Les vic­times sont des ci­toyens in­no­cents

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Que se passe-t-il à Mi­nya ? Pour­quoi la po­lice ou les forces ar­mées ne sont-elles pas in­ter­ve­nues à ce jour ? Comment une per­sonne peut-elle af­fron­ter tout un vil­lage et vaincre ses ha­bi­tants ? C’est ce qui s’est pas­sé au vil­lage Al-Ba­dra­man, à Mi­nya. L’his­toire com­mence lorsque Hus­sein Ali Hus­sein, ap­pe­lé Hu­la­gu de Mi­nya, a com­men­cé à ter­ri­fier les ha­bi­tants du vil­lage, spé­cia­le­ment les coptes, après la ré­vo­lu­tion du 25 jan­vier et suite au chaos qui a eu lieu après le cé­lèbre ven­dre­di 28 jan- vier. En­suite, il s’est avé­ré que ce Hu­la­gu im­pose des re­de­vances sur le peuple du vil­lage et blesse phy­si­que­ment ceux qui n’obéissent pas. Il a été cap­tu­ré par la po­lice, au mois d’avril der­nier, avant d’être li­bé­ré quelques se­maines après. Main­te­nant la si­tua­tion s’est ag­gra­vée parce que per­sonne ne peut faire face à son au­to­ri­té. Tous les vil­la­geois ont peur et per­sonne n’in­ter­vient. Il y a quelques jours sur la chaîne égyp­tienne CTV, un ac­ti­viste des droits de l’homme a dé­cla­ré dans le pro­gramme Fil nour (dans la lu­mière) que Hus­sein avait vio­lé une dame de­vant son ma­ri, qu’il avait tué deux jeunes et qu’il avait me­na­cé les fils du maire. Où est la po­lice ? Où sont les forces ar­mées ? Qui sont les res­pon­sables de cette ca­tas­trophe et cette vio­lence dont les vic­times ne sont que de simples ci­toyens ? Pour­quoi per­sonne n’est in­ter­ve­nu jus­qu’à main­te­nant ? J’in­vite la so­cié­té ci­vile et les mi­li­tants des droits de l’homme à suivre cette af­faire de près. Ché­rif Ma­ged,

Gui­za.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.