Da­miette, une autre fois

Al Ahram Hebdo - - Opinion - Mous­ta­pha Sa­mi

IL Y A TROIS ANS, une tem­pête avait été pro­vo­quée à cause de l’ins­tal­la­tion de l’usine Agrium dans la zone in­dus­trielle de Da­miette. Une nou­velle tem­pête plus vio­lente s’est dé­clen­chée au­jourd’hui à cause de la com­pa­gnie MOPCO, l’une des fi­liales d’agrium qui pol­lue­rait la ré­gion.

Cette fois- ci, les moyens d’ex­pri­mer la co­lère sont dif­fé­rents et vont de pair avec l’in­sé­cu­ri­té et le chaos qui règnent. Les routes ont été blo­quées et le port de Da­miette, où tra­vaillent des mil­liers d’ou­vriers, a été fer­mé. Les im­por­ta­tions et les ex­por­ta­tions ont été in­ter­rom­pues. Comme d’ha­bi­tude, le gou­ver­ne­ment est res­té im­puis­sant et in­ca­pable de faire ré­gner la loi et de pro­té­ger les biens de l’etat et des ci­toyens.

Les ha­bi­tants de Da­miette ont le droit de protester contre la pol­lu­tion qui porte at­teinte à leur san­té et à la ri­chesse pis­ci­cole. En fait, les pê­cheurs ont an­non­cé que cette ri­chesse est af­fec­tée à cause des dé­tri­tus je­tés dans la mer. Le gou­ver­ne­ment doit être à l’écoute des pro­tes­ta­taires, mais ces der­niers n’ont pas le droit de fer­mer les routes et le port, iso­lant ain­si leur ville et aus­si la ville de Ras Al- Bar. Une ques­tion s’im­pose : pour­quoi les pro­tes­ta­tions se sont dé­clen­chées au­jourd’hui alors que l’usine fonc­tionne de­puis 3 ans, après avoir ob­te­nu des au­to­ri­sa­tions gou­ver­ne­men­tales de la part des mi­nis­tères de l’en­vi­ron­ne­ment et de l’in­dus­trie.

L’an­cien am­bas­sa­deur ca­na­dien au Caire, Phi­lippe Ma­kion, m’avait dé­cla­ré quelques jours avant la fin de son man­dat en 2008 que la com­pa­gnie égyp­to­ca­na­dienne avait ob­te­nu toutes les au­to­ri­sa­tions pour mon­ter le pro­jet à Da­miette.

Le mi­nistre de l’en­vi­ron­ne­ment avait as­sis­té aux pre­mières pro­tes­ta­tions des ci­toyens en 2008. Pour­quoi avait- il au­to­ri­sé l’ins­tal­la­tion d’un pro­jet dont l’in­ves­tis­se­ment a coû­té 18 mil­liards de dol­lars et qui a em­bau­ché 32 000 Egyp­tiens ? Où sont les dé­par­te­ments char­gés de l’en­vi­ron­ne­ment, de la ri­chesse pis­ci­cole et de la po­lice qui per­mettent à l’usine de je­ter ces dé­tri­tus dans la mer ?

Pour­quoi for­mer un co­mi­té com­po­sé d’étran­gers pour étu­dier les im­pacts éco­lo­giques de cette usine alors que nous avons des ex­perts en éco­lo­gie, in­dus­trie et mé­de­cine ?

Les plaintes des ha­bi­tants de Da­miette mé­ritent d’être prises au sé­rieux, en ou­vrant une en­quête pour sa­voir s’il y a une éven­tua­li­té de cor­rup­tion vi­sant à nuire à l’éco­no­mie du pays

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.