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes ». « D’abord, nous vou­lons chan­ger le com­por­te­ment gé­né­ral des gens dans les toi­lettes pu­bliques et en­suite, nous vou­lons aug­men­ter la qua­li­té de ser­vice de nos sites tou­ris­tiques. Les toi­lettes re­flètent aus­si les per­for­mances du dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique. »

Se­lon Gao Min, chef du Dé­par­te­ment de la Com­mu­ni­ca­tion du dis­trict de Zheng­ding, l’amé­lio­ra­tion de l’état des toi­lettes est un en­jeu on ne peut plus sé­rieux et pro­fond. « La Ré­vo­lu­tion des toi­lettes est en fait la ré­vo­lu­tion du mode de vie des gens. Ce n’est donc pas un tra­vail ano­din, car il par­ti­cipe à dé­ter­mi­ner un mode de vie qui in­fluence le dé­ve­lop­pe­ment des autres do­maines. »

Le ser­vice d’hu­ma­ni­sa­tion

De­puis la « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes », le dis­trict de Zheng­ding a construit et ré­no­vé 625 toi­lettes. Non seule­ment dans les sites tou­ris­tiques, mais aus­si dans les sièges gou­ver­ne­men­taux et les ins­ti­tu­tions ou­verts au pu­blic. Le ré­sul­tat frôle la réus­site car même pen­dant le week-end et les va­cances, lorsque Zheng­ding ac­cueille en­vi­ron 100 000 vi­si­teurs par jour, il est

tou­jours fa­cile et pra­tique d’al­ler aux toi­lettes. Mais la per­for­mance concer­nant les toi­lettes de Zheng­ding n’est pas seule­ment liée au nombre, puisque Zheng­ding a aus­si réa­li­sé un ser­vice d’hu­ma­ni­sa­tion des lieux. Zhu Zhi­hui, di­rec­teur ad­joint du Bu­reau de la culture et du tou­risme de Zheng­ding ex­plique : « Les toi­lettes sont des ins­tal­la­tions qui doivent mieux ré­pondre aux be­soins des gens, il est donc im­por­tant de rendre ce ser­vice le plus hu­main pos­sible. » La clé pour at­teindre cet ob­jec­tif sur­pre­nant ré­side dans la ges­tion et une dé­fi­ni­tion claire des res­pon­sa­bi­li­tés. Zheng­ding a as­su­ré la for­ma­tion du per­son­nel de net­toyage, et a éla­bo­ré des stan­dards de pro­pre­té pour as­su­rer une qua­li­té de ser­vices ir­ré­pro­chable. Zheng­ding a même mis In­ter­net à contri­bu­tion en réa­li­sant un sys­tème de re­cherche de toi­lettes sur map.bai­du.com. Les vi­si­teurs pres­sés trouvent ain­si fa­ci­le­ment les toi­lettes avec le GPS du por­table, ce qui ex­plique au pas­sage pour­quoi vous trou­ve­rez des bornes de re­charge à ces en­droits !

Les toi­lettes uni­sexes illus­trent de ma­nière ori­gi­nale le ser­vice d’hu­ma­ni­sa­tion. Nor­ma­le­ment, on construit seule­ment des toi­lettes pour per­sonnes han­di­ca­pées. Mais à Zheng­ding, on a construit des toi­lettes uni­sexes : pour toutes les per­sonnes qui ont be­soin d’aide ou d’être ac­com­pa­gnées.

In­ter­ro­gé, Zhu Zhi­hui donne cet exemple : les en­fants et les per­sonnes âgées ont aus­si be­soin d’aide lors­qu’ils sont aux toi­lettes. Par exemple, quand une pe­tite fille veut al­ler aux toi­lettes, son père ne s’in­quiète plus de sa­voir s’il doit de­man­der à sa fille d’al­ler aux toi­lettes pour hommes ou d’ac­com­pa­gner sa fille aux toi­lettes pour femmes.

