La ré­forme et l’ou­ver­ture : ex­pé­riences pré­cieuses

China Today (French) - - SOMMAIRE - ZHOU LIN, membre de la ré­dac­tion

Fin 2018, au Mu­sée na­tio­nal de Chine si­tué à Bei­jing, une grande ex­po­si­tion cé­lé­brant le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et l’ou­ver­ture a ou­vert ses portes et per­mis aux nom­breux vi­si­teurs chi­nois et étran­gers d’ap­pré­cier les ré­sul­tats que la Chine avait ob­te­nus dans dif­fé­rents do­maines. Au même mo­ment, à Cheng­du, ca­pi­tale du Si­chuan, dans le sud-ouest de la Chine, a eu lieu le Fo­rum mon­dial des think tanks. Les ex­perts et les cher­cheurs in­vi­tés sont ve­nus des quatre coins du monde et ont ou­vert des dis­cus­sions sur la pro­mo­tion et l’amé­lio­ra­tion du sys­tème de la gou­ver­nance mon­diale. Nous avons in­ter­viewé des cher­cheurs de ces think tanks in­ter­na­tio­naux. Ceux-ci ont éva­lué les pro­grès que la Chine avait faits de­puis ces 40 der­nières an­nées, li­vrant leurs

ré­flexions sur la si­gni­fi­ca­tion des ré­sul­tats chi­nois pour le monde et sur le rôle que la Chine joue­rait dans la fu­ture gou­ver­nance mon­diale.

Des ré­sul­tats re­mar­quables

Les pro­grès éco­no­miques ra­pides et l’amé­lio­ra­tion de la vie de la po­pu­la­tion de­puis 1978 ont ga­gné le res­pect una­nime de tous les cher­cheurs.

Sri­kanth Kon­da­pal­li, di­rec­teur du Cen­ter for East Asian Stu­dies re­le­vant de la Ja­wa­har­lal Neh­ru Uni­ver­si­ty en Inde, connaît bien les ré­sul­tats ob­te­nus par la Chine dans les do­maines agri­cole, in­dus­triel, scien­ti­fique et tech­nique et de la dé­fense. « La pro­duc­tion agri­cole chi­noise est ex­tra­or­di­naire. Le pro­grès ful­gu­rant de l’in­dus­trie chi­noise a fait de ce pays le centre de la pro­duc­tion ma­nu­fac­tu­rière mon­diale. La crois­sance de l’éco­no­mie chi­noise a contri­bué de ma­nière si­gni­fi­ca­tive à la crois­sance éco­no­mique mon­diale. Avec un ob­jec­tif clair, la Chine en­vi­sage de par­ache­ver la construc­tion in ex­ten­so de la so­cié­té de moyenne ai­sance en 2020. Elle a ac­cor­dé des in­ves­tis­se­ments im­por­tants dans la re­cherche et le dé­ve­lop­pe­ment des hautes tech­no­lo­gies telles que l’aé­ro­spa­tial, le train à grande vi­tesse, les vé­hi­cules à éner­gies nou­velles, elle pour­ra donc pré­ser­ver une dy­na­mique forte dans ces do­maines. »

Les ré­sul­tats du dé­ve­lop­pe­ment chi­nois sont re­mar­quables. Ils at­tirent non seule­ment le re­gard des pays émer­gents mais aus­si ce­lui des pays dé­ve­lop­pés, dont des cher­cheurs du Royaume-Uni et des ÉtatsU­nis.

Bruce Pi­cke­ring, conseiller su­pé­rieur de l’Asia Society, est très im­pres­sion­né par la sor­tie de la pau­vre­té des 700 mil­lions de Chi­nois sur cette pé­riode de 40 ans. Se­lon lui, les Chi­nois, qui as­su­raient au­tre­fois tant bien que mal leur sub­sis­tance, se dé­bar­rassent pro­gres­si­ve­ment de la pau­vre­té et au­jourd’hui de nom­breuses fa­milles chi­noises peuvent bé­né­fi­cier de la crois­sance éco­no­mique, aug­men­ter leurs re­ve­nus et en­trer dans la classe moyenne. Ce suc­cès est in­édit dans l’his­toire de l’hu­ma­ni­té. « Les États-Unis ont mis 200 ans pour ac­com­plir ce pro­ces­sus, alors que la Chine n’a mis que 40 ans. Ce­la est, as­su­ré­ment, un grand pro­grès », a-t-il avoué.

