Dé­fendre Jé­ru­sa­lem

PA­LES­TINE . Une confé­rence sur Jé­ru­sa­lem s’est te­nue cette se­maine au Qa­tar. Les pays arabes ap­pellent à la créa­tion d’une com­mis­sion d’en­quête de l’onu sur la ju­daï­sa­tion de la ville.

Al Ahram Hebdo - - Monde Arabe - M. S.

AU COURS d’une confé­rence in­ter­na­tio­nale sur Jé­ru­sa­lem, le Qa­tar a ap­pe­lé di­manche à la créa­tion d’une com­mis­sion d’en­quête de l’onu sur la ju­daï­sa­tion de la ville sainte et aver­ti que les pays du Prin­temps arabe n’ac­cep­te­raient plus son oc­cu­pa­tion par Is­raël. Quelque 350 per­son­na­li­tés arabes et étran­gères ain­si que des re­pré­sen­tants des trois re­li­gions mo­no­théistes par­ti­cipent à la confé­rence de Do­ha. « Nous de­vons agir ra­pi­de­ment pour mettre fin à la ju­daï­sa­tion de Jé­ru­sa­lem », a dé­cla­ré l’émir du Qa­tar, cheikh Ha­mad bin Kha­li­fa AlT­ha­ni. Ce der­nier a ap­pe­lé l’onu à for­mer une com­mis­sion pour en­quê­ter « sur toutes les me­sures prises par Is­raël à Jé­ru­sa­lem-est de­puis son oc­cu­pa­tion en 1967 pour ef­fa­cer le ca­rac­tère ara­bo-is­la­mique de la ville ». Il a af­fir­mé que les gou­ver­ne­ments en Oc­ci­dent savent que l’opi­nion pu­blique arabe s’est ré­veillée et n’ac­cep­te­ra pas moins qu’une paix juste

». Is­raël a an­nexé Jé­ru­sa­lem-est en 1967 et consi­dère l’en­semble de la ville sainte comme sa ca­pi­tale « uni­fiée et in­di­vi­sible ». Les Pa­les­ti­niens veulent faire de Jé­ru­sa­lem-est la ca­pi­tale de leur futur Etat et dé­noncent les ten­ta­tives d’is­raël d’étendre son contrôle sur ce sec­teur de la ville. Par­ta­geant le même avis, le pré­sident pa­les­ti­nien, Mah­moud Ab­bas, a an­non­cé que « les me­sures d’an­nexion sont nulles et non ave­nues. Jé­ru­sa­lemEst est la ca­pi­tale éter­nelle de la Pa­les­tine ». Ab­bas s’ex­pri­mait de­vant fon­dée sur les droits lé­gi­times du peuple pa­les­ti­nien, dont le droit à un Etat in­dé­pen­dant avec Jé­ru­sa­lem-est comme ca­pi­tale.

Fai­sant al­lu­sion à la pous­sée is­la­miste dans les pays du Prin­temps arabe, cheikh Ha­mad a ajou­té : « Peut-on conce­voir que les peuples qui ne sup­portent plus l’in­jus­tice chez eux vont ac­cep­ter l’in­jus­tice de l’oc­cu­pa­tion dans les ter­ri­toires pa­les­ti­niens ? les par­ti­ci­pants à la confé­rence, dont une dé­lé­ga­tion du mou­ve­ment juif ul­tra-or­tho­doxe an­ti­sio­niste Ne­tu­rei Kar­ta.

Pour dé­fendre son gou­ver­ne­ment, le bu­reau du pre­mier mi­nistre is­raé­lien Be­nya­min Ne­ta­nya­hu a fus­ti­gé dans un com­mu­ni­qué le « dis­cours ar­chi-in­cen­diaire » de M. Ab­bas, en ac­cu­sant les di­ri­geants pa­les­ti­niens de « faus­ser la réa­li­té » et en réaf­fir­mant que « de­puis des mil­liers d’an­nées, Jé­ru­sa­lem a été la ca­pi­tale éter­nelle du peuple juif ! ». L’an­nexion de Jé­ru­sa­lem-est par Is­raël n’a ja­mais été re­con­nue par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale. Mais des af­fron­te­ments, par­fois vio­lents, ont écla­té ces der­niers jours entre la po­lice is­raé­lienne et des Pa­les­ti­niens sur l’es­pla­nade des mos­quées, dans la vieille ville de Jé­ru­sa­lem, source per­ma­nente de fric­tions entre les deux com­mu­nau­tés. L’es­pla­nade, que les mu­sul­mans ap­pellent Al-ha­ram Al-cha­rif (le noble sanc­tuaire), est le troi­sième lieu saint de l’is­lam. Cher­chant le sou­tien de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale, un rap­port of­fi­ciel is­raé­lien af­firme qu’une troi­sième In­ti­fa­da dans les ter­ri­toires pa­les­ti­niens est peu pro­bable en 2012. Les ré­dac­teurs de ce do­cu­ment, char­gés de faire le bi­lan de l’an­née pas­sée et d’en­vi­sa­ger les dif­fé­rents scé­na­rios pour l’an­née en cours, es­timent en re­vanche que les Pa­les­ti­niens vont plu­tôt conti­nuer à sai­sir toutes les oc­ca­sions pour iso­ler Is­raël sur la scène in­ter­na­tio­nale, en ré­fé­rence aux dé­marches pour ob­te­nir l’ad­mis­sion d’un Etat de Pa­les­tine.

« Il y a peu de chances de re­lan­cer des né­go­cia­tions dans la me­sure où les ré­gimes arabes ne sou­tiennent pas un dia­logue avec Is­raël parce qu’ils sont af­fai­blis, comme l’ara­bie saou­dite, ou parce qu’ils sont en voie d’is­la­mi­sa­tion », af­firme le do­cu­ment. Il constate éga­le­ment que les Pa­les­ti­niens n’ont au­cun plan de né­go­cia­tions ou pro­jet de rè­gle­ment po­li­tique ; leur seul ob­jec­tif est de mettre Is­raël sous pres­sion. Les né­go­cia­tions is­raé­lo­pa­les­ti­niennes sont ge­lées de­puis 2010. Le rap­port es­time qu’il y a peu de chances que l’au­to­ri­té pa­les­ti­nienne, pré­si­dée par Mah­moud Ab­bas, et le Ha­mas is­la­miste, qui contrôle les zones au­to­nomes de Cis­jor­da­nie et la bande de Ga­za, se ré­con­ci­lient au sein d’un gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale non par­ti­san qui « soit autre chose qu’une simple fa­çade ».

Es­sayant d’évi­ter les su­jets de dis­corde avec les Etats-unis, le pre­mier mi­nistre is­raé­lien, Be­nya­min Ne­ta­nya­hu, a or­don­né le gel de toutes les construc­tions de nou­veaux lo­ge­ments dans les quar­tiers de co­lo­ni­sa­tion de Jé­ru­sa­lem-est an­nexée, en pré­vi­sion de sa pro­chaine vi­site à la Mai­son blanche.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.