La courrse au voll éco­nome

Al Ahram Hebdo - - Voyages Publireportage - Ami­ra Sa­mir (avec agences)

LE VOL le moins cher au monde s’est dé­rou­lé le 14 oc­tobre entre Tou­louse et Pa­ris. Un Air­bus de la com­pa­gnie Air France vient d’ef­fec­tuer, pour la pre­mière fois en France, un vol com­mer­cial « vert », qui a per­mis de ré­duire de 50 % du taux de car­bone par rap­port à un vol clas­sique. Le vol com­mer­cial nor­mal Tou­louse-Pa­ris a été réa­li­sé avec un mé­lange de ké­ro­sène et de bio­ké­ro­sène mais aus­si en fai­sant ap­pel à une sé­rie d’op­ti­mi­sa­tions, ex­pé­ri­men­tées par Air France et Air­bus. Ré­sul­tat : deux fois moins d’émis­sions de CO .

Le poids des sièges, de cer­tains meubles, de la mo­quette et même des go­be­lets en plas­tique ont été ré­duits à bord de l’Air­bus A321. En fait, Air France a chan­gé les sièges, plus lé­gers de 4,9 kg, tout en étant plus confor­tables, nous ras­sure-t-on. Il ne s’agit donc pas de l’in­quié­tant siège Sky­ri­der (ca­va­lier du ciel), qui res­semble plu­tôt à une selle de che­val à dos­sier. Du poids a aus­si été ga­gné sur la mo­quette, les ar­moires, les cha­riots … et la do­cu­men­ta­tion, pas­sée du pa­pier à l’or­di­na­teur. Or, on le sait, le poids est l’ennemi de l’avion, ré­dui­sant les per­for­mances et aug­men­tant donc la consom­ma­tion.

Par ailleurs, l’avion a sui­vi une tra­jec­toire sur me­sure pour consom­mer moins de car­bu­rant. « Il faut mon­ter le plus ré­gu­liè­re­ment pos­sible, sans pa­lier in­ter­mé­diaire et des­cendre de la même fa­çon », a dé­taillé Mau­rice Georges, de la Di­rec­tion Gé­né­rale de l’Avia­tion Ci­vile fran­çaise (DGAC).

A par­tir de jan­vier 2012, toutes les com­pa­gnies aé­riennes en­trant ou sor­tant de l’Union eu­ro­péenne vont de­voir ra­che­ter 15 % de leurs émis­sions de CO . Une me­sure qui de­vrait leur coû­ter quelque 380 mil­lions d’eu­ros en 2012. C’est l’un des grands en­jeux des pro­chaines an­nées car le prix du ké­ro­sène aug­mente consi­dé­ra­ble­ment les coûts d’ex­ploi­ta­tion des trans­por­teurs et la ré­gle­men­ta­tion se ri­gi­di­fie. Des bio­car­bu­rants, un avion al­lé­gé au maxi­mum, des tra­jec­toires op­ti­mi­sées, ce sont les trois le­viers qui per­mettent de réa­li­ser un vol « vert », ob­jec­tif vers le­quel tendent les com­pa­gnies aé­riennes mais im­pos­sible à réa­li­ser à grande échelle au­jourd’hui. « Pour ré­duire ses émis­sions, une com­pa­gnie peut jouer sur plu­sieurs le­viers : al­lé­ger l’avion, pré­voir des tra­jec­toires plus di­rectes entre deux points et uti­li­ser des bio­car­bu­rants », a énu­mé­ré Ber­trand Le­bel, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint au dé­ve­lop­pe­ment du­rable chez Air France.

Les in­dus­triels, eux aus­si, cherchent à conce­voir des avions plus lé­gers et des mo­teurs plus éco­nomes en car­bu­rant. « Dans les avions long­cour­riers qui vont ar­ri­ver sur le mar­ché dans les pro­chaines an­nées, la struc­ture se­ra com­po­sée à plus de 50 % de ma­té­riaux com­po­sites » plus lé­gers, sou­ligne de son cô­té Rai­ner Von Wrede, di­rec­teur d’En­vi­ron­ne­ment, in­gé­nie­rie et re­cherche chez Air­bus.

Un dé­but … Mais qu’en est-il des com­pa­gnies aé­riennes des pays arabes et afri­cains ? Elles de­vront, elles aus­si, mul­ti­plier les ini­tia­tives du genre. Les com­pa­gnies des pays du Golfe n’ont pas de pro­blèmes fi­nan­ciers. Et dé­jà, elles testent les pistes du vol propre. Les com­pa­gnies afri­caines en­vi­sa­ge­ront sans doute beau­coup de pro­blèmes. Et Egyp­tair ? La com­pa­gnie aé­rienne na­tio­nale d’Egypte cherche de plus en plus à réa­li­ser des vols « verts » pour ré­duire les coûts en car­bu­rant. Un ob­jec­tif réa­li­sable mais com­plexe à grande échelle

Les in­dus­triels, eux aus­si, cherchent à conce­voir des avions plus lé­gers.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.