John Ross est cher­cheur à l’Ins­ti­tut d’études fi­nan­cières Chon­gyang re­le­vant de l’uni­ver­si­té Ren­min à Bei­jing. Émi­nent spé­cia­liste des ques­tions éco­no­miques, il a énu­mé­ré une sé­rie de don­nées pré­cises : « Les ré­sul­tats ob­te­nus par la Chine sont le plus grand mi­racle du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dans l’his­toire de

« Les ré­sul­tats ob­te­nus par la Chine sont le plus grand mi­racle du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dans l’his­toire de l’hu­ma­ni­té. »

l’hu­ma­ni­té. L’es­sor éco­no­mique de­puis 1978 a bé­né­fi­cié aux 22 % de la po­pu­la­tion mon­diale ; c’est l’amé­lio­ra­tion la plus ra­pide du ni­veau de vie, les Chi­nois étant sor­tis de la pau­vre­té cor­res­pondent à 75 % de la po­pu­la­tion. »

Les avan­tages du sys­tème

Un dic­ton chi­nois très an­cien nous dit : « Il faut sa­voir non seule­ment le com­ment mais aus­si le pour­quoi. » Ce­la si­gni­fie qu’ « une connais­sance des con­sé­quences n’est pas suf­fi­sante, il faut en connaître les causes pro­fondes ». Ce dic­ton illustre bien l’at­ti­tude sé­rieuse des Chi­nois de­puis l’An­ti­qui­té lors­qu’ils font des re­cherches.

Tan­dis qu’ils par­laient des ré­sul­tats que la Chine avait ob­te­nus de­puis 40 ans de ré­forme et d’ou­ver­ture, les cher­cheurs des think tanks ont en­core échan­gé sur les causes du mi­racle chi­nois. Et se­lon ces cher­cheurs, « concen­trer les forces pour ac­com­plir les grandes tâches » fait par­tie des

avan­tages du sys­tème.

Le PIB chi­nois se si­tue de­puis des an­nées au 2e rang mon­dial ; la puis­sance éco­no­mique du pays conti­nue de pro­gres­ser ; la puis­sance gé­né­rale du pays aug­mente elle aus­si consi­dé­ra­ble­ment ; pen­dant plu­sieurs an­nées consé­cu­tives, l’éco­no­mie chi­noise contri­bue à la crois­sance mon­diale pour plus de 30 %. En seule­ment cinq ans, 60 mil­lions de Chi­nois sont sor­tis dé­fi­ni­ti­ve­ment de la pau­vre­té. Le taux de pau­vre­té, qui au­tre­fois était de 10,2 %, est à l’heure ac­tuelle in­fé­rieur à 4 %. Presque tous les pays qui veulent se dé­ve­lop­per es­saient de trou­ver les rai­sons du suc­cès de la Chine. Bien sûr, le suc­cès est at­tri­bué à la concep­tion glo­ba­li­sée et au dy­na­misme du dé­ve­lop­pe­ment de la Chine. Com­ment pré­ser­ver une crois­sance éco­no­mique stable et du­rable tout en pro­mou­vant la ré­forme et l’in­no­va­tion met à l’épreuve la sa­gesse du par­ti au pou­voir et le so­cia­lisme à la chi­noise.

Le prag­ma­tisme

Pour John Ross, « le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique chi­nois ob- serve la loi uni­ver­selle du mar­ché dans tous les do­maines». Puis, en ci­tant ce cé­lèbre dic­ton chi­nois « tra­ver­ser la ri­vière en tâ­tant les pierres », le cher­cheur ex­plique ce qui dif­fé­ren­cie le prag­ma­tisme oc­ci­den­tal et les po­li­tiques prag­ma­tiques chi­noises : « Les po­li­tiques chi­noises sont prag­ma­tiques. Mais ce­la est dif­fé­rent du prag­ma­tisme simple, car ce der­nier n’est pas gui­dé par les théo­ries. La Chine res­pecte la loi du mar­ché, qui est une théo­rie éco­no­mique com­plexe. »

« Tra­ver­ser la ri­vière en tâ­tant les pierres » est une ph­rase connue de tous en Chine. Dé­jà au dé­but des an­nées 1980, Deng Xiao­ping en avait fait usage pour en­cou­ra­ger la li­bé­ra­tion de la pen­sée et la pro­mo­tion ac­tive de la ré­forme et de l’ou­ver­ture.

