Po­li­tique et re­la­tions éco­no­miques et com­mer­ciales si­no-eu­ro­péennes : ré­tros­pec­tive et pers­pec­tives

China Today (French) - - SOMMAIRE - YAO LING*

Les re­la­tions éco­no­miques et com­mer­ciales entre la Chine et l’Eu­rope sont par­mi les plus im­por­tantes au monde, non seule­ment sur le plan bi­la­té­ral mais aus­si sur le plan mul­ti­la­té­ral. En 2018, face à la mon­tée de l’uni­la­té­ra­lisme et du pro­tec­tion­nisme qui me­nacent la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique, la Chine et l’UE ont mis en oeuvre des me­sures pour pro­té­ger la mon­dia­li­sa­tion et ont cher­ché un consen­sus. D’une part, les deux par­ties ont ten­té d’ap­pro­fon­dir la co­opé­ra­tion dans les do­maines du com­merce et de l’in­ves­tis­se­ment, d’autre part, elles ont dé­fen­du conjoin­te­ment le sys­tème du com­merce mul­ti­la­té­ral. Pour­tant, dans le même temps, l’UE a pris des pré­cau­tions strictes contre les en­tre­prises chi­noises en ren­for­çant l’exa­men sur l’in­ves­tis­se­ment et sa dé­fense com­mer­ciale.

Ré­tros­pec­tive de l’an­née 2018

La co­opé­ra­tion bi­la­té­rale dans les do­maines du com­merce et de l’in­ves­tis­se­ment a

main­te­nu de haut ni­veau. Se­lon les sta­tis­tiques des Douanes chi­noises, entre jan­vier et oc­tobre 2018, le vo­lume glo­bal du com­merce de mar­chan­dises entre la Chine et l’UE a at­teint 563,55 mil­liards de dol­lars, en­re­gis­trant une crois­sance de 12,9 % par rap­port à la même pé­riode de l’an­née pré­cé­dente. L’UE est tou­jours le pre­mier par­te­naire com­mer­cial de la Chine, alors que la Chine est le deuxième par­te­naire com­mer­cial de l’UE. Le com­merce entre la Chine l’UE aug­mente plus ra­pi­de­ment que le com­merce entre la Chine et ses autres par­te­naires com­mer­ciaux dé­ve­lop­pés. Sur cette même pé­riode, les vo­lumes com­mer­ciaux entre la Chine et les États-Unis et entre la Chine et le Ja­pon se sont éle­vés res­pec­ti­ve­ment à 526,14 mil­liards de dol­lars et 271,59 mil­liards de dol­lars, avec des crois­sances res­pec­tives de 12 % et de 10,6 % (Ta­bleau 1).

D’après les sta­tis­tiques du mi­nis­tère chi­nois du Com­merce, au cours des dix pre­miers mois de l’an­née 2018, les 28 pays de l’UE ont éta­bli en Chine 1 951 nou­velles en­tre­prises et leurs in­ves­tis­se­ments di­rects en Chine ont en­re­gis­tré une crois­sance de 27,9 % par rap­port à la même pé­riode de l’an­née pré­cé­dente. Les in­ves­tis­se­ments étran­gers ef­fec­ti­ve­ment réa­li­sés ont to­ta­li­sé 9,85 mil­liards de dol­lars avec une aug­men­ta­tion de 29,2 % par rap­port à la même pé­riode de l’an­née pré­cé­dente. Ce chiffre a dé­jà dé­pas­sé le mon­tant glo­bal des in­ves­tis­se­ments eu­ro­péens en Chine en 2017 (8,29 mil­liards de dol­lars). L’in­ves­tis­se­ment de l’UE en Chine est en avance sur les autres prin­ci­pales éco­no­mies dé­ve­lop­pées. La co­opé­ra­tion si­no-eu­ro­péenne dans

