Pour­suivre le dé­ve­lop­pe­ment chi­nois dans la nou­velle ère

China Today (French) - - SOMMAIRE - YU MIAOJIE*

Lors de son dis­cours pro­non­cé le 18 oc­tobre 2018 à l’oc­ca­sion d’un grand ras­sem­ble­ment cé­lé­brant le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et de l’ou­ver­ture, le se­cré­taire gé­né­ral du Co­mi­té cen­tral du Par­ti com­mu­niste chi­nois (PCC) Xi Jin­ping a ré­su­mé les grandes réa­li­sa­tions de la ré­forme et de l’ou­ver­ture du pays de­puis 40 ans. Se­lon Xi Jin­ping, la ré­forme et l’ou­ver­ture re­vêtent une im­por­tance ma­jeure. De­puis le Mou­ve­ment du 4 mai en 1919, la ré­forme et l’ou­ver­ture mises en place il y a 40 ans consti­tuent l’un des trois grands évé­ne­ments his­to­riques qui ont mar­qué la Chine avec la nais­sance du PCC en 1921 et la fon­da­tion de la Ré­pu­blique po­pu­laire de Chine (RPC) en 1949. Ce sont trois évé­ne­ments clés dans la com­pré­hen­sion du dé­ve­lop­pe­ment de la Chine qui, se­lon Xi Jin­ping, ont ac­com­pli un bond pro­di­gieux : la Chine s’est re­le­vée, est de­ve­nue une na­tion riche puis une na­tion puis­sante. La fon­da­tion du PCC a per­mis au peuple chi­nois de se re­le­ver : il a trou­vé, gui­dé par le mar­xisme-lé­ni­nisme et la pen­sée de Mao Ze­dong, une voie ré­vo­lu­tion­naire et de dé­ve­lop­pe­ment à la chi­noise. Les 40 an­nées de ré­forme et d’ou­ver­ture ont en­suite per­mis au peuple chi­nois de s’en­ri­chir. Au­jourd’hui, le re­ve­nu par ha­bi­tant des Chi­nois s’élève à 8 843 dol­lars et se rap­proche de ce­lui des pays dé­ve­lop­pés qui s’élève à 10 000 dol­lars par ha­bi­tant. Les ac­com­plis­se­ments de la ré­forme et de l’ou­ver­ture de­puis 40 ans ont fait de cette po­li­tique un ja­lon his­to­rique es­sen­tiel, au même rang que la fon­da­tion du PCC et de la RPC.

Si la ré­forme et l’ou­ver­ture ont ac­com­pli de telles réus­sites, c’est parce que le PCC a tou­jours consi­dé­ré le

mar­xisme comme son idéo­lo­gie di­rec­trice et le so­cia­lisme scien­ti­fique comme prin­cipe es­sen­tiel. Lors de son dis­cours, Xi Jin­ping a mis l’ac­cent à plu­sieurs re­prises sur le main­tien de la di­rec­tion du PCC. La pra­tique a prou­vé que ce­la est vi­tal. Sous la di­rec­tion du PCC, la ré­forme et l’ou­ver­ture ga­ran­tissent le pro­grès du pays et le suc­cès du so­cia­lisme à la chi­noise et ren­forcent le sen­ti­ment de sa­tis­fac­tion des Chi­nois.

En outre, Xi Jin­ping a éga­le­ment ac­cen­tué la li­bé­ra­tion de la pen­sée et le sou­ci d’ob­jec­ti­vi­té, fon­de­ments du mar­xisme-lé­ni­nisme et de la pen­sée de Mao Ze­dong. Grâce à ce­la, la ré­forme et l’ou­ver­ture ont ob­te­nu de nom­breux ré­sul­tats. La Chine a pour­sui­vi un dé­ve­lop­pe­ment glo­bal, avan­çant à tâ­tons, se fo­ca­li­sant à la fois sur les pro­blèmes à ré­soudre et sur les ob­jec­tifs à at­teindre. Les 40 an­nées de l’ou­ver­ture chi­noise peuvent être di­vi­sées en trois phases : l’élar­gis­se­ment, l’ap­pro­fon­dis­se­ment et l’ou­ver­ture in­té­grale. Toutes les me­sures d’ou­ver­ture au cours de ces trois phases sont le fruit d’ex­pé­riences pi­lotes qui ont en­suite été adap­tées à tous les ni­veaux. Ce­la consti­tue la base du fonc­tion­ne­ment de la po­li­tique de ré­forme et d’ou­ver­ture : les me­sures de ré­forme sont d’abord prises à titre d’es­sai avant d’être ap­pli­quées de fa­çon glo­bale.

