Deux voi­sins vers la guerre

Al Ahram Hebdo - - Monde Arabe - Ma­ha Sa­lem

SOU­DAN - SUD-SOU­DAN. Neuf mois après la sé­pa­ra­tion entre le Nord et le Sud, les pré­si­dents des deux pays s’ac­cusent mu­tuel­le­ment d’en­cou­ra­ger les com­bats. La frontière com­mune, théâtre d’in­tenses com­bats ces der­niers jours, conti­nue d’être contes­tée.

APRÈS des dé­cen­nies de san­glants conflits, les deux Sou­dans sont me­na­cés par une nou­velle guerre ci­vile. D’in­tenses com­bats ont lieu à la frontière sur fond d’ac­cu­sa­tions mu­tuelles. Es­sayant de ré­gler ce conflit, le Sud-sou­dan a pro­po­sé de re­ti­rer ses troupes de la ré­gion pé­tro­li­fère li­ti­gieuse d’he­glig en cas de dé­ploie­ment d’une force neutre de l’onu. Une pro­po­si­tion ac­cep­tée aus­si par Khar­toum. Mais au­cune ré­ponse n’a été avan­cée par l’onu.

A cet égard, les ten­sions et les vio­lences s’ag­gravent de plus en plus sur le ter­rain. D’abord, le Sud- Sou­dan a ac­cu­sé, di­manche der­nier, le Sou­dan de bom­bar­der les ins­tal­la­tions pé­tro­lières de la ré­gion dis­pu­tée d’he­glig, si­tuée dans une riche zone pé­tro­lière contes­tée. « Ils bom­bardent et dé­truisent la prin­ci­pale usine de trai­te­ment et les ré­ser­voirs » , a dé­cla­ré le mi­nistre sud- sou­da­nais de l’in­for­ma­tion, Bar­na­ba Ma­rial Ben­ja­min. Il af­firme que ces bom­bar­de­ments ont cau­sé de nom­breux dé­gâts. Un constat par­ta­gé par le porte-pa­role de l’ar­mée sud-sou­da­naise (SPLA), le co­lo­nel Phi­lip Aguer. « L’avia­tion sou­da­naise tente de dé­lo­ger les sol­dats de la ré­gion. Il y a un bom­bar­de­ment in­ten­sif contre nos po­si­tions à He­glig de­puis ce ma­tin (di­manche) », at- il af­fir­mé, pré­ci­sant en re­vanche qu’il n’y avait pas de com­bats ter­restres.

L’ar­mée sud- sou­da­naise

a ac­cu­sé Khar­toum d’avoir ten­té d’ou­vrir un nou­veau front dans le nord-est de son ter­ri­toire et de créer des ten­sions dans le nord-ouest, jus­qu’ici épar­gné par les in­tenses com­bats de ces der­niers jours entre les ar­mées des deux voi­sins en­ne­mis à leur frontière. « Les SAF ( Forces ar­mées sou­da­naises) ont ten­té d’ou­vrir un nou­veau front dans l’etat du Haut-nil ( Sud), fron­ta­lier du Nil-blanc ( sou­da­nais) », a dé­cla­ré le co­lo­nel Aguer. Le porte-pa­role de la SPLA a éga­le­ment ac­cu­sé Khar­toum d’at­ti­ser les ten­sions dans le Bahr AlG­ha­zal oc­ci­den­tal, voi­sin du Dar­four mé­ri­dio­nal (Sou­dan), en en­cou­ra­geant une tri­bu no­made arabe, les Ri­zi­gad, à s’y ins­tal­ler.

Dans l’autre camp, ces ac­cu­sa­tions sont dé­jà dé­men­ties par Khar­toum. Dé­fen­dant son gou­ver­ne­ment, le mi­nistre sou­da­nais de l’in­for­ma­tion a re­je­té ces ac­cu­sa­tions, af­fir­mant que le Sou­dan n’avait pas dé­truit et ne dé­trui­rait pas les ins­tal­la­tions pé­tro­lières. « Nous dé­men­tons que le Sou­dan ait bom­bar­dé les in­fra­struc­tures pé­tro­lières d’he­glig », a dé­cla­ré le mi­nistre Abdullah Ali Mas­sar dans un com­mu­ni­qué.

Quit­ter He­glig

Cette ré­gion four­nit 50 % du brut du Nord, et les com­bats entre le Nord et le Sud ont in­ter­rom­pu la pro­duc­tion. In­sis­tant sur sa po­si­tion, le gou­ver­ne­ment de Khar­toum re­fuse de re­tour­ner à la table des né­go­cia­tions tant que le Sud se­ra présent dans la ré­gion pé­tro­li­fère contes­tée. « Le Sou­dan ré­itère sa po­si­tion et ne né­go­cie­ra pas avec le Sud-sou­dan tant que ses sol­dats n’au­ront pas quit­té la ré­gion d’he­glig », a dé­cla­ré le pré­sident Omar Al-bé­chir.

L’ar­mée sou­da­naise avait an­non­cé une contre-of­fen­sive sur cette zone stra­té­gique, dont Khar­toum ex­trait en­vi­ron la moi­tié de son pé­trole de­puis que le Sud-sou­dan a ob­te­nu, avec l’in­dé­pen­dance en juillet 2011, les trois quarts des ré­serves pé­tro­lières du Sou­dan d’an­tan. Les com­bats, cette se­maine, entre les deux Sou­dans font craindre une re­prise d’un conflit 9 mois après la par­ti­tion du pays le plus vaste d’afrique.

Les forces de Ju­ba s’étaient em­pa­rées des gi­se­ments pé­tro­liers d’he­glig, sus­ci­tant une ré­pro­ba­tion gé­né­rale dans le monde. L’union afri­caine avait par­lé d’« oc­cu­pa­tion illé­gale » et avait ex­hor­té les deux « frères en­ne­mis » sou­da­nais à évi­ter un conflit « ca­tas­tro­phique ». Le Sud-sou­dan, en­cla­vé, a hé­ri­té de la ma­jo­ri­té des ri­chesses en pé­trole de l’an­cien Sou­dan. Mais Ju­ba a fer­mé, de­puis jan­vier, les ro­bi­nets en rai­son du conten­tieux l’op­po­sant à Khar­toum sur le mon­tant des re­de­vances à payer pour ache­mi­ner son brut à Port-sou­dan via les oléo­ducs si­tués sur le ter­ri­toire sou­da­nais.

Ces in­tenses com­bats op­po­sant de­puis fin mars les ar­mées des 2 pays ont pous­sé le Sou­dan à lan­cer un ordre de mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale contre le Sud-sou­dan. Khar­toum a sus­pen­du les né­go­cia­tions avec Ju­ba en rai­son de nom­breux conten­tieux liés au pé­trole et des com­bats qui en dé­coulent. Ces der­niers sont d’une am­pleur in­éga­lée de­puis l’ac­cord de paix de 2005, qui avait mis fin à des dé­cen­nies de guerre ci­vile entre re­belles au Sud et forces du pou­voir de Khar­toum, et avait conduit à l’in­dé­pen­dance du SudSou­dan. Mal­gré cet ac­cord, les re­la­tions entre Khar­toum et Ju­ba n’en fi­nissent pas de se dé­té­rio­rer de­puis la par­ti­tion du Sou­dan en juillet 2011

les ten­sions et les vio­lences entre les deux Sou­dans s’ag­gravent de plus en plus sur le ter­rain.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.