Li­bye : Les com­bat­tants pro-cnt contrôlent le port de Syrte

Al Ahram Hebdo - - Dernière Heure -

Les com­bat­tants du nou­veau ré­gime li­byen ont pris le contrôle du port de Syrte, à l’est de ce bas­tion des fi­dèles du di­ri­geant li­byen dé­chu Mouam­mar Kadha­fi, a an­non­cé mar­di Mous­ta­fa bin Dar­def, un com­man­dant du Conseil Na­tio­nal de Tran­si­tion (CNT).« Il y a eu des af­fron­te­ments dans la nuit et à pré­sent nous contrô­lons le port », a dé­cla­ré ce com­man­dant de la « bri­gade de Zen­ten », dé­ployée près de Syrte.« Quand nous nous ap­pro­che­rons du cen­tre­ville, il y au­ra des com­bats de rue et nous nous y pré­pa­rons », a ex­pli­qué un com­bat­tant, Alaï Saï­di, alors que ses ca­ma­rades se pré­pa­raient à de nou­veaux com­bats en net­toyant et en hui­lant leurs armes.Des com­bats avaient écla­té lun­di soir près du port de cette ville de 70 000 ha­bi­tants si­tuée à 360 km à l’est de Tri­po­li, prise en te­nailles par des com­bat­tants du CNT qui avancent par l’est et par l’ouest.Lun­di, les forces du nou­veau ré­gime ont mis la main sur une cache d’armes des proKadha­fi sur le front orien­tal de Syrte, tan­dis que l’Otan a bom­bar­dé des cibles dans la ville pour la troi­sième jour­née consé­cu­tive.Se­lon l’Onu, près de 2 000 per­sonnes ont fui la ville, pri­vée d’eau, d’élec­tri­ci­té et de nour­ri­ture, se­lon les té­moi­gnages d’ha­bi­tants. Et la cli­nique de Ha­ra­wa, à 40 km à l’est de la ville, voit pas­ser tous les jours des di­zaines d’en­fants souf­frant en gé­né­ral de maux liés à l’ab­sence d’eau po­table.Se­lon un com­bat­tant proCNT, deux pro-Kadha­fi se sont ren­dus lun­di soir. « Ils sont ve­nus vers nous et nous ont re­mis leurs armes et leurs voi­tures », a ex­pli­qué Maa­tiz Saad, qui était dé­ployé sur le front, ajou­tant qu’il y avait tou­jours des échanges de tirs de ro­quettes.Les com­bat­tants du CNT es­saient de­puis plu­sieurs jours de per­mettre aux fa­milles de quit­ter la ville où, se­lon les pro-CNT, Moua­tas­sim Kadha­fi, l’un des fils du di­ri­geant dé­chu, se­rait ré­fu­gié. Mé­de­cin et mi­li­taire de car­rière de 36 ans, Moua­tas­sim a di­ri­gé le Conseil de sé­cu­ri­té na­tio­nale.Syrte est la ville d’ori­gine de Mouam­mar Kadha­fi et consti­tue, avec Ba­ni Wa­lid, si­tuée à 170 km au sud-est de Tri­po­li, un im­por­tant bas­tion des forces fi­dèles à l’ex-di­ri­geant alors que le CNT af­firme dé­sor­mais contrô­ler la qua­si-to­ta­li­té du pays.Syrte et Ba­ni Wa­lid sont deux des ob­jec­tifs ma­jeurs des com­bat­tants pro-CNT de­puis la chute de Tri­po­li le 23 août, mais ils y font face à une forte ré­sis­tance. Dis­cus­sion au sein du CNT Sur le plan po­li­tique, les dis- cus­sions se pour­sui­vaient au sein du CNT pour ten­ter de for­mer un gou­ver­ne­ment, dont l’an­nonce est at­ten­due à la fin de la se­maine. Dans le même temps, de­vant le Conseil de sé­cu­ri­té de l’Onu à New York, Mah­moud Ji­bril, pre­mier mi­nistre li­byen par in­té­rim, a ré­pé­té que Mouam­mar Kadha­fi re­pré­sen­tait une me­nace ter­ro­riste en Li­bye, dans la ré­gion et dans le monde tant qu’il res­tait libre, en rai­son de ses énormes avoirs en « ar­gent li­quide et en or » . Se­lon M. Ji­bril, même si le co­lo­nel Kadha­fi ar­rive à quit­ter l’Afrique, il peut « re­ve­nir à ses pra­tiques ter­ro­ristes en four­nis­sant des armes » à des groupes ex­tré­mistes. Se­lon l’Onu, quelque 24 000 per­sonnes ont fui Ba­ni Wa­lid et près de 2 000 ont quit­té Syrte. Sur le front de Ba­ni Wa­lid, à 170 km au sud-est de Tri­po­li, les échanges d’ar­tille­rie ont été in­tenses, mais les forces pro-CNT n’ont pas avan­cé. « Nous fai­sons face à une forte ré­sis­tance, c’est pour­quoi nous uti­li­sons l’ar­tille­rie lourde sans en­voyer l’in­fan­te­rie pour l’ins­tant » , a ex­pli­qué le com­man­dant Mo­ha­med Al-Sed­diq. « La ba­taille fi­nale au­ra lieu dans les deux pro­chains jours ».

A l’est de Syrte, les com­bat­tants an­ti-Kadha­fi ont pris le contrôle du port de la ville.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.