La loi et le pro­jet de loi

Al Ahram Hebdo - - Egypte -

La cha­ria a pré­ci­sé 6 châ­ti­ments : le châ­ti­ment de la peine de mort pour toute per­sonne qui tue « quel­qu’un » ou est ac­cu­sée d’apos­ta­sie. Le châ­ti­ment du vo­leur est l’am­pu­ta­tion d’une main, alors que pour l’adul­tère c’est la la­pi­da­tion au cas où l’ac­cu­sé(e) se­rait ma­rié(e) ou la fla­gel­la­tion s’il (elle) ne l’est pas. Cette der­nière sanc­tion est aus­si ap­pli­quée à ce­lui ou celle qui boit de l’al­cool. Le châ­ti­ment d’al- ha­ra­ba (am­pu­ta­tion d’une main et de la jambe op­po­sée) se­ra im­po­sé aux ban­dits qui ter­ro­risent les gens pour les vo­ler ou les tuer. L’ap­pli­ca­tion des ho­doud (châ­ti­ments) ne peut avoir lieu qu’en pré­sence de té­moins, ou si le cou­pable avoue son méfait.

L’ar­ticle n°1 du pro­jet de loi sa­la­fiste pré­voit l’ap­pli­ca­tion d’al­ha­ra­ba aux ban­dits qui ter­ro­risent les gens pour com­mettre un acte de vol ou un meurtre ain­si qu’à tout cri­mi­nel qui se se­rait ser­vi d’une arme. L’ar­ticle n°2 du même pro­jet sanc­tionne de la même ma­nière tout com­plice ayant col­la­bo­ré avec le cri­mi­nel à condi­tion qu’il soit ma­jeure et ne souffre d’au­cun pro­blème psy­cho­lo­gique. Ce texte donne éga­le­ment à la po­lice le droit de ti­rer sur les cri­mi­nels pris en fla­grant dé­lit.

D’après ce pro­jet de loi, la sanc­tion im­po­sée doit al­ler de pair avec les dé­gâts cau­sés par le cri­mi­nel. Si l’as­sas­sin a tué une per­sonne ou plus, la peine de mort est re­quise contre lui. Si, au cours du vol, le ban­dit a ter­ro­ri­sé les gens, il su­bit al-ha­ra­ba.

Le pro­jet de loi in­siste sur la ré­tro­ces­sion des ob­jets vo­lés à leurs pro­prié­taires et donne aus­si le droit au juge de confis­quer les biens des cri­mi­nels et de les re­vendre, afin de dé­dom­ma­ger les vic­times

L’ap­pli­ca­tion de la peine de mort en Ara­bie saou­dite dans les an­nées 1950.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.