La loi du ta­lion se met en place

Al Ahram Hebdo - - Au Quotidien -

LE QUAR­TIER de Bou­laq AlDa­krour, à Gui­za, est en ébul­li­tion. Les ha­bi­tants du sec­teur de Saft Al-La­bane ont été té­moins d’une scène de meurtre qui a mar­qué les consciences et ébran­lé tout le quar­tier. Face à l’ab­sence de sé­cu­ri­té, des ci­toyens se sont don­né le droit de s’éri­ger en justiciers, châ­tiant im­pi­toya­ble­ment les mal­fai­teurs.

Le pre­mier jour de la fête du pe­tit Baï­ram, plu­sieurs cen­taines de ci­toyens ont ar­rê­té 4 vo­leurs spé­cia­li­sés dans les vols de toc-tocs. Ces der­niers avaient com­mis 15 mé­faits en 3 mois. Exas­pé­rés par ce nombre im­por­tant de vols, les ha­bi­tants ont tué le pre­mier en le traî­nant dans la rue, at­ta­ché à une corde. Puis il ont cou­pé la main du deuxième et cre­vé l’oeil du troi­sième, après leur avoir ten­du un piège pour les ame­ner à se dé­voi­ler.

De­puis le dé­clen­che­ment de la ré­vo­lu­tion, la rue égyp­tienne connaît une anar­chie pro­vo­quée par le manque de sé­cu­ri­té. Une anar­chie qui touche les zones sau­vages bien plus que les quar- tiers hup­pés. Et au sein de quar­tiers po­pu­laires, Bou­laq Al-Da­krour semble avoir ga­gné la part du lion en ma­tière de faits divers.

Au cours de ces trois der­niers mois, les jour­naux ne cessent de rap­por­ter des scènes de meurtres dans ce quar­tier. « Un fi­dèle re­çoit un coup mor­tel à la mos­quée d’Al-Nour : il avait ré­sis­té à un bal­ta­gui qui ten­tait de lui vo­ler de l’ar­gent ; Des chô­meurs at­taquent la sta­tion de po­lice et rouent de coups le com­mis­saire de po­lice ; Des noces se trans­forment en fu­né­railles : une balle per­due tue un ha­bi­tant ». Dans la presse, de tels titres sont dé­sor­mais quo­ti­diens.

L’état d’ex­trême pau­vre­té est sai­sis­sant à Bou­laq Al-Da­krour. Des mai­son­nettes mi­sé­rables se dressent col­lées les unes aux autres, ne per­met­tant qu’une pe­tite marge de vie pri­vée. Le quar­tier est par­se­mé de rues boueuses où les pieds s’en­lisent au fur et à me­sure que l’on avance. Ce quar­tier, qui s’étend entre le pont Sar­wat et la bar­rière de Na­hiya, est no­tam­ment connu pour ses em­bou­teillages mons­trueux : c’est une

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.