Un nou­veau point de dé­part

Dans la nou­velle ère, la ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine en­ga­ge­ront une nou­velle marche. Xi Jin­ping a sou­li­gné, lors de son dis­cours, que la ré­forme doit se confor­mer avec l’amé­lio­ra­tion et le dé­ve­lop­pe­ment du so­cia­lisme à la chi­noise et avec la pro­mo­tion de la mo­der­ni­sa­tion du sys­tème et de la ca­pa­ci­té de gou­ver­nance d’État. « Nous ré­for­me­rons ré­so­lu­ment ce qui doit et peut être ré­for­mé, alors qu’au­cun chan­ge­ment ne se­ra fait là où la ré­forme n’est pas né­ces­saire et quand il ne peut y avoir de ré­forme. » Ces ins­truc­tions nous ap­portent un sou­tien po­li­tique de haut ni­veau et donnent une orien­ta­tion stra­té­gique à la ré­forme du pays.

Le se­cré­taire gé­né­ral Xi Jin­ping a mon­tré que la ré­forme est une tâche qui est tou­jours d’ac­tua­li­té. Au fond, les prin­ci­paux dé­fis que la ré­forme et l’ou­ver­ture vont de­voir re­le­ver sont le vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion, l’af­fai­blis­se­ment de la de­mande ex­té­rieure in­ter­na­tio­nale et la mon­tée de l’an­ti-mon­dia­li­sa­tion. Nous de­vons donc dé­ployer nos ef­forts pour conti­nuer d’ap­pro­fon­dir la ré­forme, ex­ploi­ter plei­ne­ment les avan­tages ins­ti­tu­tion­nels, ré­duire les coûts du com­merce et créer une éco­no­mie d’échelle en élar­gis­sant l’ou­ver­ture du mar­ché.

Com­ment pour­suivre l’ou­ver­ture de la Chine dans le fu­tur ? Le XIXe Con­grès du PCC te­nu en 2017 avait éta­bli un plan d’ou­ver­ture tous azi­muts. La Chine doit élar­gir l’ho­ri­zon de ses ex­por­ta­tions, tou­cher d’autres pays dé­ve­lop­pés que les États-Unis et l’Union eu­ro­péenne tels que le Ja­pon et la Corée du Sud, et élar­gir l’ex­por­ta­tion vers les BRICS. Dans le même temps, il faut pro­mou­voir ac­ti­ve­ment la construc­tion des zones de libre-échange, l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » et le par­te­na­riat éco­no­mique glo­bal ré­gio­nal. Dans le cadre de la construc­tion de « la Cein­ture et la Route », la Chine doit don­ner la priorité au dé­ve­lop­pe­ment de la Route ma­ri­time de la Soie, car elle en­tre­tient avec les dix pays de l’ASEAN des re­la­tions éco­no­miques et com­mer­ciales re­la­ti­ve­ment étroites. En­fin, elle doit me­ner à bien la co­opé­ra­tion dans le cadre de la Route ter­restre de la Soie.

En ce qui concerne sa ré­forme in­terne, la Chine doit mettre l’ac­cent sur la construc­tion éco­no­mique ré­gio­nale et sti­mu­ler la crois­sance chi­noise grâce à la co­opé­ra­tion éco­no­mique ré­gio­nale. Pour le mo­ment, les deux plus im­por­tantes construc­tions ré­gio­nales sont la Baie Guang­dong-Hong Kong-Ma­cao, qui vise à réunir dans un en­semble ho­mo­gène ses uni­tés de fi­nance, d’in­dus­trie et de tech­no­lo­gie, et la nou­velle zone de Xion­gan dans la pro­vince du He­bei, qui dé­ve­loppe un nou­veau groupe de villes in­tel­li­gentes pro­po­sant des ser­vices haut de gamme.

La ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine pro­fitent au pays et au monde en­tier

Le se­cré­taire gé­né­ral Xi Jin­ping a ré­su­mé dans son al­lo­cu­tion : « Les réa­li­sa­tions rem­por­tées de­puis 40 ans ne sont pas tom­bées du ciel, ni don­nées en au­mône par au­trui, elles sont de­ve­nues réelles grâce au tra­vail, à l’in­tel­li­gence et au cou­rage de tout le Par­ti et tout le

Les ac­com­plis­se­ments de la Chine de­puis 40 ans sont le fruit des ef­forts in­las­sables des Chi­nois.

peuple chi­nois mul­tieth­nique ! Nous sommes ar­ri­vés à réa­li­ser en quelques dé­cen­nies l’in­dus­tria­li­sa­tion là où des pays dé­ve­lop­pés ont mis des cen­taines d’an­nées. L’im­pos­sible est de­ve­nu pos­sible dans les mains du peuple chi­nois. Nous sommes très fiers et ho­no­rés du peuple chi­nois qui a réa­li­sé un mi­racle in­édit. »

Les ac­com­plis­se­ments de la Chine de­puis 40 ans sont le fruit des ef­forts in­las­sables des Chi­nois. Cer­tains portent un point de vue par­tial en croyant que la Chine a ti­ré un im­mense avan­tage de la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique après son adhé­sion à l’OMC. C’est une vi­sion pu­re­ment uni­la­té­rale. L’adhé­sion de la Chine à l’OMC pro­fite non seule­ment à l’éco­no­mie chi­noise mais aus­si aux peuples du monde, no­tam­ment pour les pays dé­ve­lop­pés comme les États-Unis et les pays eu­ro­péens. Parce que la Chine four­nit les pro­duits à bas prix, ce qui a sti­mu­lé le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique de ces pays et a bais­sé les coûts de la vie. Donc, de ce point de vue, la Chine a ap­por­té une contri­bu­tion au monde. Le reste du monde est éga­le­ment bé­né­fi­ciaire, ou même plus de l’adhé­sion chi­noise à l’OMC.