Quant au rôle de Deng Xiao­ping dans la ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine, Sri­kanth Kon­da­pal­li a in­di­qué que les dis­cours im­por­tants de Deng Xiao­ping pro­non­cés en 1992 lors de sa tour­née dans le sud de la Chine ont joué un rôle clé dans la ré­forme éco­no­mique et les pro­grès so­ciaux chi­nois. Se­lon lui, les me­sures chi­noises dans l’ap­pro­fon­dis­se­ment de la ré­forme et l’élar­gis­se­ment de l’ou­ver­ture at­tirent des in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers mas­sifs, des tech­no­lo­gies et des concepts de dé­ve­lop­pe­ment avan­cés. Grâce à la de­mande in­té­rieure en dé­ve­lop­pe­ment et au sou­tien ve­nant de l’ex­té­rieur, la Chine a pu pro­fi­ter de tous les fac­teurs fa­vo­rables à un dé­ve­lop­pe­ment ra­pide.

L’in­no­va­tion in­ces­sante

Le rap­port du XIXe Con­grès du Par­ti com­mu­niste chi­nois a pré­sen­té le nou­veau po­si­tion- ne­ment his­to­rique du dé­ve­lop­pe­ment de la Chine, « l’en­trée dans la nou­velle ère du so­cia­lisme à la chi­noise ». Aux yeux des cher­cheurs étran­gers, le gou­ver­ne­ment chi­nois n’a ces­sé de créer une nou­velle ère de la Chine. D’après les ana­lyses de Sri­kanth Kon­da­pal­li, lorsque les di­ri­geants chi­nois font face à des pro­blèmes au cours des dif­fé­rentes pé­riodes, ils prennent des dé­ci­sions sages en confor­mi­té avec la si­tua­tion concrète.

Ron­nie Lins, di­rec­teur du Cen­ter Chi­na-Bra­zil : Re­search & Bu­si­ness, a com­men­té : « La Chine est très im­por­tante pour le monde. À tra­vers la ré­forme et l’ou­ver­ture, la Chine a éta­bli des liens très étroits avec les dif­fé­rents pays, s’op­pose au pro­tec­tion­nisme, ap­pelle à l’ou­ver­ture vers l’ex­té­rieur, par­tage ses ré­sul­tats éco­no­miques et ses points de vue et éta­blit des par­te­na­riats avec de nom­breux pays. L’ini­tia­tive “la Cein­ture et la Route” en est un bon exemple. »

La Chine ap­porte une contri­bu­tion plus ac­tive dans le sys­tème de la gou­ver­nance mon­diale. « La com­mu­nau­té de des­tin de l’hu­ma­ni­té » est éga­le­ment une in­no­va­tion du concept de la gou­ver­nance mon­diale. Se­lon John Ross, sur les plans po­li­tique et di­plo­ma­tique, le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain in­siste sur « l’Amérique d’abord », mais le gou­ver­ne­ment chi­nois pré­co­nise « la co­exis­tence dans la dif­fé­rence ». Évi­dem­ment, l’at­ti­tude de la Chine ren­ferme plus de sa­gesse et pour­rait ai­der les dif­fé­rents pays, confor­mé­ment à leurs propres ob­jec­tifs, à at­teindre un dé­ve­lop­pe­ment par­ta­gé dans la re­cherche d’un ter­rain d’en­tente par-de­là des dif­fé­rences.

Le 13 no­vembre 2018, la grande ex­po­si­tion cé­lé­brant le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et de l’ou­ver­ture de la Chine s’ouvre au pu­blic à Bei­jing.

Le 11 dé­cembre 2018, une ex­po­si­tion de timbres sur le grand chan­ge­ment de la Chine ouvre ses portes à Lou­vain en Bel­gique.

Pho­tos sur l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » et la Route de la Soie, lors de l’ex­po­si­tion cé­lé­brant le 40e an­ni­ver­saire de la ré­forme et de l’ou­ver­ture de la Chine or­ga­ni­sée au Mu­sée na­tio­nal de Chine

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.