le cadre de l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » a pro­gres­sé à pas as­su­rés. De­puis la pro­po­si­tion de l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » par le pré­sident Xi Jin­ping en 2013, l’UE a don­né une ré­ponse prag­ma­tique et beau­coup de pays eu­ro­péens ont par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment aux co­opé­ra­tions sur ce su­jet. Les deux par­ties ont éla­bo­ré le Plan d’ac­tion à court terme pour construire la plate-forme de connec­ti­vi­té UE-Chine ( EU-Chi­na Con­nec­ti­vi­ty Plat­form Short-Term Ac­tion Plan) afin d’ac­cé­lé­rer la construc­tion de cette plate-forme. Elles ont aus­si pro­mu éner­gi­que­ment la co­opé­ra­tion en mar­chés tiers. Le Fonds de co-in­ves­tis­se­ment Chine-UE (CECIF) a été of­fi­ciel­le­ment lan­cé et mis en oeuvre. En sep­tembre 2018, l’UE a pu­blié sa stra­té­gie vi­sant à re­lier l’Eu­rope à l’Asie qui met l’ac­cent sur les co­opé­ra­tions qui doivent per­mettre d’amé­lio­rer la connec­ti­vi­té avec les pays asia­tiques en fai­sant va­loir les ex­pé­riences et les atouts de l’Eu­rope, ce qui a don­né une nou­velle op­por­tu­ni­té d’ap­pro­fon­dir la co­opé­ra­tion si­no-eu­ro­péenne de « la Cein­ture et la Route ».

Grâce aux ef­forts conjoints des deux par­ties, le pro­jet du train ex­press Chine-Eu­rope avance ra­pi­de­ment, ce der­nier étant de­ve­nu un élé­ment de lo­gis­tique es­sen­tiel pour la co­opé­ra­tion si­noeu­ro­péenne dans le cadre de « la Cein­ture et la Route ». En oc­tobre 2018, on comp­tait plus de 11 000 voyages (Ta­bleau 2) ef­fec­tués par des trains de fret sur le ré­seau de ser­vice fer­ro­viaire Chine-Eu­rope, dont 4 363 voyages entre jan­vier et oc­tobre 2018. Se­lon les sta­tis­tiques de la So­cié­té gé­né­rale des che­mins de fer de Chine, les ser­vices de fret fer­ro­viaire Chine-Eu­rope comptent 65 iti­né­raires qui re­lient 48 villes chi­noises à 44 villes de 15 pays eu­ro­péens. Le ré­seau du train ex­press Chine-Eu­rope couvre les prin­ci­pales ré­gions de l’Eu­ra­sie. Les sta­tis­tiques de l’Eu­ro­stat montrent qu’entre jan­vier et sep­tembre 2018, le vo­lume du com­merce de mar­chan­dises entre la Chine et l’UE a aug­men­té de 4,3 %, avec une aug­men­ta­tion de 11,1 % du trans­port fer­ro­viaire qui a donc en­re­gis­tré une crois­sance plus ra­pide que le trans­port ma­ri­time (3,8 %) et le trans­port aé­rien (4,8 %) sur la même pé­riode.

Les deux par­ties ont pro­mu le li­breé­change tant sur le plan bi­la­té­ral que sur le plan mul­ti­la­té­ral. Face à la mon­tée vi­gou­reuse de l’uni­la­té­ra­lisme et du pro­tec­tion­nisme, les di­ri­geants des deux par­ties tentent d’éta­blir de­puis juin 2018 un en­vi­ron­ne­ment fa­vo­rable à la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale bi­la­té­rale.