Deuxiè­me­ment, com­ment avoir une juste com­pré­hen­sion des re­la­tions entre la Chine et le monde ? Ces 40 ans de dé­ve­lop­pe­ment chi­nois ba­sé sur la ré­forme et l’ou­ver­ture donne aux pays en voie de dé­ve­lop­pe­ment un bon mo­dèle qui montre com­ment un pays agri­cole pauvre et en re­tard est de­ve­nu un pays à re­ve­nus moyens avec un sys­tème in­dus­triel hau­te­ment per­fec­tion­né et une ra­pide crois­sance éco­no­mique. Les ex­pé­riences de la Chine sont sources d’ins­pi­ra­tion pour les pays en voie de dé­ve­lop­pe­ment. Grâce à des ef­forts as­si­dus, la Chine sert de ré­fé­rence pour se dé­bar­ras­ser de la pau­vre­té et avan­cer vers un pay dé­ve­lop­pé.

Troi­siè­me­ment, face à la mon­tée de l’an­ti-mon­dia­li­sa­tion, la Chine cherche ac­ti­ve­ment à pro­mou­voir la mon­dia­li­sa­tion com­mer­ciale et élar­git l’ou­ver­ture. La pro­po­si­tion du se­cré­taire gé­né­ral Xi Jin­ping sur la construc­tion d’une com­mu­nau­té de des­tin pour l’hu­ma­ni­té n’est pas que des pa­roles. La Chine a mis en place des ac­tions concrètes pour la réa­li­ser. La contri­bu­tion chi­noise à la mon­dia­li­sa­tion com­mer­ciale va dans le sens d’un monde où règne la Grande Con­corde sui­vait cette maxime : « Quand cent fleurs s’épa­nouissent, le prin­temps en­va­hit tout le jar­din ».

Qua­triè­me­ment, la Chine in­siste sur la pros­pé­ri­té com­mune de tous les pays dans le pro­ces­sus de la mon­dia­li­sa­tion com­mer­ciale. Lors du ras­sem­ble­ment pour cé­lé­brer le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et de l’ou­ver­ture, dix étran­gers ont re­çu la mé­daille de l’ami­tié pour la ré­forme, ce qui prouve que le dé­ve­lop­pe­ment chi­nois n’est pas un dé­ve­lop­pe­ment fer­mé, mais un dé­ve­lop­pe­ment ou­vert et in­clu­sif. En Chine, non seule­ment l’éco­no­mie na­tio­nale a connu un es­sor, mais les in­ves­tis­seurs étran­gers ont aus­si trou­vé de grandes op­por­tu­ni­tés sur le mar­ché chi­nois. Les sta­tis­tiques parlent d’elles-mêmes : la Chine est de­ve­nue le deuxième pays d’ac­cueil des in­ves­tis­se­ments du monde. Les in­ves­tis­se­ments étran­gers en Chine re­pré­sentent plus de 8,5 % des in­ves­tis­se­ments étran­gers du monde, preuve que l’ou­ver­ture de la Chine pro­fite non seule­ment au peuple chi­nois mais aus­si aux autres pays.

Nous avons de bonnes rai­sons de croire que sous la di­rec­tion du Co­mi­té cen­tral du PCC avec le ca­ma­rade Xi Jin­ping comme noyau di­ri­geant, le peuple chi­nois est ca­pable de pro­mou­voir da­van­tage la ré­forme et l’ou­ver­ture et de créer un pro­dige chi­nois plus gran­diose afin de réa­li­ser le grand re­nou­veau de la na­tion chi­noise.

*YU MIAOJIE est di­rec­teur ad­joint de l’Ins­ti­tut des études sur le dé­ve­lop­pe­ment na­tio­nal de l’uni­ver­si­té de Bei­jing.

Le 20 no­vembre 2018, le se­cond pont de Hu­men, pas­sage im­por­tant de la Baie Guang­dong-Hong Kong-Ma­cao, tra­verse la ri­vière des Perles.

Le 18 mai 1980, la Chine a lan­cé avec suc­cès une fu­sée por­teuse de­puis le Centre de lan­ce­ment de sa­tel­lites de Jiu­quan.

Dans le Mu­sée na­tio­nal de Chine à Bei­jing, un vi­si­teur re­garde la pla­ni­fi­ca­tion de la nou­velle zone de Xion­gan, 14 no­vembre 2018.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.