Un scru­tin et des in­quié­tudes

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Dans quelques jours, le 28 no­vembre, nous au­rons des élec­tions lé­gis­la­tives qui, as­su­ré­ment, se­ront dif­fé­rentes des pré­cé­dents scru­tins, parce qu’elles font suite à la ré­vo­lu­tion du 25 jan­vier. Au­cune des forces qui se pré­sentent à ces élec­tions n’ins­pire vé­ri­ta­ble­ment confiance. Les is­la­mistes au­ront cette fois-ci une très forte pré­sence. Mais leur dis­cours n’ins­pire pas confiance, sur­tout en ce qui concerne la femme. C’est vrai que les par­tis is­la­mistes comme Li­ber­té et jus­tice pré­sentent des femmes sur leur liste. Mais d’un autre cô­té, les is­la­mistes disent que la femme doit res­ter à la mai­son et que sa voix est pro­hi­bée de­vant les hommes. Les is­la­mistes suivent-ils un nou­veau dic­ton vou­lant que « la fin jus­ti­fie ce qui est pros­crit »?

De l’autre cô­té de la barre, les trois prin­ci­paux par­tis, à sa­voir le néoWafd, Al- Ta­gam­moe et le Par­ti nas­sé­rien, se­ront pré­sents. Le Wafd re­pré­sente les forces li­bé­rales. Il s’est net­te­ment af­fai­bli com­pa­ré à ce qu’il était au­tre­fois. Quant au Ta­gam­moe, il a per­du sa ca­pa­ci­té à mo­bi­li­ser les forces de la gauche. Outre ces deux par­tis, il existe plu­sieurs for­ma­tions li­bé­rales mais elles n’ont au­cune vé­ri­table po­pu­la­ri­té. Nous sommes donc de­vant des par­tis fra­giles. Que faire ? Vi­si­ble­ment, nous n’avons qu’un choix très li­mi­té : les is­la­mistes ou les par­ti­sans de l’ex- PND. Il y a de quoi avoir peur et être in­quiet. Ah­med At­ta,

Le Caire.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.