Au ni­veau bi­la­té­ral, le 7e Dia­logue éco­no­mique et com­mer­cial de haut ni­veau Chine-UE s’est te­nu fin juin 2018 et le 20e Som­met Chine-UE s’est dé­rou­lé à la mi-juillet, sui­vi d’une dé­cla­ra­tion conjointe des di­ri­geants. Sous l’im­pul­sion des di­ri­geants des deux par­ties, dans le cadre de l’ac­cord sur l’in­ves­tis­se­ment Chine-UE, les né­go­cia­tions sur leur « liste né­ga­tive » sont en cours ; les né­go­cia­tions sur la re­con­nais­sance des in­di­ca­tions géo­gra­phiques Chine-UE se sont ac­cé­lé­rées et abou­ti­ront bien­tôt. Plus de cent in­di­ca­tions géo­gra­phiques sont dé­jà re­con­nues par les deux par­ties qui fa­ci­li­te­ront l’ac­cès des pro­duits agri­coles au mar­ché de l’autre par­tie.

Au ni­veau mul­ti­la­té­ral, la par­tie eu­ro­péenne a dé­cla­ré son sou­tien aux ef­forts four­nis par la Chine en vue d’adhé­rer à l’Ac­cord sur les mar­chés

pu­blics de l’OMC, ce qui ap­porte l’es­poir d’une re­lance de cette né­go­cia­tion mul­ti­la­té­rale res­tée en sus­pens de­puis 2014. La Chine et l’UE ont éga­le­ment éta­bli un groupe de tra­vail de ni­veau vice-mi­nis­té­riel sur la ré­forme de l’OMC pour me­ner des dis­cus­sions sur le sys­tème mon­dial du com­merce mul­ti­la­té­ral.

Pour 2019, la Chine et l’UE sou­haitent toutes deux un ap­pro­fon­dis­se­ment de la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale bi­la­té­rale.

L’UE a ren­for­cé sa dé­fense com­mer­ciale contre la Chine et l’in­ves­tis­se­ment chi­nois. Les re­la­tions éco­no­miques et com­mer­ciales entre la Chine et l’UE ne cessent de pro­gres­ser, mais dans le même temps, l’UE met en place des me­sures de dé­fense qui vise le com­merce avec la Chine et l’in­ves­tis­se­ment chi­nois. Ces der­nières an­nées, l’UE a re­gar­dé avec in­quié­tude la mon­tée en puis­sance de la Chine dans les do­maines de l’éco­no­mie et du com­merce. Sur le plan du com­merce, à l’oc­ca­sion de l’ex­pi­ra­tion de l’Ar­ticle 15 de l’Ac­cord

d’adhé­sion de la Chine à l’OMC, l’UE a adop­té le Rè­gle­ment sur la mo­der­ni­sa­tion des ins­tru­ments

de dé­fense com­mer­ciale de l’UE qui a dé­bou­ché, entre autres, sur la mise en place en juin 2018 de me­sures an­ti­dum­ping et an­ti-sub­ven­tions dans les pays tiers, et sur une ré­duc­tion de la pé­riode de l’en­quête de neuf à sept mois. Sur le plan de l’in­ves­tis­se­ment, la Com­mis­sion eu­ro­péenne, le Conseil eu­ro­péen et le Par­le­ment eu­ro­péen ont conve­nu à la mi-no­vembre d’éta­blir un sys­tème uni­fié d’exa­men des in­ves­tis­se­ments étran­gers au sein de l’UE. Afin de pro­té­ger les tech­niques et les in­fra­struc­tures clés des pays membres de l’UE, la Com­mis­sion eu­ro­péenne au­ra le droit de de­man­der aux pays membres de l’UE d’exer­cer un exa­men plus strict des in­ves­tis­se­ments étran­gers et les pays membres concer­nés de­vront agir en co­or­di­na­tion.