La pla­ni­fi­ca­tion

Zhang Yong­bo, guide lo­cal, té­moigne du chan­ge­ment des condi­tions d’hy­giène des toi­lettes ces der­nières an­nées. Se­lon lui, ce chan­ge­ment est très ap­pré­cié par les voya­geurs. « De nom­breux étran­gers vi­sitent Zheng­ding ; la plu­part sont des Sud-Co­réens et des Ja­po­nais. Ils ap­pré­cient la pro­pre­té des toi­lettes. »

Si en quelques an­nées, les ins­tal­la­tions sa­ni­taires ont connu une telle ré­vo­lu­tion dans ce dis­trict, c’est grâce à la pla­ni­fi­ca­tion gé­né­rale du gou­ver­ne­ment lo­cal.

Les di­ri­geants gou­ver­ne­men­taux lo­caux ont ain­si pris la dé­ci­sion de faire face aux dé­fis et aux pro­blèmes dans les dif­fé­rents do­maines des ser­vices pu­blics. Par exemple, le gou­ver­ne­ment lo­cal met à dis­po­si­tion des par­kings gra­tuits pour ré­soudre la ques­tion des contra­ven­tions et amé­lio­rer la flui­di­té du tra­fic rou­tier.

En plus, le gou­ver­ne­ment lo­cal crée de nou­veaux em­plois pour la pro­pre­té des lieux pu­blics et n’hé­site pas à ver­ba­li­ser pour les dé­tri­tus je­tés dans les lieux pu­blics. Pen­dant ma vi­site, j’ai ren­con­tré des vé­hi­cules de net­toyage en cir­cu­la­tion, et je n’ai rien trou­vé à re­dire sur la pro­pre­té des rues et des parcs, bien au contraire.

D’après un res­pon­sable du gou­ver­ne­ment lo­cal : « Il n’y a que le pre­mier pas qui coûte, en­suite il suf­fit de conti­nuer à avan­cer. Il a fal­lu étu­dier en dé­tail le pro­ces­sus per­met­tant d’at­teindre ce ré­sul­tat et tes­ter à de nom­breuses re­prises pour amé­lio­rer vé­ri­ta­ble­ment les condi­tions de pro­pre­té des lieux pu­blics et chan­ger le com­por­te­ment des gens. Mais, au fi­nal, il s’avère que les rues propres obligent les gens à ne pas je­ter de dé­chets dans la rue. »

La « Ré­vo­lu­tion des toi­lettes » en Chine a ob­te­nu de bons ré­sul­tats. En oc­tobre 2017, le gou­ver­ne­ment chi­nois a fait un bi­lan du pre­mier plan trien­nal. Se­lon les sta­tis­tiques, entre 2015 et 2017, la Chine a construit, re­cons­truit et ré­no­vé en­vi­ron 70 000 toi­lettes, soit 22,8 % de plus par rap­port aux pré­vi­sions.

Ce plan va être éten­du à tout le pays. Le dé­par­te­ment du tou­risme a in­di­qué que la Chine amé­lio­re­rait l’état d’au moins 64 000 toi­lettes d’ici 2020.

Au­jourd’hui, les conseils de mon cher guide al­le­mand me semblent bien dé­pas­sés. Je n’ai plus de conseils de sur­vie à don­ner à mes amis qui vi­sitent la Chine tant les toi­lettes ont bien chan­gé. Un jour, dans un ave­nir très proche, il se­ra sans doute pos­sible de lire un guide sur les ma­gni­fiques toi­lettes de la Chine. Un sou­rire aux lèvres, j’at­tends ce livre avec une cer­taine im­pa­tience.

Le 14 no­vembre 2018, à Jin­hua dans la pro­vince du Zhe­jiang, les toi­lettes pu­bliques d’un site tou­ris­tique in­citent les vi­si­teurs à prendre des pho­tos in­so­lites.

Les toi­lettes pu­bliques du dis­trict de Zheng­ding dans la pro­vince du He­bei sont or­nées d’élé­ments de la culture tra­di­tion­nelle chi­noise.

Des toi­lettes pu­bliques de Chong­qing dé­co­rées avec des per­son­nages de des­sins ani­més

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.