Le boy­cott se main­tient

Al Ahram Hebdo - - Egypte - May At­ta

PÈ­LE­RI­NAGE . Plu­sieurs cen­taines de coptes se sont ren­dus en Terre Sainte pour cé­lé­brer les fêtes de Pâques. L’eglise a, de son cô­té, confir­mé que l’in­ter­dic­tion de vi­si­ter les ter­ri­toires oc­cu­pés

reste en vi­gueur.

L’EGLISE

copte or­tho­doxe d’egypte a rap­pe­lé, sa­me­di, qu’elle in­ter­di­sait tou­jours à ses fi­dèles de se rendre à Jé­ru­sa­lem, après le dé­cès du pa­triarche Ché­nou­da III qui avait ins­tau­ré cette règle, en ré­ponse à la vi­site de cen­taines d’egyp­tiens en Terre Sainte.

« La dé­ci­sion de sa sain­te­té le pape (Ché­nou­da) concer­nant le fait de ne pas vi­si­ter Jé­ru­sa­lem reste en vi­gueur, et tous les en­fants de l’eglise doivent s’y confor­mer », a af­fir­mé, lors d’une confé­rence de presse, l’évêque Pa­cho­mius, chef de l’eglise par in­té­rim.

Des cen­taines d’egyp­tiens de confes­sion ch­ré­tienne se sont ren­dus à Jé­ru­sa­lem à l’oc­ca­sion des fêtes de Pâques cé­lé­brées ce week-end par la plu­part des Eglises orien­tales.

Ché­nou­da III est dé­cé­dé à la mi­mars à l’âge de 88 ans, après avoir di­ri­gé pen­dant près de 40 ans l’eglise égyp­tienne qui re­groupe la plus im­por­tante com­mu­nau­té ch­ré­tienne du Moyen-orient. Op­po­sé à la nor­ma­li­sa­tion des re­la­tions avec l’etat hé­breu, il avait in­ter­dit aux fi­dèles coptes de se rendre en Is­raël tant que la paix n’au­rait pas été réa­li­sée avec les Pa­les­ti­niens.

« Les coptes ne se ren­dront pas à Jé­ru­sa­lem sauf main dans la main avec leurs frères mu­sul­mans », di­sait le pape copte. Aus­si ferme soit-elle, l’in­ter­dic­tion im­po­sée par l’église n’était pas tou­jours sui­vie par tous les fi­dèles. Cette an­née, après le dé­cès du pape, beau­coup de mé­dias lo­caux et is­raé­liens ont évo­qué un dé­part en masse des coptes en Terre Sainte dans le cadre de la cé­lé­bra­tion des Pâques le 15 avril. Les rap­ports de presse évo­quant la mise en place d’un « pont aé­rien » consa­cré au trans­port de « plu­sieurs mil­liers de pè­le­rins égyp­tiens » ont été dé­men­tis par la com­pa­gnie aé­rienne concer­née, Air Si­na.

« Le dé­part des pè­le­rins coptes en Terre Sainte a été très exa­gé­ré par les mé­dias. Le nombre ha­bi­tuel a aug­men­té de 10 ou 15 % seule­ment cette an­née », af­firme Diaa Saad, un res­pon­sable d’air Si­na au Caire. « D’ha­bi­tude, le nombre de pè­le­rins va­riait entre 600 et 700. Cette an­née, ils étaient entre 800 ou 900 », pré­cise-t-il, ex­pli­quant que le nombre de vols, soit 4 vols heb­do­ma­daires trans­por­tant cha­cun 120 pas­sa­gers au maxi­mum, n’a su­bi au­cun chan­ge­ment.

L’avo­cat copte Na­guib Gue­braïl, proche de l’eglise, es­time lui aus­si que la ques­tion a été exa­gé­rée par cer­tains mé­dias pour sug­gé­rer une rup­ture avec la po­li­tique du pa­triarche dé­funt. « Bien que beau­coup de coptes sou­haitent pou­voir vi­si­ter les Lieux Saints, ce n’est pas une obli­ga­tion re­li­gieuse pour eux. En plus, ils sont conscients et fiers de leurs propres lieux sa­crés sur le sol égyp­tien qui a abri­té la Sainte Fa­mille pen­dant 3 an­nées », ajoute Gue­braïl.

« L’in­ter­dic­tion du pape était plu­tôt d’ordre di­plo­ma­tique. Il ne vou­lait pas créer de dis­sen­sions entre les coptes et les mu­sul­mans sur la ques­tion pa­les­ti­nienne », es­time pour sa part Su­zanne Sa­bri,

Dé­ci­sion di­plo­ma­tique

ac­ti­viste copte.

Même si les pè­le­rins coptes ne ren­contrent au­cune res­tric­tion de la part des au­to­ri­tés égyp­tiennes, le su­jet est plu­tôt per­çu sous son angle na­tio­nal, confir­mant une fois de plus la « froi­deur » qui ca­rac­té­rise les re­la­tions entre l’egypte et Is­raël de­puis la si­gna­ture des ac­cords de paix en 1979 une fi­dèle copte, qui dit avoir fait le pè­le­ri­nage à Jé­ru­sa­lem il y a 2 ans. « Le pape Ché­nou­da pous­sait sa di­plo­ma­tie jus­qu’à l’ex­trême, sa po­li­tique consis­tait à évi­ter à tout prix les pro­blèmes, même si le prix est de pas­ser sous si­lence les do­léances des coptes », es­time-t-elle. Si, de re­tour, Mme Sa­bri a été in­ter­dite de com­mu­nion pen­dant quelques mois, elle dit avoir été très bien ac­cueillie par les Arabes de 1948, « qui nous ont fait éga­le­ment vi­si­ter la mos­quée d’al-aq­sa ». En ef­fet, cer­tains di­gni­taires pa­les­ti­niens, loin d’être ma­jo­ri­taires, lancent de temps en temps des ap­pels à leurs frères arabes — chré­tiens et mu­sul­mans — pour se rendre sur les Lieux Saints de Jé­ru­sa­lem, à la fois pour re­lan­cer un peu l’éco­no­mie des ha­bi­tants de cette ville qui vivent sous l’oc­cu­pa­tion is­raé­lienne de­puis des dé­cen­nies, mais aus­si pour confir­mer l’iden­ti­té arabe de ces terres. Mais la lo­gique du boy­cott reste la plus sui­vie. « Cer­tains chré­tiens re­ven­diquent leur droit de vi­si­ter les Lieux Saints, no­tam­ment les plus âgées chez qui ce voyage re­pré­sente une bé­né­dic­tion ul­time. Ce­la dit, les coptes ne doivent pas, à mon avis, se dé­mar­quer de la ma­jo­ri­té qui y voit une forme de nor­ma­li­sa­tion avec l’oc­cu­pant sio­niste », es­time Adel Was­si­li,

Des cen­taines de coptes ont mis en avant leur be­soin spi­ri­tuel.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.