Pers­pec­tive 2019

Pour 2019, la Chine et l’UE sou­haitent toutes deux un ap­pro­fon­dis­se­ment de la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale bi­la­té­rale. La Chine oeu­vre­ra à élar­gir son ni­veau d’ou­ver­ture et l’ac­cès à son mar­ché, tan­dis que l’UE conti­nue­ra de pro­mou­voir la construc­tion de zones de libre-échange de haut ni­veau. Les deux par­ties sont en fa­veur du libre-échange et du sys­tème de com­merce mul­ti­la­té­ral, ce qui est une base so­lide pour la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale si­no-eu­ro­péenne. Néan­moins, si cer­tains pays s’obs­tinent à pra­ti­quer l’uni­la­té­ra­lisme et le pro­tec­tion­nisme, les prin­cipes du sys­tème mon­dial de com­merce mul­ti­la­té­ral tels que le prin­cipe de non-dis­cri­mi­na­tion, le prin­cipe d’ou­ver­ture, le prin­cipe de dé­ve­lop­pe­ment et de trai­te­ment dif­fé­ren­tiel ain­si que le prin­cipe de consen­sus par voie de consul­ta­tion, s’en trou­ve­ront me­na­cés, ce qui est un fac­teur d’in­sta­bi­li­té pour la co­opé­ra­tion éco­no­mique

et com­mer­ciale si­no-eu­ro­péenne. En outre, en 2019 au­ront lieu les élec­tions eu­ro­péennes qui per­met­tront d’élire les nou­veaux dé­pu­tés sié­geant au Par­le­ment eu­ro­péen, un des trois or­ganes de dé­ci­sion de l’UE. Ces élec­tions in­fluen­ce­ront dans une cer­taine me­sure le sys­tème de co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale si­no-eu­ro­péenne.

La Chine élar­gi­ra son ou­ver­ture sur le monde ex­té­rieur, alors que l’UE pour­sui­vra l’ac­cord bi­la­té­ral com­mer­cial avec ses prin­ci­paux par­te­naires com­mer­ciaux. C’est donc l’oc­ca­sion d’ap­pro­fon­dir la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale si­no

eu­ro­péenne. En 2018, à l’oc­ca­sion du 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et de l’ou­ver­ture, la Chine a an­non­cé son in­ten­tion d’élar­gir son ou­ver­ture, no­tam­ment en élar­gis­sant da­van­tage l’ac­cès à son mar­ché, en bais­sant les droits de douane sur des ar­ticles de consom­ma­tion cou­rante et in­dus­triels et en ou­vrant da­van­tage les in­dus­tries au­to­mo­bile

et fi­nan­cière. Ce­la offre aux en­tre­prises étran­gères, y com­pris les en­tre­prises eu­ro­péennes, de plus grandes op­por­tu­ni­tés d’in­ves­tis­se­ment en Chine. Tou­jours en 2018, l’UE a pour­sui­vi la construc­tion de zones de libre-échange avec le Ja­pon, le Mexique, Sin­ga­pour et le Viet­nam. En 2019, l’UE conti­nue­ra ses ef­forts pour rendre les échanges avec ses par­te­naires com­mer­ciaux plus ou­verts et plus libres. De telles po­si­tions vis-à-vis du libre-échange et de la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique contri­buent à faire pro­gres­ser la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale si­no-eu­ro­péenne.

La sta­bi­li­té des crois­sances éco­no­miques de la Chine et de l’UE est une force mo­trice pour l’ap­pro­fon­dis­se­ment de la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale

si­no-eu­ro­péenne. L’éco­no­mie chi­noise est pas­sée d’une crois­sance ra­pide à un dé­ve­lop­pe­ment axé sur la qua­li­té. En 2017, l’éco­no­mie chi­noise a connu une crois­sance de 6,9 %. Au­jourd’hui, mal­gré de mul­tiples dif­fi­cul­tés, l’éco­no­mie chi­noise pro­gresse de fa­çon stable et évo­lue dans des marges rai­son­nables. En 2018, la crois­sance

éco­no­mique chi­noise de­vrait être au­tour de 6,7 %. D’ailleurs, en 2017, la zone eu­ro et l’UE ont en­re­gis­tré des crois­sances éco­no­miques res­pec­tives de 2,4 % et 2,6 % par rap­port à la même pé­riode de l’an­née pré­cé­dente, ce sont les plus fortes crois­sances en­re­gis­trées de­puis la crise de la dette sou­ve­raine de la zone eu­ro. Même si en 2018, le taux de crois­sance éco­no­mique de l’UE pou­vait dif­fi­ci­le­ment être main­te­nu à un tel ni­veau, il de­vrait dé­pas­ser les 2 %.

La ré­forme de l’OMC est en­trée dans une phase cri­tique. La Chine et l’UE doivent dé­fendre en­semble le sys­tème du com­merce

mul­ti­la­té­ral. De­puis sa créa­tion en 1995, l’OMC, comp­tant sur ses trois fonc­tions prin­ci­pales qui sont le rè­gle­ment des dif­fé­rends, les né­go­cia­tions com­mer­ciales ain­si que la mise en oeuvre et le sui­vi, a for­te­ment contri­bué à éta­blir un en­vi­ron­ne­ment re­la­ti­ve­ment équi­table pour le sys­tème du com­merce mul­ti­la­té­ral. En 23 ans, le vo­lume du com­merce mon­dial a aug­men­té de fa­çon si­gni­fi­ca­tive. Les ex­por­ta­tions mon­diales ont été mul­ti­pliées par 3,4, pas­sant de 5 200 mil­liards de dol­lars à 17 700 mil­liards de dol­lars. Les ex­por­ta­tions com­mer­ciales des 47 pays les moins avan­cés ont été mul­ti­pliés par 7,1, pas­sant de 23,87 mil­liards de dol­lars à 169,41 mil­liards de dol­lars. Le com­merce est de­ve­nu un fac­teur im­por­tant de la ré­duc­tion du fos­sé du dé­ve­lop­pe­ment.

En rai­son de l’obs­truc­tion des États-Unis, il ne reste que trois juges dans le mé­ca­nisme de rè­gle­ment des dif­fé­rends de l’OMC, par­mi les­quels deux ar­ri­ve­ront au terme de leur man­dat en dé­cembre 2019. Si l’on ne com­plète pas les ef­fec­tifs des juges, la fonc­tion la plus im­por­tante de l’OMC se­ra paralysée. En outre, le libre-échange et le mul­ti­la­té­ra­lisme pré­co­ni­sés par l’OMC au cours de ces deux der­nières dé­cen­nies sont me­na­cés par le pro­tec­tion­nisme et l’uni­la­té­ra­lisme. Le sys­tème du com­merce mul­ti­la­té­ral, dont l’OMC est le coeur, tra­verse une crise. Dans ce contexte, l’im­por­tance de la ré­forme de l’OMC est évi­dente. À ce su­jet, la Chine et l’UE par­tagent des in­té­rêts com­muns. Il est éga­le­ment né­ces­saire que les 164 pays membres de l’OMC ajustent les deux autres fonc­tions de l’or­ga­ni­sa­tion à la nou­velle conjonc­ture mon­diale. Le groupe de tra­vail de ni­veau vice-mi­nis­té­riel sur la ré­forme de l’OMC créé par la Chine et l’UE de­vra donc s’at­ta­cher à dé­ga­ger des consen­sus. *YAO LING est di­rec­trice ad­jointe du Bu­reau de l’Eu­rope à l’Aca­dé­mie du com­merce in­ter­na­tio­nal et de la co­opé­ra­tion éco­no­mique re­le­vant du mi­nis­tère du Com­merce.

Le 25 juin 2018, Liu He, membre du Bu­reau po­li­tique du Co­mi­té cen­tral du PCC et vice-pre­mier mi­nistre chi­nois et Jir­ki Ka­tai­nen, vice-pré­sident de la Co­mis­sion eu­ro­péenne co­pré­sident le 7e Dia­logue éco­no­mique et com­mer­cial de haut ni­veau Chine-UE.

Stand de l’An­née du tou­risme Chine-Eu­rope au Sa­lon Chi­na In­ter­na­tio­nal Tra­vel Mart 2018, le 17 no­vembre 2018, à Shan­ghai

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.